Nous avons mis à jour nos Conditions d'utilisation et notre Politique de confidentialité.  En continuant d'utiliser les services en ligne de la LNH, vous acceptez ces documents mis à jour et l'arbitrage de différends.
Bienvenue |Compte|Déconnecter 
NOUVEAUTÉ! SE CONNECTER AVEC VOTRE PROFIL DES MÉDIAS SOCIAUX
OU
Nom d’utilisateur ou courrielMot de passe
 

Mikael Granlund domine la grand récolte de jeunes talents du Wild

mardi 2012-08-21 / 9:00 / LNH.com - Nouvelles

Par Brian Schiazza - Journaliste LNH.com

Partagez avec vos amis


Mikael Granlund domine la grand récolte de jeunes talents du Wild

Il est maintenant le temps pour le Wild du Minnesota de commencer à récolter les très grands avantages d’avoir raté les séries éliminatoires quatre années consécutives et d’avoir accumulé les choix au repêchage.

Il y a du talent en abondance à toutes les positions, il y a plein de jeunes qui pourraient grandir ensemble. Des vedettes comme Zach Parisé, Mikko Koivu et Ryan Suter, qui se retrouvent au sommet de leur carrière et qui ont signé des contrats à long terme, seront les piliers sur lesquels les jeunes pourront s’appuyer.

Maintenant, la direction doit regarder tous ces jeunes joueurs faire leur niche à mesure que les ouvertures se créeront.

« C’est difficile de prédire exactement comment tous ces jeunes réussiront », avait déclaré le directeur général du Wild, Chuck Fletcher, à la fin de la décevante saison 2011-2012. « J’espère qu’il y aura une ou deux surprises au camp d’entraînement. Aucun n’est assuré de rien, ils devront gagner leur poste. »

30 EN 30

Prêt à rebondir

Par Brian Schiazza - Journaliste LNH.com
Le Wild compte sur ces dispendieuses signatures pour rebondir. LISEZ

Le principal objectif de l’entraîneur en chef Mike Yeo, qui en sera à sa deuxième année, est de changer l’ambiance et l’attitude au sein de l’équipe, afin que les joueurs se considèrent comme des gagnants. Yeo a été témoin de cette confiance quand il a été un entraîneur adjoint avec les Penguins de Pittsburgh.

Heureusement pour le Wild, la plupart de leurs meilleurs espoirs jouissent déjà de l’expérience d’avoir remporté des championnats et d’avoir gagné des médailles d’or. Si l’équipe réussit à les aider pour qu’éventuellement ils amènent le même apport dans la LNH, il y aura potentiellement une autre puissance dans l’Association de l’Ouest dans un avenir rapproché.

Parce que presque tous les espoirs repêchés depuis 2010 ont signé des ententes et ont démontré de belles choses, la direction du Wild aura de difficiles décisions à prendre quand il y aura des postes à combler ou que les blessures créeront des opportunités.

Voici un aperçu des 10 meilleurs espoirs du Wild:

1. Mikael Granlund, C: Outre Zach Parisé, le sensationnel Finlandais sera fort probablement l’attaquant qui sera le plus épié durant le camp d’entraînement. Les huit espoirs, qui ont été sélectionnés avant lui au repêchage de la LNH en 2010, jouent tous dans la ligue, mais Granlund aura la chance de devenir un joueur spécial.

Doué d’une vision extraordinaire et d’une belle créativité offensive, Granlund s’est déjà distingué face à une forte compétition où l’on retrouvait des joueurs plus âgés et plus forts que lui dans sa Finlande natale, où il a acquis un statut de héros pour son fameux but (voir le lien: http://video.wild.nhl.com/videocenter/console?id=114229) qui a aidé les siens à vaincre la Russie en finale du Championnat mondial 2011.

Il a bien entrepris sa carrière professionnelle en étant nommé la recrue de l’année après avoir totalisé 40 points en 43 matchs pour la formation HIFK de Helsinki de la ligue élite de la Finlande, tout cela à l’âge de 17 ans. L’année suivante, il a terminé à égalité au premier rang des pointeurs, ce qui est incroyable à cet âge dans une ligue aussi forte. Il a couronné sa saison en remportant le championnat de la ligue avec sa formation.

Après avoir connu une saison de 20 buts et totalisé 51 points en 2011-2012, des sommets personnels, il s’est entendu avec le Wild tout juste à temps pour éviter d’être admissible une autre fois au repêchage.

« Oui, on le voit grand », a déclaré le directeur général adjoint, Brent Flahr à LNH.com. « Mikael est un petit joueur, mais il est dynamique. Il est très habile et son sens du hockey est très relevé. Il est très compétitif. »

Yeo veut donner la chance à Granlund de jouer au centre au camp d’entraînement, mais il pourrait aussi l’utiliser à l’aile au côté du capitaine de l’équipe, Mikko Koivu, son coéquipier et bon ami des deux équipes nationales de la Finlande. Les deux font partie de l’avenir de l’équipe et la belle relation d’amitié de Granlund avec Koivu l’aidera assurément à s’adapter à la vie et au hockey en Amérique du Nord.

« Nous voulons certainement le placer dans des situations avec de bons joueurs offensifs en raison de la manière qu’il passe la rondelle et prépare les jeux, a révélé Flahr. Nous verrons comment il se comportera, mais il aura définitivement une chance de décrocher un poste. »

« J’ai amélioré plusieurs aspects de mon jeu. Je suis plus fort physiquement et je crois que je suis prêt à jouer dans la LNH dès la saison prochaine », a déclaré Granlund sur le site internet du Wild.

2. Charlie Coyle, AD: L’ex-premier choix des Sharks de San Jose a tout pour lui afin qu’il puisse joindre la formation régulière du Wild dans un avenir rapproché.

« Il est un vrai attaquant de puissance et comme toutes les autres équipes de la ligue, on a de la place pour de tels joueurs », a admis Fletcher au réseau de télévision du Wild.

Coyle a quitté l’Université de Boston lors du congé de Noël 2011 et il a joint les Sea Dogs de Saint-John de la LHJMQ où il a formé un redoutable duo avec Zack Phillips, un autre espoir du Wild. Coyle a inscrit 15 buts et amassé 38 points en seulement 23 matchs réguliers avant de dominer tous les joueurs pendant les séries éliminatoires avec 34 points (15 buts et 19 assistances), établissant en même temps un record d’équipe.

Il a remporté le trophée Guy-Lafleur remis au joueur par excellence des séries éliminatoires de la LHJMQ, devenant ainsi le premier Américain à se voir remettre cet honneur depuis que Pat LaFontaine, membre du Temple de la renommée, avait accompli pareil exploit avec le Junior de Verdun en 1983.

« Charlie Coyle est le joueur de hockey le plus complet que j’ai vu à cet âge », a admis l’ex-entraîneur des Sea Dogs, Gerard Gallant sur les ondes de Wild PONDcast. « Il a tous les éléments requis. »

L’Américain de East Weymouth au Massachusetts mesurant 6 pieds 2 pouces et pesant 207 livres était l’élément important dans l’échange qui a envoyé Brent Burns à San Jose au repêchage de 2011.

Paradoxalement, l’échange comprenait aussi un choix de première ronde que le Wild a utilisé pour sélectionner Phillips, sans oublier que Devin Setoguchi faisait également partie de l’entente.

« Il est difficile de trouver un joueur qui possède ces habiletés, tout en ayant un imposant physique, a dit Flahr. Il a pu jouer avec de très bons joueurs à Saint John, ce qui lui a permis d’élever son jeu d’un cran. »

Le Wild pourrait fortement bénéficier d’un gros joueur comme Coyle, qui possède de bonnes mains, car la moitié de leurs 12 potentiels attaquants mesurent moins de six pieds.

« Il s’entraîne très fort hors de la patinoire. Il est très fort physiquement, il est logiquement un sérieux candidat pour décrocher un poste régulier, a fait savoir Flahr. On ne lui met pas de pression, mais nous savons qu’il est à la veille de faire son entrée dans la LNH. »

3. Jonas Brodin, D: Brodin ne présente pas de statistiques qui vont impressionner les gens. Mais la direction du Wild apprécie au plus haut point son sens aigu du hockey, son très grand calme, son intelligence et son habileté sur patins.

Le choix de première ronde (10e) au repêchage de 2011 « est un joueur très spécial, » selon Flahr, qui a déjà prétendu que le Suédois est sans aucun doute l’un des meilleurs patineurs au monde même s’il n’est âgé que de 19 ans.

« Il est extrêmement habile avec la rondelle et il est très intelligent défensivement. Il continue de se renforcir, il est à la veille de faire son entrée dans la LNH et il excelle quand on le fait jouer avec de très bons joueurs. Nous avons de très, très grandes attentes envers lui et on s’attend à ce qu’il fasse partie de la formation régulière dans un proche avenir. »

Il devra définitivement gagner du poids, lui qui mesure 6 pieds 1 pouce et qui pèse 168 livres. Mais tout comme Granlund l’a fait dans la ligue d’élite finlandaise, Brodin a été capable de briller à l’âge de 17 ans dans la ligue d’élite suédoise qui comptait plusieurs joueurs du calibre de la LNH au cours des deux dernières saisons. Il a également tiré son épingle du jeu au sein de l’équipe nationale de la Suède. Brodin a amassé huit aides en 49 matchs avec le BK Karlstad de Farjestads et il a été le pilier de la brigade défensive lors de la conquête de la médaille d’or au Championnat mondial junior 2012 avec quatre assistances.

« Brodin a de grandes habiletés, ne panique jamais et prend les bonnes décisions quand il est pressé par l’échec-avant de l’adversaire », a dit Fletcher après le camp estival d’évaluation du Wild où Brodin a impressionné. « Il est très mobile et il effectue une bonne première passe, il est vraiment un très bon défenseur. Il n’est pas très spectaculaire, mais il est très efficace. »

4. Mathew Dumba, D: « Il n’est pas gêné », a imagé Flahr pour décrire le choix de première ronde (7e) au repêchage de juin.

Ce compliment s’applique autant à la personnalité de Dumba (voir le lien : http://video.wild.nhl.com/videocenter/console?catid=945&id=182732&lang=en) qu’à sa manière d’accueillir les attaquants adverses sur la patinoire. Il utilise très bien son physique de 6 pieds – toujours en croissance – quand il a la chance de contrer ses adversaires.

Certains le comparent à Dion Phaneuf et à Mike Green, car Dumba apporte de l’offensive à un style robuste comme le démontre ses 20 buts et 37 assistances en 69 matchs des Rebels de Red Deer de la Ligue de l’Ouest en 2011-2012. Il a été le capitaine de l’équipe du Canada qui a remporté la médaille de bronze au Championnat mondial des moins de 18 ans en 2011, au cours duquel il a été nommé le meilleur défenseur du tournoi en amassant 12 points (cinq buts, sept aides) en sept matchs.

« Matt est un joueur dynamique, a affirmé Flahr. Il est un extraordinaire patineur avec de très bonnes mains et un instinct offensif. Il possède un tir très lourd, aime distribuer des mises en échec et il joue à un très haut niveau. »

Le Wild a un groupe très fort à l’attaque, mais il a besoin de plus de joueurs d’impact à la ligne bleue pour aider Ryan Suter. Les nombreuses habiletés de Dumba, jumelées à son jeu physique et son exubérance sur la patinoire seront les bienvenus si jamais il réussit à décrocher un poste régulier.

« Il est l’un de ces joueurs qui est vraiment excitant à voir jouer et qui a un grand impact, a dit Flahr. Il aime le hockey et joue avec beaucoup de passion. Il se comporte à l’extérieur de la patinoire, comme il le fait sur la glace. »

Dumba a aussi impressionné Fletcher avec son leadership et sa forme physique lors du camp d’évaluation. Son jeu électrisant lui a permis d’avoir une invitation au camp estival de l’équipe nationale junior du Canada en 2012 où il était le plus jeune joueur.

5. Zack Phillips, C: Au camp d’entraînement, Phillips retrouvera un visage connu en Coyle, son coéquipier chez les Sea Dogs avec lesquels il a remporté le championnat de la LHJMQ au printemps. Quand il fera sa niche, il jouera fort probablement au sein des deux premiers trios et sur l’unité en avantage numérique, où sa grande vision du jeu est impressionnante.

En trois saisons avec les Sea Dogs, Phillips a démontré toutes ses habiletés au sein d’une équipe remplie de talentueux joueurs déjà repêchés comme Jonathan Huberdeau, des Panthers de la Floride, Nathan Beaulieu, des Canadiens de Montréal, et Tomas Jurco, des Red Wings du Detroit. Après avoir gagné la Coupe Memorial en 2011, Phillips a dominé tous ses coéquipiers la saison dernière avec 30 buts et 80 points en 60 rencontres, et il a été nommé le joueur par excellence de l’équipe. Dans les séries éliminatoires, il a dominé tous les joueurs avec 23 aides, tout en ajoutant neuf buts en 17 matchs.

« Peu de joueurs dans notre organisation voit aussi bien le jeu que Zack », a révélé Fletcher sur le réseau de télévision du Wild.

La belle chimie que Phillips a établie avec Coyle sera certainement un atout pour le Wild et leur apportera une belle production quand les deux joueront ensemble que ce soit à Houston dans la LAH ou avec le gros club.

« Zach est un attaquant très talentueux avec de bonnes mains et un bon sens offensif. Il est dangereux lors des avantages numériques. Il est un joueur compétitif, très intelligent, et nous sommes donc très contents de l’avoir avec nous », a dit Flahr.

Le deuxième choix de première ronde du Wild en 2011 (28e) – obtenu des Sharks lors d’un échange la journée du repêchage –, devra améliorer son jeu d’ensemble pour accéder à la LNH, selon Flahr et Gallant.

« Il a une très bonne vision, il montre de très bonnes statistiques et il devra se renforcir et travailler un peu plus fort, mais son instinct offensif fait de lui un joueur exceptionnel », a dit Gallant.

6. Brett Bulmer, AG: Un autre attaquant de puissance en devenir pour le Wild, Bulmer a participé au camp d’entraînement l’année dernière et a disputé neuf matchs en saison régulière au cours desquels il a récolté trois aides, en plus de jouer de façon robuste.

L’un des trois choix de deuxième ronde du Wild en 2010 (39e), Bulmer s’est présenté au camp estival d’évaluation en très grande forme. Il pesait 204 livres comparativement à 185 livres quand le Wild l’avait repêché.

« Bulmer est un ailier de 6 pieds 3 pouces qui est rapide, habile et qui a un bon jeu d’ensemble, a indiqué Flahr. Il sait comment jouer défensivement, mais il apporte aussi un élément d’agitateur car il complète très bien ses mises en échec et joue de façon agressive. »

Bulmer a amélioré sa production offensive à chacune de ses trois saisons avec les Rockets de Kelowna de la Ligue de l’Ouest. Quand le Wild l’a cédé aux Rockets, Bulmer a marqué 34 buts et récolté 28 assistances en 53 matchs, tout en accumulant 93 minutes de pénalités. Après la fin de la saison des Rockets, le Wild l’a envoyé à leur filiale de Houston où il a marqué deux buts et a amassé deux aides en 10 matchs de la saison régulière et des séries éliminatoires comprises.

Après avoir goûté à la LNH à l’automne dernier, Bulmer représente le genre de problèmes que le Wild devra régler en ayant tant de jeunes espoirs susceptibles de percer l’alignement. Son jeu robuste et son intensité sont à considérer.

« Nous devrons voir où il sera le plus utile, mais il a déjà fait sentir sa présence, a révélé Flahr. Il se présentera au camp avec la ferme intention de faire l’équipe. »

7. Jason Zucker, AG: Petit, mais difficile à contrer pour l’adversaire, Zucker est un autre choix de deuxième ronde de 2010 (59e) qui a déjà joué dans la LNH, amassant deux aides en six matchs à la fin de la saison après avoir fait un trait sur ses deux dernières années d’admissibilité universitaires.

Après avoir vu Zucker participer au camp estival d’évaluation, Fletcher a fait remarquer que « ce qui a différencié Jason de plusieurs autres jeunes à notre camp, c’est sa capacité d’utiliser sa vitesse pour se défaire de l’adversaire et de marquer des buts. En espérant qu’il pourra faire de même dans la LNH, Jason luttera certainement pour un poste. »

Élevé à Las Vegas, Zucker s’est distingué à sa première année à l’Université de Denver en totalisant 45 points. La saison dernière, il a marqué 22 buts et récolté 46 points en 38 matchs avant de joindre le Wild.

« Jason apporte de la vitesse et il est capable de marquer des buts, a avancé Flahr. Il a un style différent de nos autres espoirs. La manière qu’il patine, la façon qu’il applique de la pression et la manière qu’il tire généreront de l’attaque, sans oublier qu’il joue bien défensivement. Il est un joueur très confiant et il a disputé plusieurs matchs importants depuis le début de sa jeune carrière ».

Zucker a remporté trois médailles d’or avec les équipes nationales américaines, deux avec les moins de 18 ans en 2009 et en 2010, et une autre au Championnat mondial junior en 2010. Il a été le capitaine de l’équipe américaine au Championnat mondial junior 2012.

8. Johan Larsson, AG: La dernière saison ne pouvait être meilleure pour Larsson. Il a été le capitaine de l’équipe nationale de la Suède qui a remporté sa première médaille d’or au Championnat mondial junior depuis 1981.

L’attaquant de 5 pieds 10 pouces pesant 200 livres a été le deuxième des trois choix de deuxième ronde du Wild en 2010 (56e). Il a remporté le titre de recrue de l’année dans la ligue élite de la Suède en jouant avec la formation de Brynas avec laquelle il a marqué 12 buts et récolté 24 assistances en 49 matchs. Larsson a amassé des aides sur les deux buts de Brynas dans la victoire de 2-0 contre Skelleftea qui leur a permis de remporter le championnat de la ligue.

Larsson a signé son contrat d’entrée en mai 2011 et la direction a hâte de voir ce qu’il fera au camp d’entraînement.

« Il est sous-estimé car peu de monde le connaisse en Amérique du Nord, a indiqué Flahr. Johan est un joueur complet. Il joue bien dans les deux sens de la patinoire, il est très compétitif et agressif. Il a de bonnes mains, il peut faire tout ce qu’on lui demande d’accomplir. Nous sommes très confiants de le voir devenir un bon joueur pour notre organisation. »

9. Matt Hackett, G: Il a connu une excellente saison dans la LAH et Hackett a rendu les choses intéressantes lors de son premier rappel par le Wild au cours de la saison dernière.

Le neveu de l’ex-gardien de la LNH, Jeff Hackett, a conservé une fiche de 2-0 avec une moyenne de buts accordés de 0,85 par match et un taux d’efficacité de ,977 à ses trois premières rencontres. Il a fait son entrée dans la LNH à 1:11 de la première période d’un match contre les Sharks de San Jose après que Josh Harding eut été blessé.

Hackett a même été nommé la deuxième étoile de la semaine en décembre. Il a établi un record pour un gardien débutant dans la LNH en blanchissant l’adversaire pendant 102:48 minutes.

Il a terminé la saison avec une fiche de 3-6-0 (20-17-6 dans la LAH), une respectable moyenne de buts accordés de 2,38 (la même que dans la LAH) et un taux d’efficacité de ,922 (,917 dans la LAH).

Selon Flahr, Hackett « a le potentiel d’être un gardien partant » dans la LNH.

Les impressionnantes performances de Hackett lui donnent une longueur d’avance sur le grand Darcy Kuemper (6 pieds 5 pouces) et le héros suédois du dernier Championnat mondial junior, Johan Gustafsson. Il devrait être le premier gardien rappelé en cas de blessures.

10. Mario Lucia, AG: Un rare talent de 6 pieds 3 pouces, le fils de l’entraîneur en chef des Golden Gophers du Minnesota, Don Lucia, aura amplement le temps de développer son talent en jouant avec l’Université de Notre Dame la saison prochaine.

Lucia a aidé Penticton à outrageusement dominer la Ligue de la Colombie-Britannique en présentant une fiche de 54-4-0-2 en saison régulière, dont une séquence record de 42 matchs sans défaite, en route vers la conquête de la coupe Fred Page. Lucia a terminé au troisième rang des pointeurs avec 94 points en 56 matchs, et il a fini à égalité au premier rang au chapitre des buts avec 42. Il a aussi été nommé au sein de la deuxième équipe d’étoiles de la ligue et au sein de l’équipe des recrues. Il devrait décrocher un poste dans la formation américaine junior lors du camp d’évaluation de l’équipe tenu à Lake Placid dans l’État de New York.

Le joueur natif de Plymouth au Minnesota a été le 60e choix au repêchage de 2011.

« Il est grand et il devra se renforcer, mais c’est un jeune très talentueux avec de bonnes mains et un bon instinct offensif, a déclaré Flahr. Il est inscrit à un bon programme où il pourra s’améliorer. Nous savons qu’il ne pourra nous aider avant quelques années, mais nous avons confiance en lui. »

Suivez Brian Schiazza sur Twitter: @NHLSkeetz

 

La LNH sur Facebook