Bienvenue |Compte|Déconnecter 
NOUVEAUTÉ! SE CONNECTER AVEC VOTRE PROFIL DES MÉDIAS SOCIAUX
OU
Nom d’utilisateur ou courrielMot de passe
 

Est-ce que Jagr peut aider Benn et Eriksson à atteindre le niveau suivant ?

samedi 2012-08-04 / 9:00 / LNH.com - Nouvelles

Par Adam Kimelman - Directeur adjoint de la rédaction à NHL.com

Partagez avec vos amis


Est-ce que Jagr peut aider Benn et Eriksson à atteindre le niveau suivant ?

Lorsque Jaromir Jagr est revenu dans la LNH après avoir disputé trois saisons en Russie, il avait beaucoup à apprendre à propos de la façon dont le hockey se joue actuellement en Amérique du Nord.

Il a certainement démontré qu’il pouvait apprendre rapidement, avec 19 buts et 35 passes en 73 rencontres avec les Flyers de Philadelphie, la saison dernière, en plus d’accumuler huit points en 11 parties lors des séries éliminatoires.

Il pourra dorénavant apporter ce mentorat à Dallas, là où il essaiera de faire, avec les étoiles en devenir Jamie Benn et Loui Eriksson, ce qu’il a accompli auprès de Claude Giroux et de Scott Hartnell, en tant que compagnon de trio.

Est-ce que Jagr, à 40 ans, peut encore produire ?

30 EN 30

Dallas espère un retour en séries

Par Adam Kimelman - Directeur adjoint de la rédaction à NHL.com
Après trois ans d’absence, les Stars cherchent à retourner en séries. LISEZ

« Je pense qu’il n’y a pas de doute, il lui reste du carburant dans le réservoir. Il a connu une superbe saison avec Philadelphie », a relaté le directeur général des Stars, Joe Nieuwendyk, après avoir fait signer Jagr au bas d’un contrat d’un an pour la somme de 4,55 millions $, le mois dernier. « Il demeure un joueur de calibre mondial. Même à 40 ans, il demeure un joueur difficile à arrêter. Il est encore aussi bon que quiconque dans cette ligue, en utilisant son physique avantageux. Il conserve une forme irréprochable. Je pense qu’il cadre parfaitement avec notre groupe. »

Une des choses que Jagr a apprises la saison dernière est l’importance de conserver un poids élevé. Il a avoué que le fait d’être passé de 240 livres, au début de la saison, à 228 lorsque cette dernière a pris fin dans l’espoir de gagner en rapidité n’a fait que réduire sa force et se veut l’une des raisons qui expliquent pourquoi il n’a marqué que trois buts et amassé seulement neuf passes lors des 20 dernières rencontres du calendrier régulier.

« J’ai démarré la saison à 240 livres et je me sentais très bien, a dit Jagr. Puis, j’ai descendu mon poids à 228 livres et je ne me sentais pas aussi bien. Je pense que mon lancer n’était plus le même. C’est ce que j’ai compris la saison passée, si je perdais du poids, je serais plus rapide, mais ce n’est pas nécessairement pour le bien. Je ne me sentais pas confortable avec mon lancer lors de la deuxième moitié de la saison parce que j’avais perdu un peu de poids. »

Si Jagr occupait une place importante sur la glace avec les Flyers, c’est sa présence hors glace qui a joué un rôle déterminant dans le succès des Flyers. L’éthique de travail de Jagr en a fait un modèle pour les jeunes joueurs de l’équipe.

À Dallas on espère qu’il pourra faire la même chose avec Benn et Eriksson, entre autres. Les deux joueurs ont déjà participé à un match des étoiles, mais de les amener à un niveau semblable à celui de Giroux et Hartnell permettrait aux Stars de faire un grand pas en avant, surtout dans l’optique d’un retour en séries pour la première fois depuis des années.

« La chose la plus importante, pour les jeunes joueurs, c’est d’apprendre à écouter, explique Jagr. Il n’y a pas de secret pour connaître du succès, il faut travailler fort. Le talent c’est bien, mais sans le travail, vous n’avez aucune chance. Il faut travailler plus fort que les autres joueurs. Il faut être prêt à en donner beaucoup. Si c’était facile, tout le monde le ferait. Ce n’est pas facile, il n’y a qu’un seul joueur qui peut être le meilleur. C’est pourquoi il vous faut travailler davantage. »

Jagr peut pointer du doigt son retour pour prouver que le fait de travailler fort signifie davantage de succès. Il n’est plus le joueur dominant qu’il était dans les années 90, mais il espère pouvoir aider la prochaine génération de joueurs des Stars, comme il l’a fait avec la prochaine génération de joueurs des Flyers.

« Il y a dix ou douze ans, je sentais que j’étais le meilleur joueur au monde, dit Jagr. Je sais comment y arriver. Je n’ai tout simplement plus les attributs pour le faire aujourd’hui. Mais c’est ainsi que je peux aider les jeunes joueurs. »

 

La LNH sur Facebook