Nous avons mis à jour nos Conditions d'utilisation et notre Politique de confidentialité.  En continuant d'utiliser les services en ligne de la LNH, vous acceptez ces documents mis à jour et l'arbitrage de différends.
Bienvenue |Compte|Déconnecter 
NOUVEAUTÉ! SE CONNECTER AVEC VOTRE PROFIL DES MÉDIAS SOCIAUX
OU
Nom d’utilisateur ou courrielMot de passe
 

Erik Karlsson et les Sénateurs en quête d’un rappel

jeudi 2012-08-23 / 7:00 / LNH.com - Nouvelles

Par Arpon Basu - Directeur de la rédaction LNH.com

Partagez avec vos amis


Erik Karlsson et les Sénateurs en quête d’un rappel

Les Sénateurs d’Ottawa entreprendront la saison comme titulaire d’une place dans les séries éliminatoires. Ils ont effectué tout un revirement de situation en terminant en huitième place de l’Association de l’Est au printemps dernier, eux qui avaient fini au 13e rang, la saison précédente.

Mais des performances inattendues peuvent parfois mener à des attentes excessivement élevées, ce qui signifie que les Sénateurs ne seront pas pris à la légère par aucune autre équipe la saison prochaine.

Comment les Sénateurs composeront avec ce nouveau statut, voilà l’une des six questions qu’ils auront à faire face à la veille de la saison 2012-2013.

1. Est-ce que les Sénateurs peuvent poursuivre sur leur lancée de l’année dernière?

C’est difficile à dire, car pratiquement toute la saison des Sénateurs s’est déroulée en séquences et cela jusqu’aux séries éliminatoires de la Coupe Stanley. Ils ont perdu deux des trois premiers matchs de la première ronde contre les Rangers de New York, eux qui venaient de terminer la saison régulière avec trois défaites consécutives.

30 EN 30

Les jeunes Sénateurs aspirent à plus

Par Arpon Basu – Directeur de la rédaction LNH.com
Les succès de la dernière saison des Sénateurs pourraient leur servir de tremplin LISEZ:

Si on y décortique par ordre chronologique la saison régulière des Sénateurs, voici ce que ça donne: une fiche de 1-5-0 en début de saison; une série de six victoires; cinq défaites consécutives (0-4-1); cinq gains en sept matchs (5-1-1); six défaites en huit rencontres (2-4-2); 13 victoires en 17 matchs (13-2-2); sept défaites d’affilée (0-6-1); neuf triomphes en 13 rencontres (9-3-1); cinq échecs en six matchs (1-3-2); quatre victoires consécutives, et finalement trois défaites d’affilée.

Si la saison était représentée par un graphique, ça ressemblerait aux montagnes Rocheuses.

Le directeur général, Bryan Murray, aimerait bien voir un peu plus de constance dans le jeu de son équipe, et il croit que le gain en maturité de ses jeunes joueurs aidera à atteindre son objectif.

« Si on avait été plus confiants, il y a eu quelques matchs et quelques séquences au cours desquels on aurait pu mieux faire, a déclaré Murray à LNH.com. Mais le contraire nous a aussi aidés. Quand nous étions sur une séquence victorieuse, l’émotion nous a transportés. Nous devrons nous ajuster un peu plus rapidement et être un peu plus exigeant afin d’éviter ces mauvaises séquences. »

Si les Sénateurs sont capables de mettre fin plus rapidement à leurs séries de défaites et réussissent à conserver leurs émotions des séquences victorieuses, ils pourraient définitivement monter au classement.

2. Qu’est-ce que Erik Karlsson peut faire pour s’améliorer?

L’amélioration que Karlsson a démontrée à seulement sa troisième saison dans la LNH est tout simplement stupéfiante. Il a mené la ligue chez les défenseurs avec 78 points, 25 points de plus que celui qui a terminé en deuxième place, Brian Campbell, des Panthers de la Floride. C’était le plus grand écart entre les deux meilleurs défenseurs depuis 1989, quand Paul Coffey, des Penguins de Pittsburgh, avait terminé avec une priorité de 38 points.

Karlsson a aussi amélioré sa fiche des plus et des moins, passant d’un moins-30 en 2010-2011 à un plus-16, et il a couronné sa saison de rêve en remportant le trophée Norris à titre de meilleur défenseur de la ligue quelques semaines après avoir fêté son 22e anniversaire.

Donc, est-ce que Karlsson peut encore s’améliorer cette saison?

« Je pense qu’il va s’améliorer, a avancé Murray. Non, je suis persuadé qu’il va s’améliorer. »

C’est peut-être épeurant pour les autres équipes de la LNH, mais si on a observé le jeu de Karlsson au cours de la série contre les Rangers, on peut voir quelles sont les améliorations que le jeune défenseur devra apporter à son jeu.

Les Rangers ont fait de Karlsson leur principale cible. Ils terminaient leurs mises en échec contre lui à chaque occasion et un attaquant se ruait sur lui dès qu’il touchait à la rondelle. Lors des avantages numériques, Karlsson était contré à la pointe en ayant toujours un adversaire près de lui, ce qui l’obligeait à se débarrasser de la rondelle. Le résultat a été qu’il n’a marqué qu’un but en sept matchs.

Karlsson verra cette stratégie être constamment utilisée contre lui, cette saison, mais Murray croit que son jeune défenseur a mûri et que cette maturité lui permettra d’apporter les ajustements nécessaires et qu’il créera des opportunités pour ses coéquipiers quand il sera surveillé de trop près.

« Erik était un peu arrogant quand nous l’avons repêché, mais il a mûri au cours de la dernière année et demie, a assuré Murray. Il est maintenant un homme. »

3. Est-ce que les Sénateurs peuvent améliorer leur jeu défensif?

Ottawa a terminé au 24e rang au chapitre des buts accordés (une moyenne de 2,88), a fini en 29e position pour le nombre de tirs alloués (32) et a clos la saison en 20e place en désavantage numérique (81,6 pour cent), mais Murray a tenté de remédier à ces faiblesses défensives au cours de l’été.

Quand Filip Kuba, le partenaire de Karlsson à la ligne bleue, a signé un contrat de deux ans d’une valeur de 8 millions $ avec les Panthers de la Floride – un montant que Murray a dit qu’il n’était pas en mesure d’égaler –, le directeur général a échangé l’attaquant et joueur autonome avec compensation, Nick Foligno, aux Blue Jackets de Columbus en retour du robuste défenseur Marc Méthot, natif d’Ottawa, ce qui a donné une nouvelle définition au terme « un défenseur qui demeure chez-lui ».

« Méthot nous amènera une contribution différente de celle de Kuba », a noté Murray, en précisant que Méthot est plus robuste, alors que Kuba est plus axé sur l’offensive. « Je crois que nous avons bien comblé ce poste. »

Murray s’est aussi entendu avec Mike Lundin en lui faisant signer une entente d’un an d’une valeur de 1,15 millions $, pour remplacer les départs des joueurs autonomes Matt Carkner et Matt Gilroy.

Mais peut-être que le changement le plus significatif viendra de l’intérieur.

Jared Cowen entreprendra sa deuxième saison complète dans la LNH et à l’âge de 21 ans, on s’attend à de belles choses du neuvième choix du repêchage de 2009.

« Il deviendra l’un des bons défenseurs défensifs de la ligue à mesure qu’il vieillira, a mentionné Murray. Vers la fin de la saison, il était aussi bon que n’importe quel défenseur de notre équipe. »

Murray a fait savoir que les jeunes Mark Borowieczki et Patrick Wiercioch – qui ont connu une excellente saison à Binghamton dans la LAH – lutteront pour le septième poste à la ligne bleue, ce qui procurera aux Sénateurs « une profondeur que nous n’avions pas auparavant. »

Murray sait fort bien que malgré la puissante attaque que les Sénateurs ont présenté la saison dernière, ce n’est pas suffisant pour atteindre l’objectif ultime qui est de gagner la Coupe Stanley.

« Nous ne pouvons nier que nous étions la quatrième ou la cinquième meilleure équipe offensive de la ligue (Ottawa a maintenu une moyenne de 2,96 buts par match, la 4e meilleure), mais nous devons nous améliorer défensivement, a-t-il affirmé. Je suis en faveur que l’on marque plusieurs buts, mais si on veut devenir champions, nous devons améliorer notre défense. »

4. Est-ce que les jeunes sont prêts pour l’étape ultime?

Au début de la dernière campagne, les Sénateurs ont promu un certain nombre de joueurs qui avaient remporté la Coupe Calder à Binghamton en 2011 – ce groupe qui comprenait Cowen, Colin Greening, Jim O’Brien, Kaspars Daugavins, Erik Condra, Bobby Butler et Zack Smith.

Encore une fois cette année, il y aura trois très talentueux jeunes attaquants qui lutteront pour décrocher un des postes disponibles.

Mika Zibanejad, sixième choix au repêchage de 2011, a disputé neuf matchs l’automne dernier avant d’être retourné à sa formation de Djurgardens de la ligue élite de la Suède avec laquelle il a totalisé 13 points en 26 matchs. De plus, il a marqué le but victorieux lors du match pour la médaille d’or au Championnat mondial junior 2012.

Il luttera avec son compatriote Jakob Silfverberg, choix de deuxième ronde en 2009, et Mark Stone, qui a été repêché en sixième ronde en 2010, pour le poste sur le premier trio aux côtés de Jason Spezza et de Milan Michalek. Silfverberg et Stone ont joué lors de la série contre les Rangers, ce qui sous-entend qu’ils auront possiblement une longueur d’avance sur Zibanejad au camp d’entraînement.

Mais il y a peu de doute chez les Sénateurs que les trois espoirs sont très près de faire partie de l’équipe.

« À l’attaque, nous croyons fermement que nous avons des gars qui feront partie de nos six meilleurs joueurs », a indiqué le directeur du personnel des joueurs, Pierre Dorion, à LNH.com.

Et il n’y pas de règle écrite qui dit qu’un bon espoir à l’attaque doit nécessairement jouer au sein des deux premiers trios pour demeurer à Ottawa, tant que l’entraîneur en chef, Paul MacLean, donnera l’opportunité aux jeunes de jouer régulièrement.

« Selon moi si un jeune joueur décroche un poste, il doit jouer, a avancé Murray. Et Paul a été super dans ces situations. »

5. Est-ce que Guillaume Latendresse demeurera en santé et comblera la production de Nick Foligno?

Pour régler l’un des plus gros problèmes de l’équipe, Murray a été forcé d’échanger Foligno, l’un de ses plus prometteurs joueurs, aux Blue Jackets en échange de Méthot.

Afin de remplacer les 47 points de Foligno, Murray a pris une chance en faisant signer un contrat d’un an d’une valeur de base de 1,5 millions $ avec des bonis à Guillaume Latendresse, qui a été blessé plus souvent qu’à son tour au cours des dernières années.

Latendresse, âgé de 25 ans, a démontré son potentiel offensif en marquant 25 buts en 55 rencontres avec le Wild après avoir été échangé par les Canadiens de Montréal le 23 novembre 2009.

Mais son arrivée au Minnesota a été le début d’une série de blessures, dont une à l’aine qui lui a fait rater 58 matchs, une autre à une hanche qui lui a fait manquer un autre 14 rencontres, et finalement une commotion qui l’a tenu à l’écart pour 66 matchs la saison dernière.

Avant de s’entendre avec les Sénateurs, Latendresse a passé un examen médical qui a confirmé qu’il était complètement rétabli et il espère bien que ses problèmes de santé sont bel et bien derrière lui.

« Je suis remis à 100 pour cent », a déclaré Latendresse après avoir signé son contrat le 1er juillet. « Si je peux redevenir le joueur que j’étais quand je suis arrivé au Minnesota, je pourrai apporter beaucoup à cette équipe. Tout le monde est enthousiaste. »

Murray a fait savoir que Latendresse entreprendrait fort probablement la saison aux côtés de Kyle Turris et de Daniel Alfredsson sur le deuxième trio, ce qui signifie qu’il devrait se retrouver dans une position pour contribuer offensivement.

Il n’a qu’à demeurer en santé.

6. Qui sera le gardien substitut et combien de matchs disputera-t-il?

Les Sénateurs ont deux très bons jeunes gardiens en Robin Lehner et Ben Bishop qui, au camp d’entraînement, batailleront pour le poste de substitut au partant Craig Anderson.

Bishop, âgé de 25 ans, part avec une longueur d’avance en raison de ses performances de la saison dernière qui avaient permis aux Sénateurs de demeurer dans la course pour une place dans les séries éliminatoires après que Anderson se soit blessé en se coupant un tendon à une main dans un accident domestique le 22 février.

Acquis seulement quatre jours après la blessure de Anderson, Bishop a disputé 10 matchs et il a présenté une fiche de 3-3-2 tout en maintenant une moyenne de buts accordés de 2,48 et un taux d’efficacité de ,909.

Pour ce qui est de Lehner, qui a eu 21 ans le 24 juillet, il a disputé cinq matchs la saison dernière dans la LNH et il a conservé un dossier de 3-2-0 avec une spectaculaire moyenne de 2,01 et un taux d’efficacité de ,935.

En Bishop, qui mesure 6 pieds 7 pouces, et Lehner, qui fait 6 pieds 3 pouces, les Sénateurs sont assurés d’avoir un grand gardien substitut derrière Anderson, le plus petit des trois à 6 pieds 2 pouces.

« Nous les aimons tous les deux, a affirmé Murray. Ils sont tous les deux de grands et forts gardiens qui peuvent stopper la rondelle. »

Quand il était en santé, Anderson a participé à 61 des 70 matchs des Sénateurs, mais ce nombre devrait diminuer en ayant un jeune et prometteur gardien comme substitut au lieu d’avoir Alex Auld, un grand voyageur.

 

La LNH sur Facebook