Se connecter avec votre compte LNH.com:
  • Soumettre
  • Ou
  • Se connecter avec Google
 

Quatre gardiens parmi les 10 meilleurs espoirs au Colorado

jeudi 2012-08-16 / 9:00 / LNH.com - Nouvelles

Par Davis Harper - Journaliste - LNH.com

Partagez avec vos amis


Quatre gardiens parmi les 10 meilleurs espoirs au Colorado

Au cours des récentes saisons, l’Avalanche du Colorado a repêché et développé un bon nombre d’attaquants talentueux qui comprend les noms de Ryan O’Reilly, Matt Duchene et Gabriel Landeskog, et ils représentent tous des joueurs clés à l’aube de la saison 2012-13.

Présentement, la filière de l’Avalanche regorge de jeunes espoirs devant le filet. Au cours de la dernière année, l’Avalanche a embauché quatre gardiens de but dans l’espoir de les voir se développer en cerbères du calibre de la LNH. Kent Patterson et Kiran Millan étaient les pierres d’assise de leurs équipes collégiales au Minnesota et à Boston University respectivement et Sami Aittokallio a défendu la cage de la Finlande lors des CMHJ 2012.

Calvin Pickard pourrait cependant être le meilleur du groupe. L’ancien des Thunderbirds de Seattle a établi un record de la Ligue de l’ouest pour les arrêts en carrière et est celui qui a le plus de potentiel en vue d’une éventuelle carrière dans la LNH.

30 EN 30

Colorado cherche à franchir la prochaine étape

Par Davis Harper – Journaliste LNH.com
Les jeunes joueurs de l’Avalanche du Colorado visent un retour en séries LISEZ:

Craig Billington, le vice-président du développement des joueurs de l’Avalanche et ancien gardien dans la LNH a avoué à LNH.com être passablement excité au sujet des nombreux espoirs devant le filet.

« Il y a clairement beaucoup de profondeur au sein de notre défensive et de nos attaquants avec l’équipe présentement, et derrière Varlamov, il y a aussi un groupe de jeunes gardiens de talent au sein de l’organisation », a expliqué Billington.

Voici un aperçu des 10 meilleurs espoirs de l’Avalanche :

1. Calvin Pickard, G: Comment tirer parti d’une situation désastreuse ? Pickard a rejoint les Thunderbirds il y a quatre saisons et après une sortie expéditive en première ronde des séries en 2009, l’équipe a croupi dans les bas-fonds de la ligue depuis. Malgré un dossier en carrière de 91-120-27, Pickard a effectué plus d’arrêts que quiconque dans l’histoire de la Ligue de l’ouest (7 727). Il a été nommé le joueur le plus utile de l’équipe à deux occasions et son pourcentage d’arrêts en carrière (,909) s’est maintenu parmi les plus hauts du circuit.

Pickard possède un niveau d’habileté pour arrêter les tirs, ainsi qu’une endurance impressionnante, ayant disputé près de 70 rencontres à chacune des trois dernières saisons.

Colorado a pris des notes et l’équipe l’a sélectionné au 49e rang en 2010, ajoutant un autre espoir en qui l’organisation espère voir se développer un solide cerbère. À 6 pieds 1 pouce et 208 livres, le gardien franchira une autre étape cette année en rejoignant les rangs des Monsters de Lake Erie dans la Ligue américaine de hockey.

« Son niveau de compétitivité et son sens du hockey sont excellents, a dit Billington. Il est dédié et très concentré sur ce qu’il a à faire. »

2. Michael Sgarbossa, C: Sgarbossa a été acquis dans la transaction Jamie McGinn et le natif de Campbellville en Ontario est immédiatement devenu le patineur le plus fluide chez les espoirs au Colorado. Après avoir été ignoré au repêchage de 2010, Sgarbossa a paraphé un premier contrat professionnel avec San Jose, sur les bases de son potentiel offensif. En deux saisons avec le Spirit de Saginaw et les Wolves de Sudbury de la Ligue de l’Ontario, Sgarbossa n’a pas déçu.

En 2011-12, l’habile centre a cimenté sa place au sein de l’élite de la Ligue de l’Ontario en remportant le championnat des pointeurs avec une récolte de 47 buts et 55 passes pour un total de 102 points en 66 rencontres. À 5 pieds 11 pouces et 175 livres, Sudbury a misé sur lui dans toutes les situations importantes, dont l’infériorité numérique et face aux meilleurs éléments adverses. Sgarbossa a terminé la campagne avec un différentiel de plus-21.

« Il a fini par gagner le titre des pointeurs dans l’Ontario, une ligue de premier plan pour le développement et il est un candidat très talentueux », a expliqué Billington.

À sa première année professionnelle en 2012-13, Sgarbossa tentera de poursuivre sur sa lancée avec Lake Erie.

3. Tyson Barrie, D: Lorsque l’Avalanche a laissé partir John-Michael Liles vers Toronto avant la saison 2011-12, c’était avec l’espoir de voir un joueur issu de l’organisation arrive à chausser ses patins.

Barrie, un joueur qui pourrait s’avérer l’héritier de Liles, est possiblement le meilleur espoir en défensive chez l’Avalanche. Petit (5 pieds 10 pouces et 190 livres) mais très talentueux, le natif de Victoria en Colombie-Britannique pourrait devenir le type de défenseur créatif, capable de bouger la rondelle, ce qui fait défaut au Colorado.

L’Avalanche l’a sélectionné au 64e rang en 2009 et il a impressionné à chaque stade de son développement. Barrie, le fils de l’ancien copropriétaire du Lightning de Tampa Bay Len Barrie, a connu quatre saisons productives avec les Rockets de Kelowna (51 buts et 177 passes en 256 rencontres) et a été une partie importante pour le Canada, en route vers une médaille d’argent lors des CMHJ en 2011.

L’an dernier, il a fait la transition avec Lake Erie et a accumulé 27 passes en 49 parties. À la pause du Match des Étoiles dans la LAH, il menait les pointeurs de son équipe et a reçu un appel pour disputer 10 rencontres avec l’Avalanche, n’arrivant pas à récolter de point. Barrie pourrait demeurer dans la LNH s’il connaît un bon camp d’entraînement.

« C’est un défenseur solide avec une bonne vision du jeu et un bon sens du hockey, il est très dévoué, de dire Billington. Il a livré la marchandise lorsque l’on a fait appel à lui l’an dernier et il a tout un passé avec Kelowna et lors des CMHJ. »

4. Duncan Siemens, D: Un autre espoir talentueux en défensive, Siemens a été le premier choix (11e au total) de l’Avalanche lors du repêchage de 2011, même s’il était un des plus jeunes joueurs disponibles. Doué et doté d’un physique imposant (6 pieds 3 pouces et 192 livres), il est très fort et il n’a pas peur de s’impliquer et de faire face aux opposants dans la Ligue de l’ouest. Patineur d’élite, Siemens possède également des atouts offensifs, lui qui a amassé 14 buts et 92 points en 188 parties avec Saskatoon.

Billington estime que Siemens apporte un superbe complément physique au groupe de jeunes défenseurs dans les filiales du Colorado. À 18 ans, Siemens passera une autre saison à Saskatoon et pourra développer son jeu dans toutes les facettes, avant de passer chez les professionnels en 2013.

5. Brad Malone, C: Après avoir été sélectionné 105e au repêchage 2007 de la LNH, Malone a passé les quatre années suivantes avec l’équipe North Dakota. Là, il s’est développé en tant qu’avant de puissance, prêt à jouer dans la LNH. Natif de Miramichi au Nouveau-Brunswick, il est passé pro avant la dernière saison et a connu un impact immédiat.

Ce n’est pas surprenant, Malone mesure 6 pieds 2 pouces et pèse 207 livres et son attitude sans crainte en fait une présence appréciable au sein de toute organisation. Il a également un talent offensif, ayant récolté 11 buts et 25 passes en 67 rencontres pour Lake Erie. Quand l’alignement de l’Avalanche a été amputé à cause de blessures en décembre, Malone a bien fait en neuf rencontres, passant environ 10 minutes en moyenne sur la glace et amassant deux passes. Si son développement suit le plan, il faut s’attendre à le voir percer l’alignement de l’Avalanche en cours de saison.

« C’est un gros joueur, très fort, qui peut jouer au centre et à l’aile, d’expliquer Billington. Il a un bon sens du hockey et n’a peur de rien. »

6. Cameron Gaunce, D: Encore un espoir en défensive qui fait sa niche, Gaunce est un expert pour écouler les pénalités pour Lake Erie. Il a été sélectionné au 50e rang en 2008 et le natif de Sudbury en Ontario âgé de 22 ans a pu parfaire son jeu à court d’un homme.

Il a fait ses débuts dans la LNH avec Colorado il y a deux saisons, jouant 11 parties et marquant un but, mais il a passé la totalité de la saison 2011-12 avec Lake Erie. Avec un bon camp d’entraînement, il pourrait possiblement convaincre Joe Sacco de lui faire une place sur une base régulière.

7. Kent Patterson, G: Patterson est le premier de deux espoirs, chez les gardiens de l’organisation, ayant connu une impressionnante carrière dans la NCAA. Le natif du Minnesota a rejoint l’équipe de son état d’origine, les Golden Gophers, après avoir été repêché au 113e rang en 2007 et est devenu le gardien partant de son équipe en tant que Junior. En 2011-12, Patterson a remporté le titre chez les gardiens de la Western Collegiate Hockey Association, fort d’une moyenne de buts alloués de 2,06. Il a également mené le Minnesota vers le Frozen Four, avant de s’incliner en demi-finale face à Boston College.

À 6 pieds 1 pouce et 196 livres, Patterson possède les atouts physiques et un bon positionnement, même si son contrôle des rebonds l’a hanté par le passé.

Celui qui devait assurément évoluer avec Lake Erie cette saison devra toutefois batailler avec Millan et Aittokallio pour mériter une place avec les Monsters. Même si Billington a dit que les trois feraient partie de l’organisation, au moins un des gardiens sera assigné à l’équipe d’expansion des Cutthroats de Denver de la Central Hockey League.

8. Kieran Millan, G: La deuxième moitié du duo de gardiens de la NCAA, Millan et ses Terriers de Boston University ont été éliminés du tournoi de la NCAA par Patterson et les Golden Gophers. Peu importe, Millan a connu une carrière sans doute plus décorée que Patterson au niveau collégial.

Millan a été désigné en tant que recrue de l’année en 2008-09, la même année où Boston University a remporté son plus récent titre de la NCAA. Colorado l’a repêché au 124e rang, cette année-là. Le natif d’Edmonton a défendu la cage de B.U. lors de ses quatre années passées là-bas, même si les Terriers n’ont jamais pu répéter leurs exploits de 2009.

Millan et Patterson ont signé des ententes contractuelles identiques, début mai, mettant la table pour une bataille de gardiens de but en vue de la saison qui arrive.

9. Mitchell Heard, C: Lorsque l’Avalanche en a fait son premier choix lors de l’encan 2012, on s’est gratté la tête chez les partisans de l’équipe. Peu de gens, en dehors de la Ligue de l’Ontario et de l’équipe de Heard, les Whalers de Plymouth, connaissaient le natif de Bowmanville en Ontario, avant le repêchage. Et pour une bonne raison. Heard avait été ignoré lors des deux repêchages précédents et ce dernier était davantage connu pour ses prouesses en tant que batailleur qu’autre chose.

Si on se gratte toujours la tête, ses 12 pénalités majeures pour s’être battu ont mené les Whalers en 2011-12, mais il s’est aussi développé comme étant un véritable dynamo offensif, inscrivant 29 buts et récoltant 28 passes, pour un total de 57 points en autant de rencontres. Il a estimé que le peu d’attention porté envers lui l’a aidé à travailler plus fort, et son caractère ainsi que son niveau de compétitivité ont su convaincre l’Avalanche de le sélectionner au 41e rang, avant des espoirs mieux classés.

Il passera chez les professionnels à l’âge de 20 ans, cette saison, et Billington a avoué qu’il ne serait pas étonné qu’il ait un impact immédiat à un niveau plus élevé.

10. Sami Aittokallio, G: Il est le premier espoir Finlandais de l’Avalanche et l’équipe estime en avoir trouvé un bon, avec ce 107e choix du repêchage de 2010. Aittokallio a joué au plus haut niveau dans son pays au cours des trois dernières saisons, ce qui signifie que son niveau d’expérience est passablement plus élevé que ses 20 ans. Il était le gardien partant pour la Finlande aux CMHJ de 2012 en janvier, et il a connu une performance étincelante en effectuant 56 arrêts dans une défaite de 3-2 en fusillade face aux éventuels détenteurs de la médaille d’or, la Suède.

Billington a révélé qu’il affectionnait le niveau de concentration du jeune gardien et qu’il s’attendait à le voir s’amener en Amérique du Nord cette saison, pour se disputer du temps de glace avec Lake Erie ou Denver. Aittokallio possède des réflexes impressionnants, il est naturellement athlétique et rapide. Toutefois, des aspects techniques de son jeu ont besoin de peaufinage, s’il espère livrer compétition à Pickard, Patterson et Millan pour son temps de jeu.

 

La LNH sur Facebook