Se connecter avec votre compte LNH.com:
  • Soumettre
  • Ou
  • Se connecter avec Google
 

Est-ce que Lundqvist et les Rangers pourront livrer la marchandise ?

lundi 2013-01-14 / 10:00 / LNH.com - Aperçus de la saison 2012-13

Par Dave Lozo - Journaliste LNH.com

Partagez avec vos amis


Est-ce que Lundqvist et les Rangers pourront livrer la marchandise ?

Pour une équipe qui vient de compléter un périple jusqu’en finale de l’Association de l’Est, beaucoup de questions demeurent en suspens après une saison morte agitée.

Les Rangers ont perdu un peu de leur profondeur, mais ont ajouté un marqueur de 40 buts. Sur les 12 attaquants réguliers qui étaient là la saison dernière, cinq ont quitté. La ligne bleue demeurera sensiblement la même, ce qui est important pour une équipe construite autour de la défensive.

Est-ce que les Rangers peuvent atteindre la finale de la Coupe Stanley pour la première fois depuis 1994 ? Les six questions qui suivent serviront à trouver un élément de réponse pour la précédente.

1. Est-ce que Henrik Lundqvist peut répéter ses exploits ?

Le gardien de 30 ans s’est maintenu parmi les meilleurs de la LNH tout au long de sa carrière, mais s’est finalement imposé comme étant possiblement LE meilleur, la saison dernière. Il a enregistré un dossier de 39-18-5, avec une moyenne de 1,97 et un pourcentage d’arrêts de ,930, des sommets en carrière.

Demander à un gardien de répéter une pareille saison, c’est en exiger beaucoup. Une charge de travail allégée de 62 départs aide à garder de l’énergie, mais le fait que les Rangers se soient maintenus au sommet dans l’Est durant la majorité de la dernière saison a permis au pilote John Tortorella de reposer son gardien élite plus souvent.

Pour aider leur attaque, les Rangers ont ajouté un marqueur de premier plan en la personne de Rick Nash, au cours de l’été, mais si l’équipe ne trouve pas une façon de marquer quelques buts de plus et que Lundqvist n’arrive pas à maintenir ses statistiques des dernières années, ça pourrait devenir un problème.

2. Comment vont-ils répondre aux attentes élevées ?

Les Rangers ont débuté la dernière saison après avoir raté les séries de justesse lors des deux années précédentes. Ils ont également été privés des services de leur meilleur défenseur, Marc Staal, qui a raté la première moitié de l’année aux prises avec une commotion cérébrale.

Passant sous le radar au cours des premières semaines, les Rangers sont apparus en tête du classement en novembre et décembre, pour ne plus jamais regarder en arrière par la suite. Cette saison, les Rangers ne joueront pas sous le couvert de l’anonymat.

Les joueurs ont parlé du fait que toutes les équipes voulaient faire de leur mieux face à la meilleure équipe du circuit au cours des quatre derniers mois. Les Rangers ont su répondre en remportant le titre dans l’Est, mais avec l’ajout de Nash, aucune équipe n’a de plus grosse cible accrochée à son dos. De voir de quelle façon réagiront les Rangers avec le titre de favoris pour amorcer la saison, ce qui n’était pas arrivé depuis belle lurette, sera intéressant à suivre.

3. Qui jouera avec qui ?

Marian Gaborik ratera environ les six premières semaines de jeu, lui qui se remet d’une opération à une épaule. Mais lorsque tous les joueurs seront en santé, de quoi auront l’air les combinaisons de trios ?

Évidemment, avec un Tortorella qui brasse ses lignes comme un enfant mécontent de son dessin sur son Etch-A-Sketch, les trios peuvent changer à chaque présence. Nash devrait débuter la saison avec Brad Richards comme joueur de centre, et si les deux arrivent à développer cette chimie qui a fait défaut entre Gaborik et Richards au début de la dernière saison, ils pourraient former la première unité.

Cette éventualité laisserait Derek Stepan au centre du deuxième trio en compagnie de Gaborik. Les deux ont très bien fait à l’occasion, la saison passée et Stepan a su connecter avec Chris Kreider régulièrement lors des séries, ils pourraient donc constituer un des meilleurs deuxièmes trios du circuit.

Un mauvais match et une mauvaise présence peut toutefois signifier qu’on brasse les cartes à nouveau, mais une fondation érigée sur l’idée de duos formés de Nash-Richards et de Gaborik-Stepan semble une option confortable.

4. Qui tuera les pénalités chez les attaquants ?

Les Rangers ont utilisé sept attaquants pour tuer les pénalités, la saison dernière, et quatre d’entre eux ont quitté (Brandon Prust, Brandon Dubinsky, Ruslan Fedotenko et Artem Anisimov)

Jaff Halpern a beaucoup d’expérience avec un homme en moins et a signé avec l’équipe au cours de l’été, toutefois, les Rangers n’ont que Brian Boyle, Ryan Callahan, Derek Stepan et Halpern comme options fiables en infériorité numérique.

Des joueurs de l’alignement actuel qui auront une opportunité d’occuper ce rôle sont Richards, Nash ainsi que Taylor Pyatt.

Richards était utilisé en situation d’infériorité numérique jusqu’à la saison 2008-09 avec les Stars et le Lightning, mais n’y a pas vu beaucoup d’action depuis. Les Rangers souhaitent-ils que leur pivot numéro un dépense son énergie à court d’un homme alors que l’équipe peine à marquer des buts ?

Nash tuait les pénalités régulièrement pour les Blue Jackets jusqu’à la saison 2009-10, mais encore-là, combien de temps de jeu Tortorella veut gaspiller de la part de Nash, son meilleur marqueur, surtout avec Gaborik absent en début de saison ?

Pyatt a également de l’expérience à court d’un homme, mais comme pour Richards et Nash, il n’y a pas joué de façon régulière la saison dernière. En tant que joueur de troisième trio, Pyatt sera un des premiers appelés pour combler cette lacune.

Les Rangers étaient au cinquième rang du circuit en infériorité numérique, la saison dernière. Il leur sera difficile de répéter ces exploits avec des pertes aussi importantes au cours de la saison morte.

5. Est-ce que le style hargneux des Rangers se retournera contre eux ?

Il ne faut pas se leurrer avec le style de jeu des Rangers, ils adorent le mettre en application et l’ont utilisé pour remporter 51 rencontres la saison dernière. Avec beaucoup de robustesse et de hargne, peu d’équipes peuvent battre les Rangers à leur propre jeu.

Mais ce style de jeu s’est retourné contre eux en fin de saison et en séries éliminatoires.

Les Rangers ont présenté un dossier de 11-9 lors des 20 dernières rencontres du calendrier régulier et de 10-10 lors des séries de fin de saison. Leur incapacité à écarter rapidement de leur chemin les équipes de huitième (Sénateurs) et de septième places (Capitals) a pesé lourd dans les jambes des joueurs, qui se sont inclinés en six rencontres face aux Devils, en finale d’association.

Aucun joueur n’a admis qu’ils étaient fatigués, mentalement ou physiquement, lors des séries, mais leur jeu sur la patinoire a laissé entendre un autre son de cloche. Les Rangers ont autant de talent que quiconque avec l’acquisition de Nash, mais peut-être qu’un peu moins de hargne et davantage de finesse aidera le club à faire un pas en avant.

6. Qu’est-ce que Chris Kreider peut apporter comme contribution ?

Si Carl Hagelin n’avait pas été suspendu lors de la première ronde des séries éliminatoires, Chris Kreider n’y aurait possiblement jamais vu d’action. Mais cette suspension de trois rencontres a ouvert la porte à Kreider et ce dernier a répondu avec une production de cinq buts et de sept points en 18 rencontres.

À l’occasion, Kreider était utilisé sur le premier trio de l’équipe et à d’autres moments, il était cloué au banc des siens en fin de rencontre, alors que le pointage était serré. Tortorella aura un meilleur aperçu de son joueur de 21 ans cette saison, mais est-ce trop demander que d’espérer voir Kreider connaître le même genre de production à sa première année complète dans la LNH ?

Sur une base annuelle, la production de Kreider en séries aurait représenté un dossier de 23 buts et neuf passes en 82 rencontres. Ça semble peu, compte tenu de la réputation qui le précède, mais les Rangers adhèreront à cette pensée aussi longtemps que Kreider améliorera son jeu sans la rondelle.

 

La LNH sur Facebook