Nous avons mis à jour nos Conditions d'utilisation et notre Politique de confidentialité.  En continuant d'utiliser les services en ligne de la LNH, vous acceptez ces documents mis à jour et l'arbitrage de différends.
Bienvenue |Compte|Déconnecter 
NOUVEAUTÉ! SE CONNECTER AVEC VOTRE PROFIL DES MÉDIAS SOCIAUX
OU
Nom d’utilisateur ou courrielMot de passe
 

Le gardien et le rôle de van Riemsdyk en tête de liste des questions

mardi 2012-08-07 / 9:00 / LNH.com - Nouvelles

Par Dave Lozo - Journaliste LNH.com

Partagez avec vos amis


Le gardien et le rôle de van Riemsdyk en tête de liste des questions

Quand une équipe ne s’est pas qualifiée pour les séries éliminatoires pendant sept ans, il y a toujours plus de questions à poser que de réponses toutes prêtes.

C’est le cas des Maple Leafs de Toronto, qui sont l’équipe de la LNH absente des séries depuis le plus longtemps. Aussi, les Leafs n’ont pas récolté plus de 85 points depuis la saison 2007-08. Arrivé en mars, Randy Carlyle entreprendra sa première saison complète derrière le banc.

Jusqu’ici cet été, le changement le plus significatif a été d’envoyer le défenseur Luke Schenn à Philadelphie en retour de l’attaquant James van Riemsdyk. Le directeur général Brian Burke devra peut-être bouger de nouveau s’il veut enfin qualifier son équipe pour les séries.

Voilà six questions auxquelles les Leafs devront trouver une réponse :

30 EN 30

Peu de changements à Toronto

Par Dave Lozo - Journaliste LNH.com
L’arrivée de James van Riemsdyk est le changement le plus important à Toronto. LISEZ

1. Qui sera devant le filet pour le match d’ouverture?

Présentement, ce devrait être James Reimer avec Ben Scrivens comme auxiliaire. Mais les Leafs sont susceptibles de conclure à tout moment un échange pour les services d’un gardien établi.

Ils seraient intéressés à Roberto Luongo, devenu disponible depuis qu’il a perdu son poste de numéro un à Cory Schneider à Vancouver. S’il devait aboutir à Toronto, celui-ci serait incontestablement le numéro un.

Un autre nom est souvent mentionné, celui de Jonathan Bernier des Kings de Los Angeles. Cet ancien choix de première ronde doit regarder ailleurs maintenant que Jonathan Quick a signé un contrat de 10 ans et il a le talent pour être numéro un. Mais comme son expérience demeure limitée, il ne supplanterait pas Reimer automatiquement.

2. James van Riemsdyk fera-t-il l’affaire au centre?

Personne ne doute du potentiel de ce deuxième choix au repêchage de 2007, mais de sa capacité à s’adapter à une nouvelle position au centre dépendra une bonne partie des chances de succès des Leafs cette saison.

Agé de 23 ans, van Riemsdyk a presque toujours joué à l’aile avec les Flyers, mais les Leafs veulent le tester au centre. Si cela fonctionne, il complètera un premier trio solide avec Phil Kessel et Joffrey Lupul. Sinon, les Leafs continueront de se chercher un vrai centre de premier trio.

3. Comment les jeunes joueurs vont-ils progresser?

Les Leafs comptent sur plusieurs jeunes joueurs dans leur organisation et le moment serait bien choisi pour qu’ils commencent à réaliser leur potentiel.

Nazem Kadri, 21 ans, a été le septième choix du repêchage de 2009, mais n’a pas été encore capable de s’imposer dans la LNH. Ce joueur de centre a beaucoup de talent et s’il parvient à tout mettre en place au camp d’entraînement et mériter un poste régulier, il pourrait bien éclore.

Matt Frattin a marqué huit buts et récolté 15 points en 51 matchs comme recrue la saison dernière. Son nom a été mentionné comme monnaie d’échange pour Bernier mais on prévoit un brillant avenir à cet attaquant de 24 ans qui a marqué 36 buts en 44 matchs à l’Université de North Dakota en 2009-10.

Jake Gardiner, 21 ans, a joué comme un pro aguerri à sa première saison dans la LNH et récolté 30 points (7-23) en 75 matchs. Il arrive que les défenseurs régressent après une forte première campagne, comme Tyler Myers à Buffalo ou Michael Del Zotto avec les Rangers de New York, ce que Gardiner devra éviter si les Leafs veulent connaître plus de succès.

4. Comment s’améliorer en désavantage numérique?

Seuls les Blue Jackets de Columbus et les Sharks de San José ont fait pire que les Leafs en désavantage numérique la saison dernière. Confronté à la situation, Burke a fait signer un contrat à Jay McClement mais il faudra plus que ça pour résoudre le problème.

Lorsque les Leafs ont remplacé Ron Wilson par Carlyle en mars, l’adjoint Dave Farrish a aussi quitté Anaheim pour Toronto. L’ancien défenseur a surtout travaillé avec les joueurs évoluant en infériorité numérique chez les Ducks mais ceux-ci ne sont jamais classés mieux qu’au 19e rang dans la ligue à ce chapitre à ses trois dernières saisons complètes là-bas.

Une amélioration à la défense et devant le filet serait aussi bienvenue. Reimer s’est classé 75e sur 89 gardiens quant au pourcentage d’arrêts en désavantage numérique la saison dernière à ,808. Luongo a présenté un taux de ,870.

5. Pourra-t-on faire mieux défensivement?

Les Leafs n’en ont pas arraché qu’en désavantage numérique en 2011-12. Ils ont aussi été une des pires équipes à forces égales.

Les Leafs ont accordé 182 buts à cinq contre cinq, le deuxième pire total de la ligue, et 189 en tout à forces égales. Les Rangers de New York (182), les Kings de Los Angeles (170) et les Blues de St.Louis (155) ont tous accordé moins de buts au total que les Leafs seulement à forces égales.

Avec peu de changements dans la formation et, pour le moment, Reimer toujours prévu pour être devant le filet, un renversement de situation devra venir davantage d’un changement de philosophie. Kessel s’est impliqué en défense la saison dernière et il devra continuer de le faire.

En 18 matchs sous les ordres de Carlyle, les Leafs ont concédé 61 buts, plus que trois par match. On peut tenir compte de l’adaptation à un nouveau système de jeu mais cette excuse ne tiendra plus cette saison.

6. Burke sera-t-il contesté si les Leafs ratent de nouveau les séries?

Burke a été engagé en novembre 2008. Les Leafs venaient alors de connaître une saison de 83 points et ils n’ont jamais dépassé 85 points ou menacé de prendre part aux séries depuis son arrivée.

Burke a eu presque quatre ans pour relancer les Leafs dans la bonne direction et on peut se demander s’il sera remis en question s’il rate les séries une quatrième fois de suite. Une huitième année sans prendre part aux séries égalerait un record de concession pour la cinquième pire séquence du genre dans l’histoire de la LNH.

Burke aurait signé un contrat de six ans quand il a accepté le poste de directeur général. Pour le moment, rien n’indique que son poste soit en danger, mais une autre saison sans participation aux séries pourrait changer la donne.

Suivez Dave Lozo sur Twitter: @DaveLozo

 

La LNH sur Facebook