Nous avons mis à jour nos Conditions d'utilisation et notre Politique de confidentialité.  En continuant d'utiliser les services en ligne de la LNH, vous acceptez ces documents mis à jour et l'arbitrage de différends.
Se connecter avec votre compte LNH.com:
  • Soumettre
  • Ou
  • Se connecter avec Google
 

Les succès de la dernière saison des Sénateurs pourraient leur servir de tremplin

dimanche 2013-01-13 / 9:00 / LNH.com - Aperçus de la saison 2012-13

Par Arpon Basu - Directeur de la rédaction LNH.com

Partagez avec vos amis


Les succès de la dernière saison des Sénateurs pourraient leur servir de tremplin

Les Sénateurs d’Ottawa ont servi à leurs partisans un incroyable parcours en montagne russe, la saison dernière. Le directeur général, Bryan Murray, n’avait pas mis les attentes trop élevées car sa jeune équipe devait aussi s’adapter à un nouvel entraîneur en chef.

Les Sénateurs, qui avaient terminé la saison précédente au 13e rang de l’Association de l’Est (à 19 points de la huitième place), avaient peu d’attentes à la veille la saison 2011-2012, et ils ont commencé la campagne comme tout le monde le prévoyait avec une fiche de 1-5-0.

Les Sénateurs ont cependant remporté les six matchs suivants, avant de connaître une séquence de cinq défaites, une série qui a été suivie par trois victoires consécutives. Ce début de saison a donné une indication du genre de campagne que les Sénateurs allaient connaître. Une saison marquée de hauts et de bas qui allait prendre fin par une défaite lors du septième match de la première ronde des séries éliminatoires contre les favoris, les Rangers de New York.

Maintenant que le système de jeu de l’entraîneur en chef, Paul MacLean, est installé – système qui est basé sur un bon conditionnement physique et sur un patinage implacable – et qu’il y a plus de stabilité au sein de la formation, Murray espère que les Sénateurs pourront transporter leurs étonnants succès de la saison dernière au début de la prochaine campagne.

« Ça devrait nous donner une sorte de tremplin, a déclaré Murray à LNH.com. Nos performances en fin de saison et dans les séries éliminatoires nous procurent une confiance et nous démontrent que nous allons dans la bonne direction. »

La stabilité n’a pas été l’unique préoccupation de Murray pendant l’été, quoique la formation a connu des modifications importantes. Nick Foligno, Filip Kuba et Matt Carkner ne seront pas de retour, ce qui représentent les changements les plus significatifs, mais Murray a apporté des modifications dans le but d’améliorer la défense de son équipe.

Les Sénateurs ont terminé au 24e rang de la LNH la saison dernière au chapitre de la moyenne de buts accordés par match (2,88), ils ont fini en 29e position au chapitre des tirs alloués par match (32), et ils ont clos la saison en 20e place en désavantage numérique avec un pourcentage d’efficacité de 81,6 pour cent.

Pour corriger ces lacunes, Murray a acquis le robuste défenseur défensif Marc Méthot, des Blue Jackets de Columbus, en retour de Foligno. Il a aussi fait signer un contrat au joueur autonome Mike Lundin pour compléter le corps défensif qui est constitué du gagnant du trophée Norris, Erik Karlsson et des vétérans Chris Phillips et Sergei Gonchar.

Un autre jeune défenseur, l'étoile en devenir Jared Cowen, a subi une opération sur la hanche en novembre et pourrait rater toute la saison.  C'est un gros coup; comme une recrue, Cowen a disputé tous les 82 matchs la dernière saison et a marqué cinq buts et 17 points.

Parmi les attaquants, Murray a confiance de voir les jeunes comme Erik Condra, Kaspars Daugavins et Jim O’Brien gagner du galon et consolider l’unité en désavantage numérique.

Devant les buts, la lutte pour le poste de substitut derrière Craig Anderson se fera entre le jeune Robin Lehner et Ben Bishop.

La saison dernière, Anderson avait disputé à 54 des 62 premiers matchs de l’équipe jusqu’à ce qu’il se blesse à une main dans un incident domestique le 22 février. Il a joué sept des huit dernières rencontres de la saison régulière.

Murray n’a pas voulu exclure la possibilité que Anderson soit aussi occupé cette saison, mais il espère que Lehner ou Bishop puisse être capable de disputer quelques matchs pour remplacer Alex Auld, le substitut de l’année dernière, qui a quitté l’équipe. Pendant l'arrêt de travail, Lehner a disputé le plupart des matchs à Binghamton (LAH) et s'est classé deuxième parmi les gardiens de la ligue dans la moyenne de buts alloués et le taux d'efficacité.

Les Sénateurs n’ont pas connu beaucoup de problèmes offensifs la saison dernière terminant au quatrième rang de la ligue avec une moyenne de buts marqués de 2,96 par match, et finissant en 11e place en supériorité numérique avec un pourcentage de 18,2 pour cent. Malgré tout, il y aura des changements chez les attaquants.

Pour remplacer la production de Foligno, 15 buts et 47 points, Murray a pris une chance en faisant signer un contrat d’un an d’une valeur de 1,2 millions $ à Guillaume Latendresse. Il espère que Latendresse est non seulement complètement remis de sa commotion cérébrale qui a marqué son séjour au Minnesota, mais qu’il pourra utiliser son physique de 6 pieds 2 pouces et 230 livres devant le but adverse pour créer de l’espace à Kyle Turris et au capitaine Daniel Alfredsson, qui devraient être ses compagnons de trio.

« Il est un gros joueur qui peut se placer devant le but adverse, a dit Murray. Nous lui avons mentionné que nous voulions qu’il soit toujours en mouvement afin qu’il puisse suivre le rythme de ses deux coéquipiers. »

Selon Murray, il y a aussi une opportunité que l’un des trois prometteurs espoirs de l’équipe – Mika Zibanejad, Jakob Silfverberg et Mark Stone – puisse joindre Jason Spezza et Milan Michalek sur le premier trio, un poste occupé par Colin Greening, la saison dernière. Silfverberg, qui a fait ses débuts dans la LNH pendant les séries la saison dernière, est actuellement le meilleur marqueur à Binghamton.

Ces trois recrues sont droitiers et l’un deux pourrait jouer à l’aile droite au sein de la première ligne, ce qui permettrait à Michalek de jouer à l’aile gauche, sa position naturelle.

« Mais nous n’avons rien promis à personne », a fait savoir Murray, précisant que Greening pourrait très bien faire mieux que les trois recrues et conserver sa place.

Peu importe comment les trios seront formés, Karlsson demeure le rouage important de l’offensive des Sénateurs. Le défenseur suédois, âgé de 22 ans, a placé la barre très haute pour lui-même en connaissant une exceptionnelle saison de 78 points, mais Murray croit qu’il y a encore beaucoup de place à amélioration dans le cas de son jeune défenseur.

Tout comme l’équipe, Karlsson a connu une saison en dents de scie.

Par exemple, pendant une séquence de 11 matchs (du 16 janvier au 9 février), il n’a marqué que deux buts et récolté deux aides, mais il a suivi cette mauvaise période avec pas moins de sept buts et 11 assistances à ses huit matchs suivants.

Il n’est pas surprenant que les Sénateurs aient présenté une fiche de 3-7-1 pendant la disette de 11 matchs de Karlsson, mais qu’ils aient conservé un dossier de 6-1-1 au cours des huit matchs suivants.

Murray s’attend à ce que la maturité de Karlsson n’aide pas seulement son jeu défensif, mais aussi sa constance et son habileté à s’ajuster aux tactiques des autres équipes comme l’ont fait les Rangers dans les séries éliminatoires. Le directeur général aimerait bien que son talentueux défenseur implique plus ses coéquipiers dans le jeu.

« C’est à ce chapitre qu’il va s’améliorer, a précisé Murray. Il commence à comprendre qu’il ne peut tout faire tout seul, mais qu’il doit travailler en équipe. »

Et si Karlsson fait encore mieux que la saison dernière alors qu’il a remporté le trophée Norris, les Sénateurs ne pourront faire autrement que d’être encore meilleurs.

 

La LNH sur Facebook