Se connecter avec votre compte LNH.com:
  • Soumettre
  • Ou
  • Se connecter avec Google
 

L’avenir de Kane au sommet des six questions concernant les Jets

samedi 2012-08-18 / 9:00 / LNH.com - Nouvelles

Par John Kreiser - Chroniqueur LNH.com

Partagez avec vos amis


L’avenir de Kane au sommet des six questions concernant les Jets

Même si les Jets de Winnipeg ne se sont pas qualifiés pour les séries éliminatoires, ils ont été l’une des plus belles histoires de la LNH en 2011-12. Le retour du hockey à Winnipeg a été marqué par des salles combles lors de chaque match local de l’équipe. De plus, les Jets ont dominé la scène sportive locale d’une façon qu’ils ne l’avaient jamais fait sous le nom des Thrashers d’Atlanta.

Toutefois, l’effet nouveau du retour de l’équipe à Winnipeg s’est estompé et les partisans ont accueilli les Jets si chaleureusement il y a un an qu’ils voudront constater du progrès chez une franchise qui n’a pas participé aux séries éliminatoires de la Coupe Stanley depuis 2007 et qui s’est qualifiée pour la danse printanière à une seule reprise dans son histoire.

Voici six questions auxquelles les Jets doivent trouver une réponse à leur deuxième saison à Winnipeg :

30 EN 30

Prêts pour le décollage

Par John Kreiser - Journaliste LNH.com
Les Jets tentent de bâtir sur des notes positives de leur première saison à Winnipeg. LISEZ

1. Est-ce qu’Evander Kane est prêt à devenir une grande vedette?

Kane s’est imposé comme marqueur de 30 buts à sa troisième campagne dans la LNH, faisant état de son talent et démontrant à la franchise ce qu’elle avait vu en lui lorsqu’il a été repêché par les Thrashers au quatrième rang de l’encan de 2009 de la LNH. À 21 ans, l’agent libre avec restriction semble être en mesure d’en offrir encore plus.

Les Jets essaient de lui faire un signer une entente à long terme, signifiant qu’ils pensent qu’il est prêt à accomplir de grandes choses, mais il n’a rien signé pour le moment, ce qui laisse place à toutes sortes de spéculations. En tant que premier marqueur des Jets, il est le type de joueur autour de qui ils veulent bâtir. Il serait donc important de lui faire signer un contrat de plusieurs saisons.

2. Est-ce qu’Ondrej Pavelec jouera à la hauteur de son nouveau contrat?

Le directeur général Kevin Cheveldayoff a fait signer un lucratif contrat de cinq ans d’une valeur de 19,5 millions $ au gardien tchèque de 25 ans après une saison au cours de laquelle sa moyenne de buts alloués est passée de 2,73 à 2,91 et son pourcentage d’arrêts a baissé de ,914 à ,906. Pavelec n’a pas eu beaucoup d’appuis de ses coéquipiers. Il a reçu plus de 34 tirs par 60 minutes de jeu, une statistique affreuse. Il devra néanmoins élever son jeu d’un cran pour permettre aux Jets de compter sur le gardien dont ils ont besoin pour former une équipe de séries éliminatoires.

3. Quel genre d’impact aura Olli Jokinen?

La plus grande acquisition de l’été des Jets a récolté 61 points avec les Flames de Calgary la saison dernière. Winnipeg n’avait même pas de joueur de centre de 50 points dans sa formation. Jokinen jouera sans aucun doute sur un des deux premiers trios. Il pourrait même se retrouver sur la première ligne si Bryan Little ne fait pas le travail.

Les Jets espèrent que Jokinen sera au moins aussi bon que la saison passée. Ils comptent sur lui pour s’imposer physiquement et faire preuve de leadership, tout en contribuant offensivement. S’il y parvient, l’équipe pourrait faire beaucoup de pas en avant. Sinon, elle pourrait avoir de la difficulté.

4. Est-ce les Jets s’amélioreront en infériorité numérique?

Les Jets n’ont pas réglé l’un de leurs plus gros problèmes de la dernière saison : leur incapacité à écouler des punitions. Winnipeg a alloué 58 buts en infériorité numérique, plus que toutes les autres équipes, sauf deux. Les Jets ont accordé 292 avantages numériques à leurs adversaires, le septième plus haut total de la LNH, en plus de compter trois fois en désavantage numérique (le plus bas total de la ligue étant de deux).

Aucun des deux avants acquis cet été (Jokinen et Alexei Ponikarovsky) ne devrait vraiment avoir du temps de glace en infériorité numérique, donc les Jets devront s’améliorer de l’intérieur, utilisant principalement les mêmes unités qui en ont arraché l’an passé.

5. Est-ce que Dustin Byfuglien peut s’améliorer dans sa zone?

Sans aucun doute, Byfuglien est l’un des défenseurs les plus productifs de la LNH. Avec 53 points en 66 parties, il a terminé au deuxième rang de la ligue. Son tir redoutable est une arme, particulièrement sur l’attaque massive.

Mais Byfuglien n’est pas aussi efficace dans sa propre zone. Il a présenté un différentiel négatif au cours des trois dernières campagnes, même lors de deux saisons de suite où il a récolté 53 points et plus. Byfuglien représente une menace offensive, mais il doit accorder plus d’attention à sa défensive pour que les Jets profitent de ces points pour gagner des matchs.

6. Est-ce la fin de la lune de miel à Winnipeg?

Le fait de retrouver le hockey de la LNH était suffisant pour satisfaire les amateurs de Winnipeg l’an dernier. Ils ont commencé à encourager leur équipe dès le premier échauffement de la saison jusqu’à la dernière seconde du dernier duel le 7 avril. Les Jets ont bien répondu en maintenant une fiche de 23-13-5 à domicile, comparativement à un dossier de 14-22-5 à l’étranger.

Mais malgré tout l’amour et le soutien que les Jets ont reçu à leur première année, l’équipe n’a obtenu que quatre points de plus que l’édition 2010-11 des Thrashers d’Atlanta et a raté les séries éliminatoires de peu. Les 15 004 partisans qui ont rempli chaque soir le MTS Centre et les milliers d’autres qui ne vivent que pour les Jets en voudront davantage cette saison que seulement se contenter d’avoir une équipe de retour en ville. Un autre échec de qualification aux séries éliminatoires pourrait envenimer fortement cette histoire d’amour.

 

La LNH sur Facebook