Se connecter avec votre compte LNH.com:
  • Soumettre
 

Touchette : Nash ou l’envers de la médaille

mercredi 2012-08-08 / 11:52 / LNH.com - Nouvelles

Par Serge Touchette - Chroniqueur LNH.com

Partagez avec vos amis


Touchette : Nash ou l’envers de la médaille

J'étais en vacances au Nouveau-Brunswick lorsque les Rangers de New York, toujours les premiers en ligne lorsqu'une grosse vedette est sur le marché, ont acquis Rick Nash.

A vrai dire, je taquinais la truite mouchetée qui, ce matin-là, a levé le nez sur tous mes appâts. Je suis donc rentré au chalet bredouille. Et fort déçu. Puis j'ai ouvert la radio pour apprendre que la pêche avait été bien meilleure quelque part à New York.

Imaginez: en l'espace de quelques heures, les Rangers et les Yankees, respectivement, ont réalisé deux prises de taille: Rick Nash et Ichiro Suzuki. Connaissez-vous bien des villes capables de s'offrir pareil duo ?

Nash à New York, c'était écrit dans le ciel de Manhattan. Les Rangers, on se souvient, avaient tenté de l'acquérir quelques mois auparavant et New York, c'est ... New York. Qui ne veut pas aller jouer dans le Big Apple que ce soit au hockey, au baseball, au football, au basket, au backgammon ou encore au ping-pong ? Je vous le demande.

Et dire que les Rangers ont mis le grappin sur Nash sans même céder un Michael Del Zotto ou un Ryan McDonagh. Ils ont payé un bon prix, d'accord, mais ils ne se sont certainement pas saignés à blanc.

Ma première réaction ? Ne me demandez pas pourquoi, mais j'ai eu une pensée pour les partisans des Blue Jackets de Columbus, qui, à part les tours de magies de leur gros ailier, ont eu bien à se mettre sous la dent au cours des dernières années.

Ce fut, avouons-le, un mauvais moment à passer pour plusieurs d'entre eux. En cette journée de deuil à Columbus, le Black Jackets aurait davantage été approprié.

Les Rangers, bien sûr, ont réussi un coup d'éclat, qui donnera encore plus de dents à une équipe, qui était déjà parmi les mieux nanties de la LNH.

Avec Brad Richards, Ryan Callahan et Marian Gaborik, Nash fera sans doute un malheur. Ce gars-là a appris à marquer des buts avant de marcher. Ses sept saisons de 30 buts ou moins sont là pour en témoigner.

Les Rangers misaient déjà sur l'un des meilleurs gardiens de but du circuit en Henrik Lundqvist et sur une défense de premier-plan. Maintenant, ils possèdent l'une des attaques les plus explosives. Que leur faut-il de plus ?

Une meilleure équipe ?

Les Blue Jackets dans tout cela ?

La direction de l'équipe prétend qu'elle a obtenu ce qu'elle voulait (les attaquants Brandon Dubinsky, Artem Anisimov, le défenseur Tim Erixon et un choix de première ronde en vue du prochain repêchage).

Peut-être, mais essayez donc de convaincre les partisans des Black Jackets, pardon des Blue Jackets, qu'ils appuient désormais une meilleure équipe depuis que la direction a liquidé le meilleur joueur de la concession. Bonne chance.

L'avenir nous dira si la transaction aura été profitable aux Blue Jackets, mais en attendant, un petit marché, Columbus, a perdu sa seule grosse vedette au profit d'un gros marché.

Somme toute, les vedettes de la LNH ont un pouvoir accru.

Elles peuvent, on le sait, accéder à l'autonomie avec ou sans restriction, mais aussi elles ont le pouvoir de provoquer une transaction si le cœur leur en dit.

On connait l'histoire: Nash en avait assez de jouer avec une équipe qui tourne en rond depuis trop longtemps.

Il a donc réclamé une échange; quelques mois plus tard, son vœu était exaucé. Ce fut aussi simple que cela.

Une bonne affaire ?

Cet échange est évidemment une bonne affaire pour les Rangers, qui, la saison dernière, ont terminé au sommet de l'Association de l’Est.

Mais est-ce aussi une bonne affaire pour le hockey en général ?

Permettez-moi d'avoir des doutes.

En attendant, je retourne à la pêche. Qui sait ? Les Rangers et les Yankees n'ont peut-être pas vidé le lac...

 

La LNH sur Facebook