Nous avons mis à jour nos Conditions d'utilisation et notre Politique de confidentialité.  En continuant d'utiliser les services en ligne de la LNH, vous acceptez ces documents mis à jour et l'arbitrage de différends.
Se connecter avec votre compte LNH.com:
  • Soumettre
  • Ou
  • Se connecter avec Google
 

Les gardiens et la production offensive des joueurs de soutien au centre des questions des Panthers

vendredi 2012-08-24 / 6:00 / LNH.com - Nouvelles

Par Mike Battaglino - Journaliste LNH.com

Partagez avec vos amis


Les gardiens et la production offensive des joueurs de soutien au centre des questions des Panthers

Au début de la dernière saison, les Panthers ne devaient répondre qu’à une seule question récurrente :

« Mais qui sont ces joueurs? »

Le directeur général Dale Tallon a en effet revampé son alignement l’été dernier, ajoutant dix nouveaux joueurs à un noyau composé de Stephen Weiss et … de Stephen Weiss.

À l’aube de la prochaine saison, « ces joueurs » sont les champions en titre de la division Sud-Est, et les questions portent maintenant sur une équipe en pleine ascension qui pourrait être à un ou deux joueurs (qui proviennent de l’interne ou de l’externe) de devenir un aspirant à la Coupe Stanley.

Voici les six questions auxquelles devront répondre les Panthers au début de la prochaine campagne :

30 EN 30

Bâtir sur le succès

Par Mike Battaglino - Journaliste LNH.com
Équipe-surprise en 2011-12, les Panthers veulent devenir des aspirants année après année. LISEZ

1. Est-ce que les Panthers ont vraiment besoin de Roberto Luongo?

Les Canucks de Vancouver semblent préparés à échanger leur gardien vedette. Luongo a déclaré qu’il souhaitait revenir avec les Panthers. Tallon n’a pas écarté l’idée de procéder à une transaction.

« Vancouver est évidemment dans le siège du conducteur », a confié Tallon au site web de l’équipe. « Je suis prêt à écouter toutes les offres qu’ils voudront bien me faire. »

Alors qu’est-ce qui fait traîner les choses?

Le retour exigé par les Canucks (qui, selon les rumeurs, doit comprendre l’espoir Nick Bjugstad) est trop important au goût des Panthers. De plus, avec José Théodore et Scott Clemmensen qui sont deux gardiens établis dans la LNH, de même que l’espoir Jacob Markstrom qui attend son tour, les besoins des Panthers à cette position ne sont pas criants.

La carrière de Luongo est impressionnante : médaille d’or aux Jeux olympiques de 2010, trois participations au Match des Étoiles, six apparitions dans le top 10 de la ligue au chapitre des victoires (il a mené la ligue en 2010-11), deuxième parmi les gardiens actifs pour le nombre de victoires en carrière, et 17e de tous les temps pour le nombre de victoires.

Mais le pourcentage d’arrêts de Luongo la saison dernière s’est élevé à ,919, ce qui égale sa moyenne en carrière. De leur côté, Théodore et Clemmensen ont présenté des pourcentages d’arrêts respectifs de ,917 et de ,913.

En se basant sur le nombre de tirs alloués en moyenne par match par les Panthers l’an passé, soit 30,5, la différence entre Luongo et le tandem actuellement sous contrat aurait été d’un but à toutes les huit rencontres. En plus de devoir se départir des actifs nécessaires pour conclure la transaction, les Panthers devront aussi composer avec le contrat de Luongo, âgé de 33 ans, qui est valide pour les 10 prochaines campagnes et son salaire compte pour 5,3 millions $ sur la masse salarial de l’équipe.

De plus, si Luongo débarque en Floride, qu’est-ce que les Panthers pourraient bien faire de Markstrom? Le cerbère de 22 ans est considéré comme l’un des meilleurs joueurs du monde à l’extérieur de la LNH.

S’il est bel et bien le gardien d’avenir des Panthers, il ne serait pas logique pour eux de retourner dans le passé et d’acquérir Luongo, qui a évolué en Floride de 2000 à 2006.

« Nos gardiens ont été l’une de nos forces l’an dernier, a reconnu Tallon. Nos trois gardiens travaillent très bien ensemble, et ils nous ont offert de solides prestations l’an dernier. »

2. Est-ce que le premier trio des Panthers mérite un surnom?

Stephen Weiss, Kris Versteeg et Tomas Fleischmann – que pensez-vous du « Rat Pack »? – ont amassé plus de points alors qu’ils se trouvaient ensemble sur la patinoire que n’importe quel autre trio d’attaquants dans toute la LNH la saison dernière.

Selon DobberHockey.com, le trio composé de Weiss, Versteeg et Fleischmann a cumulé 108 points alors qu’ils se trouvaient ensemble sur la patinoire. Cette récolte les place devant les trios de Bozak-Kessel-Lupul de Toronto (106 points), Cole-Desharnais-Pacioretty de Montréal (105 points), Filppula-Hudler-Zetterberg de Détroit (104 points), et Malkin-Neal-Kunitz de Pittsburgh (104 points).

Les Panthers se sont laissé traîner par leur premier trio – les « Sunshine Boys »? – le plus longtemps possible, et peut-être même un peu trop longtemps.

En 39 rencontres avant le 1er janvier, les trois joueurs ont cumulé 105 points et un différentiel de plus-40. En 43 parties en 2012, ils ont obtenu un total de 67 points et affiché une fiche de moins-38.

Les adversaires de la Floride ont compris qu’en neutralisant ces trois joueurs, ils neutralisaient les Panthers. De plus, l’équipe a rarement démantelé ce trio afin d’obtenir une attaque plus équilibrée.

En outre, Versteeg a été opéré au terme de la saison pour une blessure à une hanche qui, avec du recul, a nui à son rendement et à celui de ses compagnons de trio.

« Pendant la saison, c’était présent dans mon esprit, mais je ne voulais pas dire que cela influençait mon jeu puisque les joueurs de hockey ne cherchent pas d’excuses », a avoué Versteeg après avoir paraphé sa nouvelle entente de quatre ans.

Mais cette ligne d’attaque – « Miami Ice »? – a bien rebondi pendant les séries éliminatoires, marquant 9 des 17 buts de l’équipe en plus d’amasser un total de sept mentions d’aide contre les Devils du New Jersey. Les Panthers menaient d’ailleurs cette série 3-2 avant de s’incliner en prolongation dans la sixième rencontre et en deuxième période de temps supplémentaire dans le septième et ultime match.

3. Alors, qui produira à l’attaque pour soutenir le premier trio?

Le premier trio a été excellent en attaque – on ne peut cependant en dire autant des deuxième, troisième et quatrième trios.

L’unité composée de Weiss-Versteeg-Fleischmann a produit un total de 70 buts, soit plus du tiers de tous les buts marqués par les Panthers, et ils ont également amassé 76 points à forces égales.

La deuxième meilleure combinaison de la Floride (Sean Bergenheim-Marcel Goc-Mikael Samuelsson) a obtenu 29 points à forces égales, et Samuelsson ne fait même plus partie de l’équipe. Aucune autre combinaison d’attaquants n’a récolté plus de neuf points.

On s’attend à ce que l’espoir Jonathan Huberdeau aide grandement, lui qui a récolté presque deux points par rencontre avec Saint John dans la Ligue de hockey junior majeur du Québec la saison dernière. De plus, si le dernier joueur autonome mis sous contrat, Peter Mueller, peut demeurer en santé et retrouver la forme qui lui a déjà permis d’amasser 50 points, les Panthers pourront alors au moins compter sur deux trios offensifs.

Les défenseurs peuvent également contribuer.

Jason Garrison (16 buts) a quitté la Floride, mais Brian Campbell, qui a terminé au deuxième rang chez les défenseurs de la LNH avec sa récolte de 53 points (et au quatrième rang chez les Panthers), et Dmitry Kulikov (28 points en 58 rencontres) seront de retour.

4. Mais qui va évoluer aux côtés de Brian Campbell?

Garrison a signé un contrat avec les Canucks de Vancouver, ce qui lui permettra d’évoluer dans sa ville natale, après avoir connu sa meilleure saison dans la LNH, lui qui formait la meilleure paire de défenseurs des Panthers avec Campbell.

Tallon est confiant que Filip Kuba, mis sous contrat alors qu’il était joueur autonome, pourra combler ce départ. Kuba a obtenu 32 points et a présenté un différentiel de plus-26 la saison dernière avec les Sénateurs d’Ottawa, lui qui évoluait avec le récipiendaire du trophée Norris Erik Karlsson.

« Kuba est très bon en avantage numérique, où il possède un excellent potentiel, a déclaré Tallon à Panthers Vision. Il a récolté au moins 30 points à cinq reprises, et il possède un bon lancer. »

Kulikov (qui demeure sans contrat, lui qui est joueur autonome avec compensation) pourrait aussi évoluer sur la première vague de supériorité numérique au besoin.

Garrison apportait autant à Campbell que ce denier lui apportait. Après avoir connu des saisons en deçà des attentes avec les Blackhawks de Chicago, le joueur de 33 ans a connu sa deuxième meilleure saison en carrière au chapitre des points, a joué presque 27 minutes par match, et est devenu le premier défenseur en 58 ans à remporter le trophée Lady Byng Trophy.

5. Est-ce qu’une équipe peut compter sur trop de bons espoirs?

Entre 2009 et 2011, le repêchage de la LNH a permis aux Panthers d’ajouter 28 joueurs à leur organisation, qui est maintenant reconnue comme l’une des plus profondes et talentueuses de la LNH.

Quand rappeler ces joueurs? La place de qui prendront-ils? Qui garder et qui échanger? Les réponses que Tallon apportera à ces questions risque fort d’être ses décisions les plus difficiles et les plus attendues.

« Il ne sert à rien de repêcher tous ces jeunes si on ne trouve pas de place pour les faire jouer, a déclaré Tallon. Nous devons faire de la place pour eux lorsqu’ils sont prêts. Nous savons que certains joueurs seront prêts cette année, peut-être un ou deux, et deux ou trois autres encore la saison suivante, et encore trois à cinq autres dans deux ans. Nous devrons alors trouver une façon de les intégrer à l’équipe. »

Et si jamais il manque de place en Floride, il se peut qu’ils aillent jouer ailleurs.

« Ils ne vont pas tous faire partie des Panthers, mais ils vont tous nous aider à faire en sorte que les Panthers deviennent une organisation gagnante pendant plusieurs années », a révélé Tallon.

6. Est-ce que les Panthers peuvent gérer ce succès?

Les Panthers ont remporté le titre de leur division pour la première fois de leur histoire la saison dernière, et leurs rivaux de la division Sud-Est s’en sont évidemment rendu compte.

Les Capitals de Washington ont fait l’acquisition de Mike Ribeiro. Le Lightning de Tampa Bay a transigé pour mettre la main sur Anders Lindback. Les Jets de Winnipeg ont mis sous contrat Olli Jokinen. Et finalement, les Hurricanes de la Caroline ont conclu un échange qui leur a permis de mettre la main sur Jordan Staal, en plus d’offrir un contrat à Alexander Semin et de prolonger celui de Jeff Skinner.

Les Panthers sont toutefois confiants, et ils ne ressentent pas le besoin de répondre hâtivement.

« Je ne considère pas que nous sommes une cible. Je vois cela comme une progression pour notre équipe, a analysé Tallon. Nous sommes en avance sur notre échéancier. Personne ne s’attendait à ce que l’on obtienne de tels résultats aussi vite et, pour être honnête avec vous, on ne s’y attendait pas non plus. Si nous sommes heureux d’avoir connu une excellente campagne, nous avons toutefois le même plan en place qu’avant le début de la dernière saison, sur lequel se trouvent des objectifs à long terme et un schéma directeur que nous allons continuer de suivre. »

Le classement de la division Sud-Est a été le plus serré de toute la LNH la saison dernière, la Floride devançant Washington par deux points seulement pour se sauver avec le titre, tout en terminant 12 points devant la Caroline qui occupait le dernier rang. L’écart moyen entre les équipes de première et de dernière position dans les cinq autres divisions de la ligue était de 30 points.

« Je suis très excité par ce que nous avons accompli, mais nous ne sommes pas satisfaits, a admis Tallon. Nous allons progresser et nous améliorer. Nous avons pu constater l’excitation qui était présente en fin de saison et dans les séries éliminatoires, et nous voulons renouer avec cela et aller plus loin dans les séries. C’est ça notre objectif. »

 

La LNH sur Facebook