Nous avons mis à jour nos Conditions d'utilisation et notre Politique de confidentialité.  En continuant d'utiliser les services en ligne de la LNH, vous acceptez ces documents mis à jour et l'arbitrage de différends.
Se connecter avec votre compte LNH.com:
  • Soumettre
  • Ou
  • Se connecter avec Google
 
 

    Rick Nash devient un membre des Rangers

    mercredi 2012-07-25 / 21:21 / LNH.com - La Ligue nationale de hockey

    Par Dave Lozo - Journaliste LNH.com

    Partagez avec vos amis


    Rick Nash devient un membre des Rangers
    Rick Nash n’a eu qu’à discuter un peu avec un ancien joueur des Rangers pour se convaincre que New York était la place pour lui.

    GREENBURGH, N.Y. - Rick Nash n’a eu qu’à discuter un peu avec un ancien joueur des Rangers pour se convaincre que New York était la place pour lui.

    Vaclav Prospal, qui a passé deux ans chez les Rangers avant de se joindre aux Blue Jackets de Columbus la saison dernière, lui a vanté son ancienne équipe, l’organisation et l’entraîneur John Tortorella. Prospal était encore en contact avec Nash mercredi matin, deux jours après l’échange majeur qui l’a fait passer de Columbus à New York.

    « Vinny m’a envoyé un texto il y a une heure », a fait savoir Nash, assis dans dans un vestiaire du Madison Square Garden avec son nouveau chandail accroché derrière lui. « Il m’a dit que j’allais vivre parmi les meilleurs moments de ma carrière. Il adore Torts. D’après ce que je comprends, il est très exigeant, ce n’est pas facile de jouer pour lui et il faut qu’on travaille vraiment fort, et c’est ce à quoi on doit s’attendre d’un entraîneur. »

    Cinq mois après avoir informé les Blue Jackets qu’il souhaitait être échangé, Nash a été cédé aux Rangers lundi en retour des attaquants Brandon Dubinsky et Artem Anisimov, du défenseur Tim Erixon et d’un choix de première ronde. Nash a déclaré qu’il n’est jamais devenu frustré ou impatient, mais il a avoué qu’il aurait aimé rejoindre les Rangers avant la date limite des échanges.

    « J’étais déçu, mais j’étais capitaine d’une équipe de la LNH et un professionnel, a-t-il expliqué. De gros échanges sont complétés en une journée et d’autres prennent plusieurs mois. C’était vraiment gros pour les deux organisations, il fallait faire les choses correctement et je respecte ça.

    « J’ai toujours souhaité que les choses soient faites de la bonne façon. Je voulais jouer dans un endroit qui me plaisait et c’était ma priorité de me retrouver ici. Je suis heureux que tout ait fonctionné et s’il avait fallu attendre tout l’été, bien j’aurais attendu.

    « Je ne pense pas avoir encore digéré tout ce qui m’arrive », a poursuivi Nash, à peine arrivé à New York pour prendre part à une école de hockey pour les jeunes et rencontrer les médias. « C’a été un peu fou avec tout ce qui s’est passé dernièrement. J’ai hâte de rencontrer tout le personnel ici, de connaître les joueurs et d’arriver au camp d’entraînement. »

    Nash, qui profitait d’une clause de non-échange, aurait soumis une liste de cinq équipes pour lesquelles il accepterait de jouer: les Rangers, les Flyers de Philadelphie, les Penguins de Pittsburgh, les Red Wings de Detroit et les Sharks de San José. Sa priorité n’était pas d’aboutir dans un gros marché mais dans une équipe pouvant aspirer aux grands honneurs maintenant et dans le futur.

    C’est pourquoi, a-t-il dit, les Rangers étaient son premier choix.

    « Un gros marché n’est qu’un boni qui vient avec. J’y suis habitué pour avoir grandi dans la région de Toronto et jouer à Columbus était un peu différent. »

    Nash a aussi déploré les déboires à répétition des Blue Jackets.

    « J’aurais assurément préféré gagner plus souvent et disputer plus que quatre matchs éliminatoires en neuf ans de carrière, a-t-il dit. Mais ça n’a pas fonctionné comme prévu. Je pense qu’il faut regarder le côté positif. J’aboutis à New York dans une des organisations qui ont le plus marqué l’histoire et je pense que c’est le rêve de tous les jeunes de jouer pour une des six équipes originales dans cette grande ville. Je ne pense pas qu’il y avait une meilleure place pour moi. »

    Nash a révélé avoir reçu des appels ou des textos de ses nouveaux coéquipiers Ryan Callahan, Henrik Lundqvist, Brad Richards et Marc Staal. Richards pourrait devenir le meilleur joueur de centre avec lequel il a jamais joué. Il n’a jamais pu compter sur un fabricant de jeu de ce niveau même s’il a réussi 289 buts en 674 matchs avec les Blue Jackets.

    « C’est emballant, a-t-il dit. À Columbus, nous avons essayé différentes combinaisons et certaines ont fonctionné. J’ai connu quelques bonnes saisons, personnellement, et l’équipe est parfois venue près d’atteindre les séries. Mais ici on parle d’une équipe de niveau mondial avec un joueur de centre de premier plan. »

    Mais il y aura la pression qui vient avec, et Nash le sait.

    Les Rangers ont terminé au premier rang dans Est la saison dernière et accédé à la finale de l’Association. Avec l’addition de Nash sans perdre aucun attaquant des deux premiers trios ni aucun défenseur régulier, la pression sera encore plus forte.

    Nash a représenté le Canada aux Jeux de Vancouver en 2010 et il est donc prêt à affronter New York.

    « Je suis tout à fait prêt à m’engager, a-t-il dit. Je pense que je ne pouvais avoir plus de pression en 2010 avec les Olympiques dans mon propre pays. J’ai l’impression que le hockey est une véritable passion ici et qu’on s’attend toujours à une équipe capable de gagner le championnat. L’organisation a tout fait pour y parvenir et la pression devient quelque chose de formidable si utilisée à bon escient. »

    Nash a indiqué qu’il lui importait peu de jouer à l’aile gauche ou à l’aile droite et qu’il ferait tout ce qu’allait lui demander Tortorella, dont les équipes sont bien connues pour bloquer des lancers et jouer de façon responsable dans leur territoire. Tortorella est aussi réputé pour ses camps d’entraînement exigeants, ce dont Nash a discuté avec Prospal avant même la conclusion de l’échange.

    « J’en ai entendu parler à quelques reprises, a-t-il confié. Je suis certainement d’accord. Chaque entraîneur et chaque équipe a sa formule pour le camp d’entraînement. Je pense que c’est très bien. Les joueurs doivent être dans leur meilleure forme s’ils veulent jouer à leur meilleur niveau et dominer la compétition. »

    Suivez Dave Lozo sur Twitter: @DaveLozo

     

    La LNH sur Facebook