Bienvenue |Compte|Déconnecter 
NOUVEAUTÉ! SE CONNECTER AVEC VOTRE PROFIL DES MÉDIAS SOCIAUX
OU
Nom d’utilisateur ou courrielMot de passe
 

Le développement de Kyle Turris pourrait propulser les Sénateurs

jeudi 2012-08-23 / 7:00 / LNH.com - Nouvelles

Par Arpon Basu - Directeur de la rédaction LNH.com

Partagez avec vos amis


Le développement de Kyle Turris pourrait propulser les Sénateurs

Les Sénateurs d’Ottawa ont commencé la dernière saison en ayant un trou béant au poste de centre derrière Jason Spezza, et le directeur général, Bryan Murray, a pris tout le blâme pour cette lacune.

« C’est une brèche que j’ai moi-même créée quand j’ai échangé Mike Fisher », a d’ailleurs admis Murray.

L’échange de Mike Fisher aux Predators de Nashville en retour d’un choix de première ronde en 2011 (Stefan Noesen) et d’un choix de troisième ronde en 2012 (Jarrod Maidens) est survenu au milieu de la désastreuse saison 2010-2011 alors que les Sénateurs s’en allaient nulle part.

30 EN 30

Les jeunes Sénateurs aspirent à plus

Par Arpon Basu – Directeur de la rédaction LNH.com
Les succès de la dernière saison des Sénateurs pourraient leur servir de tremplin LISEZ:

Pourtant, Murray n’a pas fait une si mauvaise affaire en comblant cette brèche qu’il a « créée » quand il a échangé Fisher.

Le 17 décembre 2011, Murray a échangé le prometteur défenseur David Rundblad et un choix de deuxième ronde pour acquérir Kyle Turris, des Coyotes de Phoenix, après que les relations de celui qui a été le troisième choix au repêchage de 2007 avec la direction de l’équipe aient tourné au vinaigre.

Alors que Turris, âgé de 23 ans, a été décrit comme un fauteur de troubles pour avoir orchestré son départ de Phoenix, Murray n’a jamais été aussi content de l’avoir acquis.

« Il est un jeune garçon formidable », a déclaré Murray à LNH.com, quelques minutes après avoir jaser un peu avec Turris dans son bureau. « Il vient s’entraîner presqu’à tous les jours et il pèse environ 198 livres. On dirait qu’il a vraiment mûri pour devenir un homme. »

Les Sénateurs auront besoin que Turris joue comme un homme s’ils espèrent améliorer leur huitième place de l’Association de l’Est.

En 186 matchs dans la LNH, Turris a inscrit 34 buts et récolté 41 assistances, mais en un peu plus qu’une demi-saison à Ottawa, il a déjà démontré que le meilleur reste à venir.

Turris a marqué 12 buts et totalisé 29 points en 49 matchs avec les Sénateurs, ce qui lui confère une moyenne de 0,59 point par rencontre, pratiquement le double (0,33) de celle qu’il avait conservée dans les 137 premiers matchs de sa carrière avec les Coyotes.

Même si Turris a amassé une aide à chacun des trois premiers matchs qu’il a disputés avec les Sénateurs, Murray a indiqué que ça lui avait pris environ 15 rencontres pour vraiment s’adapter à sa nouvelle équipe. Turris a développé une certaine chimie avec le capitaine Daniel Alfredsson sur le deuxième trio et cette relation lui permettra de se développer encore plus cette saison.

« Je pense qu’il va faire de grands progrès cette saison, a avancé Murray. Il est maintenant à l’aise avec son environnement et le fait de jouer avec Alfie ne lui nuira pas. »

Si Turris peut s’épanouir comme les Coyotes l’espéraient quand ils l’ont repêché en 2007, les Sénateurs auront une autre arme à ajouter à leur arsenal offensif qui comprend déjà Spezza, Alfredsson, Erik Karlsson, Milan Michalek et leur nouvelle acquisition Guillaume Latendresse.

Et Murray pourra alors affirmer qu’il a bouché le trou qu’il avait lui-même créé.

 

La LNH sur Facebook