Nous avons mis à jour nos Conditions d'utilisation et notre Politique de confidentialité.  En continuant d'utiliser les services en ligne de la LNH, vous acceptez ces documents mis à jour et l'arbitrage de différends.
Bienvenue |Compte|Déconnecter 
NOUVEAUTÉ! SE CONNECTER AVEC VOTRE PROFIL DES MÉDIAS SOCIAUX
OU
Nom d’utilisateur ou courrielMot de passe
 

Comment les Flames réagiront-ils sous la direction de leur nouvel entraîneur-chef ?

vendredi 2012-08-17 / 9:00 / LNH.com - Nouvelles

Par Brian Schiazza - Journaliste LNH.com

Partagez avec vos amis


Comment les Flames réagiront-ils sous la direction de leur nouvel entraîneur-chef ?

Bien que le directeur général des Flames de Calgary Jay Feaster soit aux commandes depuis peu de temps, il n'est pas enclin à démembrer l'équipe et à entreprendre une reconstruction comme le souhaitent des partisans et des observateurs depuis quelques années.

Le Scotiabank Saddledome est toujours rempli à pleine capacité mais la fiche de 118-90-38 des Flames n'a pas été suffisante pour leur permettre de prendre part aux séries lors des trois dernières saisons, et la saison 2012-13 sera déterminante pour leur organisation. Tous les joueurs-clé des Flames ressentiront de la pression pour accéder aux séries éliminatoires et écarter l'idée de tout refaire.

Les Flames doivent composer avec des joueurs qui ont pris de l'âge avec des contrats lucratifs, et ils ont aussi besoin de voir si des joueurs prometteurs peuvent contribuer maintenant et au cours des prochaines années. Ils vont aussi savoir s'ils n'avaient tout simplement pas le bon gars derrière le banc.

30 EN 30

Nouveau scénario

Par Brian Schiazza - Journaliste LNH.com
Les Flames ont un nouvel entraîneur-chef et ils s'attendent à un scénario différent en 2012-13. LISEZ

Le style agressif du nouvel entraîneur-chef Bob Hartley, et un nouveau départ pour les joueurs étant de retour sont un facteur d'optimisme. De plus, les additions de Dennis Wideman, Jiri Hudler et Roman Cervenka pourraient aider les Flames à améliorer leur rendement à l'attaque. Ils ont terminé 24e et le 29e pour le nombre de buts par matchs lors de deux des trois dernières saisons.

Les changements apportés seront-ils suffisants pour leur permettre de rester à flot, et plus ou moins s'épanouir dans l'Association de l'Ouest ?

Voici six questions auxquelles les Flames sont confrontés en vue de la prochaine saison:

1. Bob Hartley pourra-t-il mener l'équipe aux séries éliminatoires ?

L'ancien entraîneur-chef de l'Avalanche n'a pas piloté dans la LNH depuis les six premiers matchs de la saison 2007-08 avec les Thrashers d'Atlanta (il est le seul à avoir conduit cette concession aux séries). Hartley hérite d'une équipe au style de jeu fermé sous Brent Sutter, et il n'a pas immédiatement plein de joueurs pour maintenir le rythme plus rapide qu'il souhaite.

Mais Feaster compte sur le fait que Hartley est un bon communicateur et qu'il a remporté des succès à différents niveaux. Les deux ont remporté la Coupe Calder en 1997 quand ils faisaient équipe en tant qu'entraîneur-chef et directeur général des Bears de Hershey dans la Ligue américaine, alors la principale filiale du Colorado. Hartley a ensuite remporté la Coupe Stanley avec l'Avalanche en 2001. Cette année-là, l'ailier droit des Flames Alex Tanguay avait connu la meilleure de ses quatre saisons avec Hartley. Les deux sont toujours demeurés en contact depuis ce temps.

« Il est exigeant pour toutes les bonnes raisons », a déclaré Tanguay dans une entrevue sur le site web des Flames. « Il veut voir tout le monde jouer comme il pense qu'ils sont capables et il porte une grande attention aux détails. C'est un très bon entraîneur derrière le banc. Il identifie les duels qu'il veut; il sait combien ses gars ont été utilisés. »

Les éditions de l'Avalanche sous Hartley possédaient un mélange similaire de vétérans joueurs étoiles (Joe Sakic et Patrick Roy) et de jeunes attaquants étoiles (Tanguay et Milan Hejduk) et l'entraîneur-chef a fait de son équipe une formation pouvant aspirer au titre. Les Flames espèrent qu'il obtiendra les mêmes résultats en bâtissant autour des vétérans Jarome Iginla et Miikka Kiprusoff.

Une injection de jeunesse dans les trios, et l'addition de Wideman à la ligne bleue peuvent favoriser les Flames. Ils voudraient aussi que Hartley soutire davantage de deux joueurs, l'attaquant Mikael Backlund et le défenseur Jay Bouwmeester (cinq buts, 24 passes, un différentiel de moins-21 en 82 matchs la saison dernière).

Hartley, un fier compétiteur, ne se contentera pas seulement d'accéder aux séries éliminatoires, encore moins d'être éliminé en première ronde. Alors que le Wild du Minnesota et les Oilers Edmonton se sont grandement améliorés, et avec la présence des Canucks de Vancouver, qui sont toujours des aspirants au trophée des Présidents, Hartley devra obtenir un bon départ des Flames pour rester près du sommet de la section Nord-Ouest et dans la course aux séries éliminatoires.

Si les Flames ont du succès, cependant, tout devrait s'amorcer et se terminer par le capitaine Iginla, qui a affirmé avoir hâte de travailler avec son nouvel entraîneur-chef.

« Sa réputation et ses réalisations sont très impressionnantes », a noté le meilleur pointeur dans l'histoire de Calgary sur le site web de l'équipe. « Il a connu du succès à tous les niveaux. J'ai aussi entendu d'autres joueurs dire de bonnes choses à son sujet. J'ai entendu qu'il était un entraîneur passionné et soucieux des détails, et à la suite de notre conversation initiale, j'ai hâte d'apprendre de lui et de voir des améliorations à l'équipe. »

2. Qui est le joueur de centre no 1 ?

En tout respect pour les récents joueur de centre du premier trio Craig Conroy, Daymond Langkow et Olli Jokinen, ce rôle n'a pas été rempli par un joueur de premier plan à Calgary depuis plusieurs années.

Feaster a admis que Mike Cammalleri, un ailier gauche en temps normal, a évolué au centre la saison dernière parce qu'il était nécessaire que l'équipe l'utilise à cette position. Et c'est encore une possibilité.

Jokinen est parti, mais les Flames ont une autre option entre Tanguay et Iginla: Roman Cervenka, qui provient de la Ligue continentale de hockey. Ils ont aussi obtenu sur le marché des joueurs autonomes un marqueur de 25 buts, Jiri Hudler, qui remplace adéquatement Jokinen et qui a déjà évolué au centre auparavant.

Il est fort probable que Hudler soit utilisé à l'aile droite dans le deuxième trio avec son compatriote Cervenka pour faciliter son adaptation au hockey nord-américain. Il est clair, cependant, qu'on s'attend à ce que Cervenka soit productif.

« Ce qui est important pour moi, c'est qu'ils veulent que je joue souvent et qu'ils vont me donner l'occasion d'évoluer au sein d'un des deux premiers trios », a révélé Cervenka à Michael Langr de NHL.com. « C'est ce dont j'ai besoin pour utiliser ma créativité et faire ma marque dans la LNH. »

Matt Stajan a déjà été utilisé dans le premier trio avec les Maple Leafs de Toronto, mais il n'a réussi que 65 points en 164 matchs avec les Flames. Un nouveau départ sous la direction de Hartley pourrait le relancer pour qu'il produise davantage, surtout que de jeunes fabriquants de jeux, tel Max Reinhart, ne sont pas loin d'un poste avec l'équipe.

Puis il y a aussi Backlund, le choix de première ronde en 2007, qui a accepté une diminution de salaire en signant un contrat d'un an après avoir été victime de blessures en 2011-12 quand il n'a réussi que 11 points en 41 matchs. Ses difficultés étaient tellement évidentes que les Flames ont songé à le transférer à Abbotsford de la LAH, bien qu'il était nécessaire qu'il demeure dans la LNH en raison des blessures. Sous la direction de Hartley, Feaster a grand espoir que Backlund, un Suédois, pourra élever son jeu comme l'équipe le souhaitait en l'insérant entre Tanguay et Iginla au camp d'entraînement la saison dernière.

« Mikael a besoin de travailler sur sa constance et sa concentration pour se hisser parmi le groupe des six meilleurs attaquants et commencer à définir son rôle dans notre équipe », a précisé Feaster sur le site web des Flames. « Backlund est un gars qui a beaucoup de travail à faire. »

Advenant que Cervenka, Stajan ou Backlund ne profitent pas de leur chance d'obtenir le poste de joueur de centre au sein du premier trio lors du camp d'entraînement, il ne serait pas surprenant que Cammalleri obtienne le rôle de premier joueur de centre, comme à la fin de la dernière saison.

3. Jay Bouwmeester rajeunira-t-il avec un nouvel entraîneur, ou est-il près de quitter ?

« Avec le rythme de jeu rapide que l'entraîneur-chef Bob Hartley veut préconiser, nous pensons que Dennis Wideman peut se lancer à l'attaque, être impliqué à l'offensive et être tout de même capable de faire du bon travail en zone neutre », a estimé Feaster. « Je pense que les partisans de l'équipe verront un style de hockey différent, et je pense que Dennis fera bien dans ce style. »

La même chose pourrait s'appliquer à Bouwmeester, dont le bon coup de patin et les habiletés offensives pourraient ressortir davantage dans le style de jeu de Hartley plutôt que celui de Sutter.

Bouwmeester possède un gros contrat mais il n'a pas dépassé le cap des 30 points en trois saisons avec les Flames. Néanmoins, comme certains l'ont déjà rapporté, des équipes ayant de l'espace sur leur masse salariale et qui ont besoin de joueurs talentueux pourraient faire une offre d'échange pour les services de ce défenseur qui obtient beaucoup de temps de glace.

Il y aura peut-être moins de pression sur le joueur de 28 ans à la suite de l'arrivée de Wideman, mais il sera intéressant de voir comment Hartley composera avec le défenseur no 1 de l'équipe. S'il s'approche du plateau de 15 buts atteint à deux reprises avec les Panthers de la Floride et s'il parvient à renverser son différentiel de moins-21 en 2011-12, ce serait un boni considérable pour les Flames.

4. Qu'en est-il des contributions des jeunes ?

Tôt ou tard, il y aura des joueurs récemment réclamés au repêchage qui joueront sur une base régulière au Scotiabank Saddledome. Plusieurs joueurs prometteurs ont encore besoin d'acquérir de l'expérience, mais Sven Baertschi a une excellente chance de se tailler une place dans l'équipe et il y a aussi quelques postes disponibles.

Les Flames ont perdu 382 hommes-matchs en raison des blessures la saison dernière, et l'express d'Abbotsford a servi sur une base quasi-quotidienne pour le rappel de Paul Byron, Brett Carson et Roman Horak. Cette saison, toutefois, les Flames voudront voir à un moment donné quels sont les joueurs de leurs filiales qui sont prêts à contribuer, surtout si l'équipe ne produit pas bien sous la direction de Hartley.

Akim Aliu a impressionné dans deux matchs de la LNH et il pourrait apporter du talent, de la robustesse et une touche de marqueur. Les récents premiers choix Max Reinhart et Greg Nemisz frapperont à la porte.

5. Quelqu'un est-il capable d'être un héros après le temps réglementaire ?

Quels sont les deux joueurs des Flames à avoir marqué un but décisif en prolongation la saison dernière ?

Il sera moins surprenant de savoir que Blair Jones et Matt Stajan ont accompli cet exploit plutôt que d'apprendre que les Flames n'ont remporté que deux victoires lors des cinq dernières minutes pendant toute la saison.

Alors qu'ils doivent se lancer dans leur section à la poursuite des Canucks de Vancouver, qui ont remporté le trophée des Présidents à deux reprises, les Flames ne peuvent tout simplement pas se permettre de laisser filer un point additionnel en prolongation ou en tirs de barrage. Avec trois victoires en tirs de barrage, cela donne aux Flames un total de cinq victoires après le temps réglementaire, contre un total de 16 défaites en prolongation et en tirs de barrage.

Il serait bienvenu que Kiprusoff s'améliore lors des tirs de barrage, compte tenu que son taux d'efficacité de ,625 (15 buts sur 40 tirs) lui a valu le 35e rang à ce chapitre dans la ligue. On est loin de s'attendre à un tel rendement d'un gardien ayant connu sept saisons de suite avec au moins 35 victoires. Kiprusoff est le meneur parmi les gardiens actifs avec 35 défaites en fusillade. Si quelqu'un peut aider les Flames à convertir plus de défaites d’un point en des victoires de deux points, il faut que ce soit le gardien de 35 ans.

6. Les Flames pourraient-ils vraiment échanger Jarome Iginla et/ou Miikka Kiprusoff pour commencer à refaire leur formation ?

Iginla, qui a connu 11 saisons de suite avec au moins 30 buts, deviendra un joueur autonome sans compensation après la prochaine saison, et Kiprusoff, lui, un joueur autonome sans compensation après la saison 2013-14. Si Calgary devait s'effacer de la course aux séries éliminatoires en février, il serait tentant pour Feaster d'essayer d'échanger un des deux joueurs pour obtenir de jeunes joueurs talentueux peu coûteux qui pourraient apporter de la profondeur et alléger la masse salariale.

Iginla possède une clause de non-échange, tandis que Kiprusoff n'en a plus depuis la saison dernière. Les deux joueurs sont populaires et ils détiennent plusieurs records de la concession, mais à l'exception d'une participation à la finale de la Coupe Stanley en 2004, les Flames ont raté les séries à 10 reprises et ils ont été battus à quatre reprises en première ronde depuis la première saison d'Iginla, en 1996-97.

Feaster a publiquement allégué qu'il ne démembrera pas l'équipe, et il a démontré au cours de son séjour au poste de directeur général du Lightning de Tampa Bay qu'il n'échangera pas un joueur étoile (Vincent Lecavalier) parce que des observateurs disent qu'il devrait le faire. Mais Feaster a refusé de discuter de la possibilité d'accorder un nouveau contrat à Iginla, préférant que cette discussion ne se déroule pas sur la place publique.

Il est difficile d'imaginer le meilleur marqueur de l'histoire des Flames dans un autre uniforme, à moins que l'équipe cafouille et que les négociations de contrat mènent à rien.

La situation de Kiprusoff est différente. Dans un marché peu enthousiaste pour les gardiens, et une année à écouler sur son contrat, un gardien fiable, souvent flamboyant, ancien gagnant du trophée Vézina pourrait permettre d'aller chercher des éléments pour alimenter le réservoir de jeunes talents, advenant que Feaster choisissent de prendre une nouvelle direction.

Suivez Brian Schiazza sur Twitter: @NHLSkeetz

 

La LNH sur Facebook