Bienvenue |Compte|Déconnecter 
NOUVEAUTÉ! SE CONNECTER AVEC VOTRE PROFIL DES MÉDIAS SOCIAUX
OU
Nom d’utilisateur ou courrielMot de passe
 

Cartes cachées : Faulk, Kreider en tête de liste, selon Cubeta

mercredi 2012-09-12 / 13:43 / LNH.com - Nouvelles

Par Matt Cubeta - Correspondant LNH.com

À quelques exceptions près, la grande majorité des joueurs de premier ordre est connue et établie chez les poolers. Toutefois, même si ces joueurs représentent une partie importante d’une équipe championne, les choix à haut potentiel qui passent sous le radar, que l’on désigne aussi sous le nom de « cartes cachées », peuvent rapporter gros dans une ligue virtuelle.

CLASSEMENTS DE POOL

Qu’ils soient repêchés ou acquis via ballottage, ces joueurs sont habituellement sous-évalués lorsque vient le temps de procéder au repêchage et peuvent s’avérer très utiles à la fin de la saison. À chaque année, il est difficile de prévoir les cartes cachées, mais le fait est que ces joueurs finissent par surpasser les attentes de tout le monde, peu importe leur âge, leur position ou l’équipe pour laquelle ils évoluent.

Cette semaine, les experts en pools de LNH.com, Matt Cubeta, Sergei Feldman et Pete Jensen, jettent un regard en profondeur sur ces joueurs sous-évalués qui devraient se retrouver dans votre liste avant de débuter votre repêchage. Chaque expert produira une liste des dix cartes cachées, avec des projections statistiques (en ordre de préférence), en plus d’ajouter les noms de cinq candidats additionnels que tout gestionnaire d’équipe virtuelle devrait garder à l’œil.

LES CARTES CACHÉES DE MATT CUBETA

1. Justin Faulk, D, Hurricanes de la Caroline

La performance de Faulk, lors du dernier championnat mondial, suffit à lui assurer une place sur cette liste. En huit parties avec l’équipe des États-Unis, Faulk a marqué quatre fois et ajouté autant de mentions d’aide, tout en affichant un différentiel de plus-9. Ses huit points lui octroient le quatrième rang chez les défenseurs présents à ce tournoi. Oubliez cette performance et regardez de plus près sa production avec les Hurricanes, il semble de plus en plus évident que Faulk est en voie de connaître une saison du tonnerre, à seulement 20 ans. En 66 rencontres l’an dernier, Faulk a totalisé huit buts (cinq avec un homme en plus), 14 passes et affiché un différentiel de moins-16, tout en passant 29 minutes au cachot, récoltant au passage 12 points en avantage numérique et 101 lancers au filet. Si le moins-16 saute aux yeux, il faut s’attendre à une amélioration de ce côté avec les changements apportés chez les Hurricanes. Faulk a été utilisé durant plus de trois minutes par rencontre avec l’avantage d’un homme, et il faut s’attendre à le voir être utilisé à la pointe sur la première unité du jeu de puissance de l’équipe en 2012-13. Il n’est pas hors de question de le voir figurer parmi les 20 meilleurs pointeurs chez les défenseurs du circuit, dès cette année, il faut d’ailleurs s’attendre à une production qui se situe dans les mêmes eaux que Jack Johnson, mais avec un meilleur différentiel.

Projection: 11 B, 31 A, moins-4, 48 PUN, 17 PAN, 162 TIRS AU BUT

2. Devan Dubnyk, G, Oilers d’Edmonton

À 26 ans, Dubnyk entamera sa quatrième saison dans la LNH, avec les Oilers, et cette année, on pourrait comprendre la raison qui a incité les Oilers à le sélectionner au 14e rang, lors du repêchage de 2004. Même s’il a joué pour une équipe qui a pris le 14e rang dans l’Ouest, tout en accordant en moyenne 30,7 lancers au filet par match (19e dans le circuit), Dubnyk a affiché un solide rendement. En 47 présences devant le filet, il a enregistré un dossier de 20-20-3, avec une respectable moyenne de 2,67 buts alloués par rencontre et un pourcentage d’arrêts de ,914, couronnant le tout avec deux jeux blancs. Lors des premiers balbutiements de la dernière campagne, le vétéran Nikolai Khabibulin s’est imposé comme gardien partant, mais après une bonne séquence survenue lors du dernier droit, où Dubnyk a affiché un bon rendement (1,95 de moyenne, pourcentage d’arrêts de ,934 en neuf départs lors du mois de mars et 2,25 de moyenne, pourcentage d’arrêts de ,930 en quatre départs en avril), les Oilers semblent avoir décidé de confier le poste de gardien partant à Dubnyk en 2012-13. Dubnyk a vu ses statistiques s’améliorer à chacune de ses trois premières saisons et la séquence devrait se poursuivre cette année. Avec un Ryan Whitney en santé en défensive et l’ajout de Justin Schultz au groupe de défenseurs, Dubnyk a le potentiel pour faire partie de 15 meilleurs gardiens à prendre dans un pool. Il devrait être considéré avant des noms plus connus tels Martin Brodeur, Brian Elliott et Corey Crawford.

Projection: 58 PJ, 29-23-6, 2.44 MOY, ,919 % D’ARRÊTS, 4 BL

3. Chris Stewart, AD, Blues de St. Louis

Depuis son année d’éclosion avec l’Avalanche en 2009-10 (28 buts, 64 points et 73 Pun), Stewart n’a plus été le même. À sa première saison complète avec les Blues, l’an dernier, Stewart n’a inscrit que 15 buts et ajouté 15 passes en 79 rencontres. Ses 109 minutes au cachot représentent un sommet en carrière, mais on s’attend à davantage que des minutes sur le banc des pénalités de la part de Stewart, dans un pool de hockey. À seulement 24 ans, les Blues ont encore de grandes espérances envers Stewart et on s’attend à ce qu’il occupe le poste de deuxième ailier droit, sur un trio composé du fabricant de jeu Andy McDonald, enfin en santé, et de Patrik Berglund. Stewart peut encore être un bon producteur de points pour un pooler, grâce à sa capacité à marquer des buts et à amasser des minutes au cachot, il ne faudrait pas s’étonner de le voir obtenir une récolte semblable à celle de Brad Marchand à la fin de la saison.

Projection: 23 B, 32 A, plus-5, 77 PUN, 10 PAN, 207 TIRS AU BUT

4. Brayden Schenn, C, Flyers de Philadelphia

Plusieurs identifiaient Schenn parmi les cartes cachées avant le début de la dernière saison, mais malheureusement, il n’a pas répondu aux attentes. C’était évidemment bien avant sa superbe performance en séries éliminatoires avec les Flyers. En 11 rencontres de séries, Schenn a enregistré trois filets et six passes, en jouant majoritairement sur le deuxième trio de l’équipe en compagnie de Daniel Brière et de Wayne Simmonds. C’est d’ailleurs le même plan qu’on veut mettre en place à Philadelphie cette année, c’est à dire de les réunir à nouveau en 2012-13, ce qui laisse présager de belles choses. Schenn a passé, en moyenne, 1:41 sur la glace en situation d’avantage numérique à chaque match l’an dernier, et cette moyenne pourrait continuer à augmenter cette année, lui qui sera le deuxième joueur de centre de l’équipe. Schenn deviendra un marqueur de plus de 30 buts dans la LNH, la question est n’est pas de savoir s’il y parviendra, mais bien à quel moment ; nous croyons qu’il passera près d’y arriver dès cette année.

Projection: 26 B, 25 A, plus-2, 67 PUN, 12 PAN, 173 TIRS AU BUT

5. Chris Kreider, AG, Rangers de New York

Le joueur de 21 ans n’a pas encore disputé un match dans la LNH en saison régulière, mais on s’attend à beaucoup de sa part, à sa saison recrue chez les Rangers. Kreider a fait une entrée en scène remarquée durant la première ronde des dernières séries éliminatoires face aux Sénateurs d’Ottawa et il a terminé le rendez-vous du printemps avec une récolte de cinq buts et deux passes en 18 rencontres. Si ces statistiques n’ont pas de quoi faire écarquiller les yeux, Kreider possède la maturité et la stature (6 pieds 3 pouces, 230 livres) qui permettent de croire qu’il peut performer immédiatement. Une autre chose à considérer est le fait que Kreider devrait amorcer la campagne parmi les six premiers attaquants de l’équipe, ce qui est un facteur majeur pour un pooler. Lorsque Marian Gaborik effectuera un retour au jeu, lui qui a inscrit trois saisons de plus de 40 buts jusqu’à maintenant au cours de sa carrière, on pourrait voir Kreider s’aligner au sein d’un trio complété par Gaborik et Derek Stepan au centre, ce qui pourrait être bénéfique à Kreider. Ne le repêchez pas trop haut, mais si vous pouvez le sélectionner, prenez-le comme joueur réserviste, il pourrait s’avérer la carte cachée la plus valable sur cette liste.

Projection: 22 B, 26 A, plus-5, 38 PUN, 7 PAN, 167 TIRS AU BUT

6. Roman Cervenka, C, Flames de Calgary

Même si Cervenka est une « vieille recrue » dans la LNH (26 ans), il a tout de même les habiletés pour se développer en un bon atout pour un pooler. Dans la KHL, Cervenka a amassé 100 points en 105 parties au cours des deux dernières campagnes. Il a également mené la KHL avec 21 points en 20 rencontres lors des séries 2011-12, avec Omsk. On s’attend à ce que Cervenka chausse les patins du centre Olli Jokinen, qui a quitté au cours de l’été, comme deuxième pivot des Flames, flanqué de Jiri Hudler et de Sven Baertschi ; une ligne composée de cartes cachées pour les poolers. Cependant, si les choses ne se passent pas bien pour Mike Cammalleri au poste de premier centre des Flames, on pourrait voir Cervenka au centre de Jarome Iginla et d’Alex Tanguay, ce qui augmenterait encore plus sa valeur. Avec la maturité de Cervenka et son talent, il est possible de le voir repartir à la maison avec le trophée Calder, au terme de la saison. Assurez-vous qu’il soit repêché dans votre pool.

Projection: 21 B, 33 A, moins-5, 40 PUN, 10 PAN, 172 TIRS AU BUT

7. Cam Atkinson, AD-AG, Blue Jackets de Columbus

Qui comblera les 30 filets habituels de Rick Nash ? Pourquoi pas Atkinson ? Il ne marquera probablement pas 30 buts cette année, mais il le fera au cours de sa carrière. Atkinson, qui est un marqueur naturel, verra enfin son nom figurer parmi les six premiers attaquants des Blue Jackets et cela pourrait résulter en de grandes choses pour le gradué de Boston College. Atkinson a amassé 14 points en 27 rencontres après son rappel définitif, en février. Une moyenne de 0,52 point par match, mais ce qui est encore plus impressionnant, c’est la manière dont il a terminé sa saison, avec cinq filets en deux rencontres et 10 points à ses six derniers affrontements. Même s’il ne maintiendra pas ce rythme, il est permis de croire que le jeune Atkinson pourrait marquer plus de 25 buts, dès cette année. Malgré le fait qu’il ne mesure que 5 pieds 7 pouces et qu’il ne pèse que 172 livres, on compte sur lui pour produire au sein d’une équipe qui manque de marqueurs. Il devrait donc obtenir un temps d’utilisation précieux en avantage numérique, lui qui a été utilisé en moyenne 2:46 lors des 27 rencontres auxquelles il a participé l’an dernier. Malgré l’ajout de jeunes talents à Columbus au cours de la saison morte (Dubinsky, Anisimov, Foligno), aucun ne possède la valeur de Cam Atkinson, et ce dernier devrait mener les siens au chapitre des buts, il devrait également être sélectionné avec une confiance aveugle.

Projection: 27 B, 27 A, moins-7, 34 PUN, 12 PAN, 191 TIRS AU BUT

8. Ryan Ellis, D, Predators de Nashville

Pour la deuxième année de suite, Ellis se retrouve sur ma liste des cartes cachées. Hier, Pete Jensen a mentionné le nom du défenseur Roman Josi parmi ses cartes cachées et même si Josi peut être très utile, à mon sens, Ellis est le joueur qui devrait recevoir la plus importante augmentation de valeur au sein d’un pool, avec le départ de Ryan Suter. Josi devrait évoluer en compagnie de Shea Weber à égalité numérique et à court d’un homme, mais il est davantage un défenseur défensif qui permettra à Weber de se porter à l’attaque, puisque c’est lui qui possède les atouts offensifs. Ellis est davantage sculpté dans le moule de Weber, offensivement parlant, et avec ses atouts offensifs, il devrait se retrouver sur la première unité d’attaque à cinq en compagnie de ce dernier. Ellis a disputé 32 rencontres chez les Predators, la saison passée, amassant seulement trois filets et 11 points, mais quatre de ces points sont survenus avec un homme en plus, et il faut s’attendre à beaucoup plus en 2012-13. Les attentes demeurent élevées pour Ellis, après sa saison historique dans la Ligue de hockey de l’Ontario en 2010-11 (24 buts et 101 points en 58 rencontres) et il n’y a pas de raison de croire qu’il ne peut livrer la marchandise dès cette année. Repêchez-le comme troisième ou quatrième arrière dans votre équipe et observez-le se développer pour terminer parmi les 25 meilleurs défenseurs à la fin de la saison.

Projection: 9 B, 26 A, plus-4, 36 PUN, 15 PAN, 158 TIRS AU BUT

9. Kyle Turris, C, Ottawa Senators

Après être passé des Coyotes de Phoenix aux Sénateurs d’Ottawa, Turris a finalement répondu aux attentes. En 49 parties avec les Sénateurs, Turris a inscrit 12 filets, récolté 17 passes et a affiché un différentiel de plus-12, tout en passant 27 minutes au banc des pénalités. Il a marqué à cinq occasions avec un homme en plus et a tiré au filet à 133 reprises. Des statistiques bien meilleures que celles qu’il avait affichées avec les Coyotes. Peut-être qu’un changement de scénario est tout ce dont Turris avait besoin. À Ottawa, Turris, 23 ans, a tout de suite trouvé sa place au sein de la deuxième ligne d’attaque de la formation, derrière Jason Spezza (trois points à ses trois premières rencontres). On s’attend à ce que Turris occupe encore le poste de deuxième pivot et il devrait être entouré du capitaine Daniel Alfredsson et du nouveau venu Guillaume Latendresse (un autre bon choix comme carte cachée). Personne n’a jamais douté des habiletés de Turris, pourquoi ne pas tenter le coup avec lui dans votre pool, et espérer qu’il poursuive son développement et s’améliore à chaque année ?

Projection: 20 B, 25 A, plus-1, 54 PUN, 11 PAN, 186 TIRS AU BUT

10. Mikael Granlund, C, Minnesota Wild

Neuvième sélection lors du repêchage de 2010 par le Wild, Granlund s’est déjà fait un nom, grâce à un but qui a fait parler à travers la planète hockey, lui qui s’alignait alors pour l’équipe de la Finlande lors des championnats du monde de 2011. Il faut s’attendre à entendre son nom encore plus souvent en 2012-13, alors que Granlund sera le deuxième centre du Wild, derrière Mikko Koivu, et il pourrait produire dès sa première saison dans la LNH. À seulement 20 ans, Granlund a mené la Ligue Élite de Finlande avec 51 points en 45 rencontres, la saison dernière, et il pourrait enregistrer une saison de plus de 40 points cette année, avec une possibilité de dépasser largement ces attentes. Avec les additions de Zach Parisé et de Ryan Suter chez le Wild, au cours de la saison morte, l’arrivée de Granlund est passée sous silence, mais il a tout de même une excellente valeur dans un pool. Il ne connaîtra peut-être pas une saison qui lui permettra de mettre la main sur le titre de recrue de l’année, mais il vaut la peine de le sélectionner avec votre dernier choix dans un pool.

Projection: 19 B, 23 A, moins-3, 28 PUN, 8 PAN, 159 TIRS AU BUT

Cartes cachées à garder à l’œil: Oliver Ekman-Larsson (Coyotes), Jonathan Huberdeau (Panthers), Guillaume Latendresse (Sénateurs), Damien Brunner (Red Wings), Peter Mueller (Panthers)

Pour toutes les nouvelles et analyses des séries éliminatoires de la Coupe Stanley 2014, choisissez votre séries
vs.
Detroit mène la série 1-0
vs.
Montréal mène la série 2-0
vs.
La série est à égalité 1-1
vs.
New York mène la série 1-0
vs.
Le Colorado mène la série 2-0
vs.
St. Louis mène la série 2-0
vs.
Anaheim mène la série 2-0
vs.
San Jose mène la série 1-0
 

La LNH sur Facebook