Nous avons mis à jour nos Conditions d'utilisation et notre Politique de confidentialité.  En continuant d'utiliser les services en ligne de la LNH, vous acceptez ces documents mis à jour et l'arbitrage de différends.
Se connecter avec votre compte LNH.com:
  • Soumettre
  • Ou
  • Se connecter avec Google
 

Stewart souhaite retrouver la forme qu’il affichait avant la dernière campagne

lundi 2012-08-20 / 9:00 / LNH.com - Nouvelles

Par Dave Lozo - Journaliste LNH.com

Partagez avec vos amis


Stewart souhaite retrouver la forme qu’il affichait avant la dernière campagne

Jason Arnott n’est plus de l’alignement des Blues de St. Louis, le joueur de 37 ans a quitté après une saison de 17 buts en 72 rencontres.

Le vétéran a amassé deux buts de plus que Chris Stewart, de qui on attendait beaucoup la saison passée après deux saisons consécutives de 28 buts. Il reste à savoir si Stewart rebondira cette saison, mais pour y arriver, ce dernier a passé l’été à faire tout en son possible, après avoir écouté les conseils d’Arnott.

« J’ai parlé à un joueur comme Jason Arnott, qui se fait une fierté de faire attention à sa nutrition et qui prend grand soin de lui-même, a avoué Stewart aux médias. Nous en avons discuté durant l’année, mais à la fin de la saison, nous nous sommes assis, en avons parlé en profondeur, et il m’a affirmé que si je m’impliquais à fond dans le gymnase au cours de l’été, je pouvais vraiment faire la différence au sein de cette équipe la saison prochaine.

30 EN 30

Un refrain connu

Par Dave Lozo - Journaliste LNH.com
Après une saison formidable, presque tous sont de retour à St. Louis. LISEZ

« Les gens ont le droit d'écrire ce qu'ils veulent. Je me vois comme un marqueur dans cette Ligue. C'est quelque chose que je peux faire. Je pense que cette année en a été une d'apprentissage et une saison passée à apprendre comment devenir un professionnel. Il est capital de savoir ce que vous avez à faire pour réussir dans cette ligue et je regarde maintenant vers la saison prochaine. »

Stewart, 6 pieds 2 pouces et 230 livres, est un gros bonhomme qui aura 25 ans en octobre. Il a été acquis de l’Avalanche du Colorado, lors de la date limite des transactions de 2011, en compagnie du défenseur Kevin Shattenkirk, en retour du défenseur Erik Johnson et du centre Jay McClement.

L’impact de Stewart s’est tout de suite fait sentir à St. Louis, amassant 15 buts en 26 rencontres. Cette performance a élevé les attentes envers le joueur natif de Toronto, en vue de la saison suivante. Mais plutôt que d’atteindre le plateau des 30 ou 40 buts, où même d’égaler ses totaux des deux saisons précédentes, Stewart a connu la pire léthargie de sa carrière.

Après avoir marqué deux buts lors des deux premières rencontres des Blues, il n’a pas trouvé le fond du filet durant 10 parties. Après cette séquence, il a connu une autre séquence de neuf parties sans faire bouger les cordages. Stewart a connu cinq séquences d’au moins six rencontres sans marquer, terminant sa saison cauchemardesque avec aucun but en 13 matchs.

« Lorsque vous connaissez des difficultés, cela affecte votre confiance, a révélé Stewart. Vous essayez de changer votre style de jeu pour compenser, vous ne pouvez pas vraiment vous en préoccuper.

« Il me faut être le joueur que je suis. Il me faut faire ces mêmes trucs qui m’ont permis de connaître du succès, cette année. Je dois redevenir Chris Stewart, être moi-même, jouer selon mon style. Je suis le seul qui à pouvoir m’en sortir et je vais y arriver. »

Stewart espère que son entraîneur, Matt Nichol, le même qui a travaillé avec Mats Sundin, Michael Cammalleri et Lee Stempniak, aura le remède pour guérir ce qui l’a accablé la saison dernière. L’entraîneur des Blues Ken Hitchcock pense que c’est un pas dans la bonne direction.

« Je suis très excité puisque pour moi, Stewart est en train de prendre le virage que nous voulons le voir emprunter, a lancé Hitchcock au St. Louis Post-Dispatch. Il possède des habiletés d’élite, c’est un athlète de haut niveau, mais le voilà qui ajoute un haut niveau d’entraînement et de forme physique. C’est là où nous en sommes, les gens avec qui il s’entraîne sont des gens de haut niveau. Il est forcé et poussé à travailler fort à chaque jour et il le fait. Il commence à comprendre que vous ne pouvez vous fier uniquement sur vos habiletés.

« Lorsque vous vous fiez seulement sur votre niveau d’habiletés, vous avez des hauts et des bas. Vous marquez 30 buts une année et 10 l’année suivante. Lorsque vous vous fiez uniquement sur votre talent, les adversaires vous surpassent. Stewart a compris ce qu’il lui fallait faire pour connaître une longue carrière. Il n’a pas soudainement déniché un entraîneur. Ce qu’il a découvert, c’est qu’il n’y a que lui qui puisse le faire. Maintenant, il a en plus, quelqu’un pour le pousser avec acharnement à tous les jours, je suis très fier de lui. »

 

La LNH sur Facebook