Se connecter avec votre compte LNH.com:
  • Soumettre
  • Ou
  • Se connecter avec Google
 

Les gardiens et les unités spéciales sont le talon d’Achille des Hawks

lundi 2012-08-27 / 6:00 / LNH.com - Nouvelles

Par Dan Rosen - Journaliste Principal NHL.com

Partagez avec vos amis


Les gardiens et les unités spéciales sont le talon d’Achille des Hawks

Les Blackhawks de Chicago ont accumulé 101 points la saison dernière, ce qui les a classés parmi les 10 meilleures formations de la LNH. Ça n’a pas voulu dire grand-chose, car pour une deuxième année d’affilée depuis qu’ils ont remporté la Coupe Stanley, ils ont été éliminés en première ronde des séries éliminatoires.

« À chaque fois que tu perds ton dernier match de la saison, ça te brise le cœur », a admis le capitaine des Blackhawks, Jonathan Toews, au site CSNChicago.com. « Tu serres les mains des joueurs qui vont poursuivre leur route, alors que toi, tu rentres à la maison. »

La bonne chose avec les Blackhawks, c’est qu’à la différence de 2010-2011, quand ils avaient été contraints de se départir de plusieurs joueurs en raison du plafond salarial l’été précédent, ils savent exactement ce qui s’est passé la saison dernière.

30 EN 30

La pression sur les Hawks

Par Dan Rosen - Journaliste principal LNH.com
Les Blackhawks considèrent qu’ils doivent gagner après deux décevantes années en séries éliminatoires. LISEZ

Chicago entreprendra le camp d’entraînement en sachant fort bien quelles sont les lacunes à corriger – faiblesses qui sont décrites dans les six questions qui suivent. Les Blackhawks devront répondre à ces interrogations s’ils veulent être de sérieux aspirants à la Coupe Stanley en 2012-2013:

1. Est-ce que Corey Crawford et Ray Emery seront assez performants devants les buts?

Crawford a remporté 30 victoires la saison dernière, mais il a accordé trois buts ou plus dans 27 de ses 57 présences en saison régulière et dans cinq de ses six matchs dans les séries éliminatoires. Au lieu de construire sur une bonne fin de saison 2010-2011, son jeu s’est détérioré avec une moyenne de buts accordés de 2,72 et un taux d’efficacité de ,903 sans réussir un jeu blanc en 57 départs.

En comparaison, Crawford avait disputé le même nombre de matchs et seulement 38 minutes de plus en 2010-11, mais il avait remporté 33 matchs, réussi quatre jeux blancs, et maintenu une moyenne de 2,30 et un taux d’efficacité de ,917.

Emery n’a pas fait beaucoup mieux avec une moyenne de 2,81 et un taux d’efficacité de ,900 en 34 présences. Il peut cependant prétendre qu’il revenait d’une sérieuse blessure à une hanche qui aurait pu mettre fin à sa carrière.

Crawford était supposé s’implanter comme le gardien no 1 à Chicago, mais il ne l’a pas encore démontré. Il aura une autre chance de devenir ce gardien cette saison.

2. Est-ce que Patrick Kane a gagné en maturité et rebondira?

Kane n’a totalisé que 66 points la saison dernière, ce qui représente 22 points de moins qu’en 2009-2010 quand il avait atteint un sommet personnel de 88 points et qu’il avait couronné sa saison en marquant le but victorieux en prolongation, ce qui procurait la Coupe Stanley aux siens contre les Flyers de Philadelphie.

Il a récolté ces 66 points en 82 matchs, la saison dernière, après avoir récolté 73 points en 73 rencontres en 2010-2011. Il a marqué 23 buts et récolté 43 assistances, son plus faible total dans les deux domaines au cours des quatre dernières saisons.

L’image de Kane en a pris pour son rhume au début de mai quand des photos embarrassantes de lui lors d’un party à l’Université du Wisconsin ont été dévoilées.

Le directeur général des Blackhawks, Stan Bowman, avait alors indiqué aux journalistes qu’il était déçu de Kane. Ce dernier s’est excusé de son comportement lors d’un rassemblement de partisans des Blackhawks le 20 juillet, qualifiant « d’embarrassant » ce qu’il avait fait.

Outre les problèmes d’image de Kane, les Blackhawks veulent simplement qu’il augmente sa production. Ils ont besoin qu’ils redeviennent une super-étoile.

« J’aimerais qu’il redevienne ce joueur qui obtient une moyenne d’un point ou près par match », a déclaré l’entraîneur en chef des Blackhawks, Joel Quenneville à LNH.com. « C’est ce que nous attendons de lui et ce qu’il devrait attendre de lui. Il est capable de surpasser ces normes, nous attendons donc avec impatience qu’il se mette en marche. »

3. Est-ce que les unités spéciales de Chicago seront meilleures?

Les Hawks ont terminé au 26e rang en avantage numérique la saison dernière, avec un pourcentage de 15,2 pour cent. Ils ont fini en 27e place en désavantage numérique avec un pourcentage de 78,1 pour cent.

Par comparaison à la saison 2010-2011, ils étaient quatrième en supériorité numérique avec un pourcentage de 23,1 pour cent, mais presque aussi mauvais en infériorité numérique à 79,2 pour cent d’efficacité.

La détérioration de l’avantage numérique entre les deux saisons est le résultat d’un manque de cohésion entre Jonathan Toews, Patrick Sharp, Patrick Kane, Duncan Keith et Brent Seabrook. Ces cinq joueurs avaient totalisé 117 points en avantage numérique en 2010-2011, contre seulement 58 points la saison dernière.

Une autre explication, c’est qu’ils n’ont jamais eu un joueur qui pouvait obstruer la vue du gardien.

Les problèmes en désavantage numérique remontent à bien plus loin que la saison dernière. Cette unité spéciale des Hawks connaît des difficultés depuis qu’ils ont remporté la Coupe Stanley en 2010. Quenneville ne croit pas que ce soit un problème de personnels, alors ce sera aux entraîneurs de trouver une solution.

4. Est-ce que Marian Hossa retrouvera la santé et redeviendra le joueur qui obtient un point par match?

La dernière image de Hossa sur une patinoire n’est pas plaisante à regarder. Il était étendu sur la glace du United Center après avoir été solidement mis en échec par l’attaquant Raffi Torres, des Coyotes de Phoenix, dans le troisième match de la série quart de finale de l’Association de l’Ouest.

Hossa était inconscient et a souffert d’une commotion cérébrale. Torres a écopé d’une longue suspension qui l’a empêché de jouer pour le reste des séries éliminatoires et qui le gardera à l’écart du jeu pour les huit premiers matchs de la prochaine saison.

Hossa, qui ne se rappelle toujours pas de la mise en échec et des événements qui ont suivi, s’entraîne et il a fait savoir qu’il n’avait aucune séquelle de sa commotion. Il s’attend à être en pleine forme dès le début de la saison.

On en saura plus au camp d’entraînement, quand Hossa appliquera et recevra des mises en échec, mais pour l’instant il semble que les Blackhawks pourraient retrouver leur dominant attaquant qui obtenait en moyenne un point par match.

« Il a besoin de jouer, a dit Quenneville. Nous croyons qu’il reviendra en pleine forme, mais il y a eu plusieurs joueurs au cours des dernières années qui ont souffert de blessure similaire et qui ont pris du temps à revenir en pleine forme. Mais on croit qu’il contribuera grandement dans tous les aspects, car il est un joueur très important pour nous. »

5. Est-ce que Andrew Shaw est un feu de paille?

Shaw a été la surprise chez les Hawks la saison dernière. Le choix de cinquième ronde de l’équipe en 2011 a récolté 23 points en 37 matchs et a commencé à se développer comme un joueur qui pourrait devenir un bon marqueur tout en étant agitateur. Il est immédiatement devenu un favori parmi les partisans et les journalistes de Chicago.

Shaw aura à prouver cette saison que les progrès et le potentiel offensif qu’il a démontrés l’an dernier n’étaient pas un feu de paille. Il obtiendra la chance de devenir un attaquant régulier sur le deuxième trio et il n’en tiendra qu’à lui de s’accrocher à ce poste et de le conserver.

Le quotidien Chicago Sun-Times a écrit le mois dernier que Shaw avait ajouté 12 livres de muscle à son gabarit, cet été. Ce gain ne fera que l’aider à devenir un attaquant de puissance.

« Ce jeune a une attitude fantastique et il joue jusqu’à la dernière once d’énergie, a louangé Quenneville. J’ai utilisé le mot acharné pour expliquer ses résultats. Tu ne peux que l’admirer, ses coéquipiers aiment bien sa contribution. Il est tellement plaisant à voir jouer. »

6. Est-ce que Joel Quenneville conservera son poste?

Il y a deux ans, l’entraîneur en chef était la coqueluche de Chicago et la coqueluche de la LNH après avoir mené les Hawks à leur première conquête de la Coupe Stanley depuis 1961. Il est maintenant approprié de dire qu’il est assis sur un siège éjectable et qu’un lent début de saison pourrait convaincre Bowman d’effectuer un changement derrière le banc.

Quenneville a remercié son adjoint Mike Haviland à la fin de la saison en raison des difficultés qu’ont connues les unités spéciales. Pour la première fois depuis son arrivée à Chicago, il a deux adjoints (Mike Kitchen et Jamie Kompon) qu’il a choisis lui-même.

L’hypothèse est que si les Blackhawks ne connaissent pas un bon début de saison, le poste de Quenneville pourrait être en danger.

Suivez Dan Rosen sur Twitter à: @drosennhl

 

La LNH sur Facebook