Nous avons mis à jour nos Conditions d'utilisation et notre Politique de confidentialité.  En continuant d'utiliser les services en ligne de la LNH, vous acceptez ces documents mis à jour et l'arbitrage de différends.
Se connecter avec votre compte LNH.com:
  • Soumettre
  • Ou
  • Se connecter avec Google
 

Cartes cachées : Tarasenko en tête de liste, selon Jensen

mardi 2012-09-11 / 12:25 / LNH.com - Nouvelles

Par Pete Jensen - Correspondant LNH.com

Partagez avec vos amis


Cartes cachées : Tarasenko en tête de liste, selon Jensen

À quelques exceptions près, la grande majorité des joueurs de premier ordre est connue et établie chez les poolers. Toutefois, même si ces joueurs représentent une partie importante d’une équipe championne, les choix à haut potentiel qui passent sous le radar, que l’on désigne aussi sous le nom de « cartes cachées », peuvent rapporter gros dans une ligue virtuelle.

CLASSEMENTS DE POOL

Qu’ils soient repêchés ou acquis via ballottage, ces joueurs sont habituellement sous-évalués lorsque vient le temps de procéder au repêchage et peuvent s’avérer très utiles à la fin de la saison. À chaque année, il est difficile de prévoir les cartes cachées, mais le fait est que ces joueurs finissent par surpasser les attentes de tout le monde, peu importe leur âge, leur position ou l’équipe pour laquelle ils évoluent.

Cette semaine, les experts en pools de LNH.com, Matt Cubeta, Sergei Feldman et Pete Jensen, jettent un regard en profondeur sur ces joueurs sous-évalués qui devraient se retrouver dans votre liste avant de débuter votre repêchage. Chaque expert produira une liste des dix cartes cachées, avec des projections statistiques (en ordre de préférence), en plus d’ajouter les noms de cinq candidats additionnels que tout gestionnaire d’équipe virtuelle devrait garder à l’œil.

LA LISTE DES CARTES-CACHÉES DE PETE JENSEN

1. Vladimir Tarasenko, AD, Blues de St. Louis

Le phénomène russe de 20 ans a été repêché en première ronde par les Blues en 2010, mais la saison 2012-13 sera sa toute première en Amérique du Nord, après avoir évolué dans la KHL au cours des quatre dernières saisons. Sa production de points étant en avance sur son développement (47 points en 54 parties dans la KHL, l’an dernier), on le voit comme une menace capable d’inscrire plus de 20 buts en tant que joueur recrue dans la LNH. Qui plus est, l’opportunité de se développer à l’intérieur du système de l’entraîneur Ken Hitchcock rend son éclosion encore plus favorable. On prévoit une utilisation comme ailier sur le troisième trio à sa première campagne, mais pourrait être utilisé davantage si les blessures devaient à nouveau affecter le talentueux groupe d’avants des Blues.

Projection: 24 B, 23 A, plus-10, 25 PUN, 12 PAN, 175 TIRS AU BUT

2. Ryan O'Reilly, C, Avalanche du Colorado

La majorité du temps d’utilisation de Ryan O’Reilly, la saison dernière, s’est passée en compagnie du vainqueur du trophée Calder, Gabriel Landeskog, et la chose ne devrait pas changer cette saison. Si Landeskog peut poursuivre sur sa lancée et que Steve Downie peut contribuer au même rythme qu’il l’a fait après avoir été acquis par le Colorado, O’Reilly pourrait connaître la meilleure saison de sa carrière. Le joueur de 21 ans a prouvé, l’an dernier, qu’il pouvait être un bon passeur, capable de diriger des tirs au filet, une combinaison gagnante qui suggère qu’il pourrait s’imposer sur la liste des 100 meilleurs choix pour un pool de hockey, dès cette année.

Projection: 22 B, 40 A, plus-3, 15 PUN, 20 PAN, 200 TIRS AU BUT

3. David Desharnais, C, Canadiens de Montréal

Pivotant un des trios les plus sous-estimés et productifs de la LNH, la saison dernière, Desharnais devrait poursuivre son développement, lui qui travaillera à nouveau avec des marqueurs de 60 points et plus, soit Max Pacioretty et Erik Cole. Le joueur de 25 ans n’a dirigé que 98 tirs au filet la saison dernière, mais a enregistré un différentiel de plus-10, amassé 44 passes et inscrit 20 points en avantage numérique, même si le Tricolore a terminé la saison au 15e échelon dans l’Est. Si la bonne étoile de l’équipe peut scintiller à nouveau, Desharnais pourrait être une pièce encore plus importante sur l’échiquier de l’attaque des Canadiens.

Projection: 20 B, 46 A, plus-5, 20 PUN, 23 PAN, 120 TIRS AU BUT

4. Justin Schultz, D, Oilers d’Edmonton

L’opération jeunesse des Oilers a pris une nouvelle dimension cet été, alors que l’équipe a mis Schultz sous contrat, lui qui venait d’enregistrer deux saisons consécutives de plus de 40 points à l’Université du Wisconsin. Schultz possède des capacités offensives qui pourraient lui permettre de bien s’acclimater à la LNH ; de plus, les Oilers ont définitivement besoin d’un joueur capable de faire la différence offensivement, au poste de défenseur. À 22 ans, il a la chance de briller au sein de la première unité défensive de l’équipe, à sa première saison, et il pourra potentiellement s’imposer à la pointe, sur le jeu de puissance, avec un bel arsenal de jeunes attaquants devant lui.

Projection: 10 B, 25 A, plus-2, 20 PUN, 15 PAN, 120 TIRS AU BUT

5. Chad LaRose, AD-AG, Carolina Hurricanes

LaRose, un joueur qui peut évoluer aux deux ailes, a raté des rencontres en février, suite à une blessure, mais profitera d’un surplus de talent à ses côtés, chez les Hurricanes, une des formations les plus améliorées au cours de l’été, grâce aux acquisitions de Jordan Staal et Alexander Semin. Il sera vraisemblablement utilisé aux côtés du centre Eric Staal, avec qui il a démontré une belle chimie au fil des ans. Le joueur de 30 ans a enregistré un sommet de 30 points l’an dernier, égalant au passage sa marque personnelle de 19 buts en une saison, sans pour autant atteindre son plein potentiel. LaRose a enregistré des bonnes statistiques au chapitre des tirs au filet, des minutes au cachot et des points sur le jeu de puissance ; s’il demeure en santé, il pourrait connaître sa meilleure récolte.

Projection: 25 B, 18 A, Moins-2, 55 PUN, 12 PAN, 210 TIRS AU BUT

6. Dmitry Kulikov, D, Florida Panthers

À chacune de ses trois premières saisons, Kulikov a raté 10 rencontres ou plus avec les Panthers, mais s’est maintenu tout juste sous la barre des 30 points lors des deux dernières campagnes. Il est arrivé à amasser 10 points sur le jeu de puissance en seulement 58 rencontres, la saison dernière, lui qui est un défenseur âgé de seulement 21 ans, ce qui est prometteur. La nouvelle voulant que le défenseur Erik Gudbransson puisse rater quatre mois d’action à cause d’une blessure à une épaule ne peut qu’ajouter à la valeur de Kulikov. Avec l’un des meilleurs producteurs de points à la ligne bleue à ses cotée, en la personne de Brian Campbell, les poolers peuvent s’attendre à de grandes choses, si Kulikov évite l’infirmerie.

Projection: 8 B, 32 A, Moins-3, 45 PUN, 18 PAN, 120 TIRS AU BUT

7. Sven Baertschi, AG, Flames de Calgary

Les Flames visent les séries et s’attendent à ce que le joueur de 19 ans soit une pièce importante du puzzle. Il a inscrit trois buts en cinq rencontres, la saison dernière, lors de son rappel en mars, et sera vraisemblablement utilisé plus régulièrement dans le futur, possiblement en compagnie de Roman Cervenka, qui évoluait dans la KHL, ainsi que de Jiri Hudler, un agent libre signé au cours de l’été. Habile marqueur, comme Tarasenko, il pourrait profiter des opportunités pour émerger et s’imposer en tant que candidat négligé au trophée Calder.

Projection: 20 B, 19 A, Moins-5, 40 PUN, 8 PAN, 180 TIRS AU BUT

8. Devante Smith-Pelly, AD, Ducks d’Anaheim

Smith-Pelly sera le candidat appelé à évoluer à gauche sur la deuxième ligne, là où il devrait s’aligner aux côtés des vétérans Teemu Selanne et Saku Koivu. Le fait de patiner aux côtés de ces deux joueurs pourrait être bénéfique à Smith-Pelly, tant à court terme qu’à long terme. Le joueur de 20 ans s’est imposé comme un marqueur dynamique durant son passage dans la OHL et pourrait s’établir comme régulier sur l’alignement de tout pooler.

Projection: 18 B, 17 A, différentiel de 0, 50 PUN, 7 PAN, 150 TIRS AU BUT

9. Jonathan Bernier, G, Kings de Los Angeles

Bernier est toujours dans l’ombre de Jonathan Quick, qui a enregistré une saison historique en 2011-12, mais il pourrait être un top-20 parmi les gardiens disponibles dans un pool de hockey, s’il était échangé à un endroit où il pourrait être le numéro un. Même s’il demeure à L.A., les champions en titre de la Coupe Stanley sont confiants et on s’attend à ce qu’ils marquent beaucoup de buts, s’ils demeurent en santé. Comment cela pourrait avoir un impact sur Bernier ? Moins de pression et moins de blessures chez les Kings pourraient les inciter à reposer Quick plus régulièrement qu’ils ne l’ont fait l’an dernier, ce qui donnerait plus de départs au deuxième gardien. D’une façon ou d’une autre, sélectionner le gardien de 24 ans avec un choix tardif vaut le risque, vous pourrez vous ajuster selon la situation.

Projection (s’il est partant ailleurs): 57 PJ, 30 V, 2.40 MOY., .910 % D’ARRÊTS, 4 JB

Projection (s’il demeure auxiliaire à L.A.): 20 PJ, 10 V, 2.30 MOY., .915 % D’ARRÊTS 1-2 JB

10. Roman Josi, D, Predators de Nashville

Avec le départ de Ryan Suter, Josi a d’imposants souliers à chausser, en tant que défenseur de première paire. Suter a enregistré 39 passes (sixième parmi les défenseurs de la LNH) et 25 points sur le jeu de puissance (troisième parmi les défenseurs de la LNH)) la saison dernière, tout en passant pas moins de 26 :30 minutes sur la glace à chaque match (troisième dans la LNH). Toutefois, son départ est une opportunité, pour les Predators, d’insérer le joueur de 22 ans comme nouveau partenaire de Shea Weber. Josi a démontré un certain talent pour marquer, même s’il a manqué des matchs à cause de blessure, tôt dans la saison, et il verra de l’action sur le jeu de puissance, s’il répond aux attentes.

Projection: 8 B, 23 A, plus-3, 25 PUN, 10 PAN, 125 TIRS AU BUT

Cartes cachées à garder à l’œil: Mika Zibanejad, Mikkel Boedker, Nazem Kadri, Andrew Shaw, Travis Hamonic

 

La LNH sur Facebook