Bienvenue |Compte|Déconnecter 
NOUVEAUTÉ! SE CONNECTER AVEC VOTRE PROFIL DES MÉDIAS SOCIAUX
OU
Nom d’utilisateur ou courrielMot de passe
 

Touchette : A la manière des Russes

mercredi 2012-09-05 / 16:58 / LNH.com - Nouvelles

Par Serge Touchette - Chroniqueur LNH.com

La Série du siècle a 40 ans et j'ai parfois l'impression que Paul Henderson donnait la victoire au Canada pas plus tard qu'hier. Ou avant-hier si vous préférez.

Une série mémorable, bien sûr, et, comme tout le monde se plaît à le répéter, une série qui aura permis au hockey de changer pour le mieux.

Le hockey de corridor qu'on connaissait trop bien par chez nous est devenu, grâce aux Russes, un hockey nettement plus créatif, plus sophistiqué. Plus rapide aussi.

Le jeu de passe des Russes, s'il n'était pas sans faille, nous avait ébloui. Bref, le mélange des deux styles a permis au hockey de se refaire en beauté.

Depuis quelques années, nombreux sont les gens, qui, à tort ou à raison, reprochent aux Russes de ne pas toujours fournir leur plein rendement dans la LNH, de venir s'enrichir en Amérique du Nord et d'investir trop peu d'efforts quand arrivent les séries de la Coupe Stanley.

Mais, qu'on le veuille ou non, ils ont été les grands responsables de l'heureux virage emprunté par notre hockey après la Série du siècle.

« Nous sommes venus pour apprendre … », répétaient les Russes, ces snoros, qui, la veille du premier match en 1972, ont été surpris à s'entrainer avec de vieux patins, qui ont fait sourire les experts.

Et parlons-en de ces experts ! La plupart d'entre eux avaient prédit une victoire facile du Canada.

Écrasés par le Canadien Junior

Et je m'inclus dans le groupe. Quelques années plus tôt, j'avais été témoin d'une écrasante victoire du défunt Canadien junior contre les Russes au Forum. Gilbert Perreault et ses complices avaient démoli les Russes en moins de deux.

André Dupont, un défenseur, avait cloué deux ou trois Russes dans la bande en partant et Perreault, grâce à ses feintes, les avait étourdi, déculotté. Une vraie farce.

« Si les Russes ont été incapables de battre une équipe de calibre junior, me disais-je, comment pourront-ils tenir le coup face aux meilleurs patineurs de la LNH ? »

Or ces Russes n'avaient plus rien de commun avec ceux-là. Que non !

Comme bien d'autres, je n'ai rien vu venir. Nous n'avons surtout pas vu venir les torpilles russes, qui ont secoué les murs du vieux Forum lors du match initial.

Le Canada a pris une avance rapide 2-0 avant de céder devant les attaques de Yakushev, Kharlamov, le merveilleux Kharlamov, Mikhailov, Maltsev et les autres. Verdict final: URSS 7, Canada 3.

Ce soir-là, le mythe du hockey canadien en a pris un coup.

Je vous ferai grâce du reste de la série. On vous l'a raconté des centaines et des centaines de fois.

Le Canada l'a finalement emporté dans le huitième et dernier match de la série.

Le leadership d'Esposito

Paul Henderson, c'est vrai, a marqué des buts importants, mais, en bout de ligne, le leadership de Phil Esposito a pesé lourd.

A l'époque, on disait que le grand Phil marquait des buts à profusion uniquement parce qu'il avait la chance de jouer dans la même équipe que Bobby Orr.

Blessé, Orr n'a pas joué dans la Série du siècle, ce qui n'a pas empêché le gros centre des Bruins de dominer les marqueurs des deux équipes en vertu d'une récolte de 13 points (sept buts et six mentions d'aide).

Avec ou sans Orr, Esposito a été un grand joueur.

Oui, ils ont été nombreux à sous-estimer le grand Phil, mais ils auront été beaucoup plus à sous-estimer ... les Russes.

Pour toutes les nouvelles et analyses des séries éliminatoires de la Coupe Stanley 2014, choisissez votre séries
vs.
Boston mène la série 2-1
vs.
Montréal gagne la série 4-0
vs.
La série est à égalité 2-2
vs.
New York mène la série 2-1
vs.
Le Colorado mène la série 2-1
vs.
La série est à égalité 2-2
vs.
La série est à égalité 2-2
vs.
San Jose mène la série 3-0
 

La LNH sur Facebook