Nous avons mis à jour nos Conditions d'utilisation et notre Politique de confidentialité.  En continuant d'utiliser les services en ligne de la LNH, vous acceptez ces documents mis à jour et l'arbitrage de différends.
Se connecter avec votre compte LNH.com:
  • Soumettre
  • Ou
  • Se connecter avec Google
 

Un aperçu des meilleures dernières saisons par des joueurs de la LNH

mercredi 2012-09-05 / 11:56 / LNH.com - Nouvelles

Par John Kreiser - Chroniqueur LNH.com

Partagez avec vos amis


Un aperçu des meilleures dernières saisons par des joueurs de la LNH

Il n'y a qu'une seule certitude dans la vie d'un joueur de la LNH et c'est que le jour viendra où il ne jouera plus dans la LNH.

Pour quelques-uns, ce n'est qu'une question d'âge. Pour d'autres, c'est en raison des blessures. D'autres peuvent aussi opter pour poursuivre leur carrière ailleurs – ou la décision peut être prise pour eux. Alors que les habiletés de certains diminuent au point qu'il ne fait aucun doute que leur carrière est finie, d'autres joueurs quittent même s'ils sont encore capables d'apporter une solide contribution, voire même briller.

Voici un aperçu des meilleures dernières saisons par des joueurs dans l'histoire de la LNH:

Mike Bossy

Dernière saison: 1986-87 (38 buts, 37 passes, 75 points en 63 matchs)

Bossy a entrepris ce qui devait être sa dernière saison dans la LNH après avoir marqué au moins 50 buts à chacune de ses neuf premières saisons, aidant les Islanders de New York à remporter la Coupe Stanley pendant quatre saisons consécutives en plus d'une cinquième participation de suite à la finale. À l'âge de 30 ans et après avoir réussi une saison de 61 buts et 123 points, il était bien parti pour dépasser Gordie Howe en tant que meilleur marqueur dans l'histoire de la LNH.

Mais en 1986-87, le dos de Bossy n'a pas suivi. Il a senti un pincement au dos au camp d'entraînement, et sa condition s'est détériorée au cours de la saison, l'obligeant à rater 17 matchs et l'incommodant aussi dans plusieurs matchs. Il a réussi 38 buts, son plus faible total en carrière, et il n'a pris part qu'à six des 14 matchs des Islanders lors des séries éliminatoires, inscrivant deux buts seulement.

Bossy a raté toute la saison 1987-88 dans l'espoir de guérir sa blessure – mais ça n'a pas fonctionné – et le 24 octobre 1988, il a officiellement annoncé sa retraite. Aucun joueur dans la LNH n'a inscrit plus de buts à sa dernière saison dans l'histoire de la LNH.

Jean Béliveau

Dernière saison: 1970-71 (25 buts, 51 passes, 76 points en 70 matchs)

Après avoir mené le Canadien de Montréal à neuf conquêtes de la Coupe Stanley, Béliveau a songé à la retraite après la saison 1969-70, sa 19e dans la LNH. Mais le Canadien a raté les séries éliminatoires en s'effondrant au cours de la dernière semaine, et à la demande pressante du directeur général Sam Pollock, il est revenu pour une 20e saison dans l'espoir de quitter la scène sur une note positive.

Le moins que l'on puisse dire, comme l'a indiqué Béliveau dans son autobiographie, « il s'est avéré que tout a bien fonctionné pour toutes les personnes concernées ».

En plus de rebondir après avoir connu une saison inférieure à la moyenne en 1969-70 en inscrivant 25 buts, un sommet en carrière de 51 passes et un sommet dans l'équipe de 76 points en 70 matchs, Béliveau a soulevé la Coupe Stanley une fois de plus en menant le Canadien à une 10e conquête lors de ses deux décennies avec l'équipe. Même s'il ne faisait aucun doute que Béliveau, qui a eu 40 ans trois mois après la conquête de la Coupe, aurait pu jouer pendant encore plusieurs saisons, il a été en mesure de quitter sur la meilleure des notes positives.

Raymond Bourque

Dernière saison: 2000-01 (7 buts, 52 passes, 59 points en 80 matchs)

Comme Béliveau qu'il voyait jouer en grandissant à Montréal, Bourque a été presque à son mieux lors de sa dernière saison – il a eu 41 ans au milieu de la saison 2000-01 quand il a été élu au sein de la première équipe d'étoiles. L'ancien joueur étoile des Bruins de Boston, qui en était à sa première saison complète avec l'Avalanche du Colorado après avoir été échangé en mars 2000, a terminé deuxième pour l'obtention du trophée Norris derrière le défenseur des Red Wings de Detroit Nicklas Lidstrom.

Mais ce qui a été le plus important, Bourque a accompli ce qu'il n'avait jamais fait dans la LNH – remporter la Coupe Stanley. Il a obtenu sa bague quand l'Avalanche a battu les Devils du New Jersey lors du septième match de la finale après avoir totalisé en carrière un record de 1,826 matchs sans remporter la Coupe Stanley. Ses coéquipiers avait tellement d'estime pour lui que le capitaine Joe Sakic lui a d'ailleurs remis la coupe pour qu'il soit le premier à faire le tour de la victoire sur la patinoire.

Ayant finalement remporté la Coupe Stanley, la dernière chose qu'il n'avait pas réussie au cours d'une carrière qui l'a mené au Temple de la renommée, Bourque a pris sa retraite quelques jours plus tard.

Wayne Gretzky

Dernière saison: 1998-99 (9 buts, 53 passes, 62 points en 70 matchs)

Alors qu'il s'approchait de sa 20e saison dans la LNH, il ne faisait aucun doute que Gretzky n'était plus le joueur qui établissait des records dans sa jeunesse. Néanmoins, il a totalisé 97 et 90 points à ses deux premières saisons avec les Rangers de New York, étant le meneur dans la ligue au chapitre des passes lors de ces deux saisons.

Mais après avoir atteint la finale de l'association en 1996-97, la première saison de Gretzky avec l'équipe, les Rangers ont échoué de peu en 1997-98, puis ils sont allés nulle part au cours de la saison 1998-99. Alors qu'il n'y avait aucune amélioration majeure à l'horizon et n'ayant aucune volonté de déménager sa famille dans une autre ville, Gretzky a stupéfait le monde du hockey le 16 avril 1999 en annonçant sa retraite. Il a joué son dernier match deux jours plus tard, obtenant son dernier point – une passe, ce qui était approprié – dans une défaite de 2-1 des Rangers en prolongation contre Pittsburgh.

Bien qu'il ne se soit pas retiré sur une note aussi positive que Béliveau et Bourque, Gretzky a pu quitter comme il le souhaitait, en tant que meilleur pointeur dans l'histoire de la LNH.

Hakan Loob

Dernière saison: 1988-89 (27 buts, 58 passes, 85 points en 79 matchs)

Les Flames ont pris une option sur Loob, un rapide attaquant de la Suède, le réclamant lors du sixième tour du repêchage de 1980 dans l'espoir qu'il viendrait un jour en Amérique du Nord. Il ont attendu trois ans. En 1983-84, ils ont convaincu le joueur de 23 ans de joindre leur équipe.

Loob s'est amené dans la LNH en étant étiquetté le « Wayne Gretzky suédois » après avoir marqué 42 buts et totalisé 76 points en 36 matchs avec Farjestad dans la Ligue de la Suède en 1982-83. Ce n'était pas Gretzky, mais il était vraiment bon. Il a réussi au moins 30 buts à chacune de ses trois premières saisons avec les Flames, puis il s'est ressaisi après une mauvaise saison en 1986-87, devenant le premier joueur natif de la Suède à atteindre le cap des 50 buts quand il a connu une saison de 106 points en 1987-88.

Le joueur de 28 ans a ralenti quelque peu la saison suivante, mais il a tout de même réussi 27 buts et un sommet en carrière de 58 passes pour un total de 85 points en saison régulière - puis il a ajouté huit buts et 17 points en séries éliminatoires pour aider les Flames à remporter la Coupe Stanley pour la première fois.

Mais pendant les séries éliminatoires, il a fait savoir qu'il ne reviendrait pas l'automne suivant - en fait, il a rejeté une offre de contrat généreuse des Flames afin qu'il retarde son retour en Suède. Il a joué pendant sept autres saisons avec Farjestad et il a aidé la Suède à remporter la médaille d'or du tournoi olympique des Jeux d'hiver en 1994. Les 58 passes et 85 points de Loob constituent des sommets par un joueur à sa dernière saison dans la LNH.

Ken Wharram

Dernière saison: 1968-69 (30 buts, 39 passes, 69 points en 76 matchs)

Wharram faisait partie de la célèbre ligne d'attaque « Scooter Line » dans les années 1960 en évoluant à la droite de Stan Mikita, au centre, Ab McDonald et plus tard Doug Mohns, à l'aile gauche. Il évoluait avec les Hawks quand ils ont remporté la Coupe Stanley en 1961 mais ce n'est que trois ans plus tard qu'il est devenu un excellent marqueur quand il a réussi 39 buts.

Wharram, un des patineurs les plus rapides de la LNH, venait de connaître une saison de 30 buts en 1968-69, et les Hawks étaient parmi les meilleures équipes de la LNH quand il s'est présenté au camp d'entraînement à l'automne. Mais le 16 septembre 1969, Wharram a commencé à ressentir des douleurs à l'estomac. Il a reçu un diagnostic de myocardite, un virus qui s'attaque aux muscles du coeur avec des symptômes similaires à un infarctus du myocarde.

Même si cette maladie n'est pas mortelle, il était hors de question qu'il revienne au jeu en raison du stress lié au hockey. Après avoir raté toute la saison 1969-70, il a officiellement pris sa retraite en septembre 1970 après avoir pris part à 766 matchs dans la LNH, totalisant 252 buts et 533 points.

Yvon Lambert

Dernière saison: 1981-82 (25 buts, 39 passes, 64 points en 77 matchs)

Lambert a été utile au Canadien en tant que joueur de soutien au sein des grandes équipes des années 1970, aidant le Canadien à remporter la Coupe Stanley et méritant une place de choix dans l'histoire de la concession en marquant le but décisif en prolongation contre Boston en demi-finale lors des séries éliminatoires de 1979.

Scotty Bowman, qui a été son entraîneur-chef à Montréal, a quitté pour Buffalo après que le Canadien eut remporté la Coupe Stanley en 1979 et il a réclamé Lambert au repêchage en 1981 avant le début de la saison. Il a réussi 25 buts et terminé avec 64 points avec sa nouvelle équipe - mais au camp d'entraînement l'automne suivant, on a donné le choix au joueur de 32 ans de prendre sa retraite ou d'évoluer à Rochester, la filiale de l'équipe dans la Ligue américaine.

Il a choisi de jouer dans la LAH et il a inscrit 26 buts pour aider les Americans à remporter le Coupe Calder, ajoutant cette conquête à celle qu'il avait réalisée avec la Nouvelle-Ecosse avant de joindre le Canadien. Après avoir réussi 27 buts et 70 points avec Rochester la saison suivante, menant les Americans à la finale de la LAH, il a pris sa retraite avec un total de 206 buts et 479 points – en plus d'avoir remporté la Coupe Stanley à quatre reprises et le championnat de la Ligue américaine à deux reprises.

Gordie Howe

Dernière saison: 1979-80 (15 buts, 26 passes, 41 points en 80 matchs)

De toutes les réalisations formidables de M. Hockey au cours de sa carrière, le fait d'avoir joué tous les 80 matchs des Whalers de Hartford à l'âge de 51 ans est probablement la plus incroyable.

Howe et Béliveau ont tous les deux pris leur retraite en 1971 - Howe à l'âge de 43 ans, trois ans de plus que Béliveau. Mais après deux saisons au sein du bureau de direction des Red Wings de Detroit, il est revenu sur la glace avec les Aeros de Houston dans l'Association mondiale de hockey pour évoluer avec ses fils Mark et Marty. Ils ont passé quatre saisons à Houston et deux autres avec les Whalers de la Nouvelle-Angleterre.

Quand l'Association mondiale de hockey a fusionné avec la LNH à l'été de 1979, Howe a effectué un retour dans la LNH avec les Whalers de Hartford pour une dernière saison au cours de laquelle il a joué sur une base régulière lors des 80 matchs, inscrivant 15 buts. Il a aidé les Whalers à participer aux séries éliminatoires avant de se retirer quelques semaines après son 52e anniversaire de naissance.

Plusieurs records de Howe ont été battus depuis sa retraite. Mais il a été le joueur le plus âgé à évoluer dans la LNH en plus d'avoir été le seul à jouer dans cinq décennies, et ce sont des marques qui devraient être en sécurité pendant longtemps.

 

La LNH sur Facebook