Nous avons mis à jour nos Conditions d'utilisation et notre Politique de confidentialité.  En continuant d'utiliser les services en ligne de la LNH, vous acceptez ces documents mis à jour et l'arbitrage de différends.
Bienvenue |Compte|Déconnecter 
NOUVEAUTÉ! SE CONNECTER AVEC VOTRE PROFIL DES MÉDIAS SOCIAUX
OU
Nom d’utilisateur ou courrielMot de passe
 

Jagr veut faire sa part pour ramener les Stars dans les séries

jeudi 2012-07-05 / 17:02 / LNH.com - Nouvelles

Par Adam Kimelman - Directeur adjoint de la rédaction à NHL.com

Partagez avec vos amis


Jagr veut faire sa part pour ramener les Stars dans les séries

Jaromir Jagr a admis que les Stars de Dallas n’étaient pas la première équipe qu’il avait en vue à la fin de la saison 2011-12, mais il est très heureux de son sort.

A la surprise de plusieurs, Jagr a accepté un contrat d’un an des Stars mardi, d’une valeur de 4,55 millions $.

« Je veux jouer pour une équipe qui pense que je peux les aider, c’est le plus important », a-t-il commenté en conférence téléphonique jeudi. « Je crois pouvoir jouer dans un des deux premiers trios. Et çela aussi a toujours été le plus important. Je veux jouer un rôle important dans une nouvelle équipe. »

Jagr aura cette chance à Dallas, où il pourrait bien se retrouver à la droite du premier trio en compagnie de Jamie Benn et Loui Eriksson.

Jagr est le plus gros nom au sein d’une formation renouvelée par le directeur général Joe Nieuwendyk à partir de l’échange de Mike Ribeiro à Washington la journée du repêchage. Nieuwendyk a engagé un autre quarantenaire, Ray Whitney, pour deux ans, dimanche, et a cédé le lendemain deux joueurs aux Sabres de Buffalo en retour de Derek Roy.

A son retour dans la LNH après trois en Russie, Jagr a marqué 19 buts et totalisé 54 points en 73 matchs des Flyers, où il jouait dans le premier trio avec Claude Giroux et Scott Hartnell, qu’il a aidés à connaître la meilleure saison de leur carrière.

Jagr aimerait avoir la même influence sur les jeunes vedettes des Stars.

« Je sais ce qu’il faut pour être le meilleur parce que je pense que je l’étais probablement il y a 10 ou 12 ans, a-t-il dit. Je n’ai plus les outils maintenant. Mais je peux aider les plus jeunes, c’est certain. Le plus important pour le jeune joueur est d’écouter. C’est bien d’avoir du talent, mais sans le travail vous n’avez aucune chance. Il faut travailler plus fort que les autres. Il faut être prêt à souffrir. Si c’était facile, tout le monde le ferait. »

Nieuwendyk est confiant que l’âge de Jagr, qui aura 41 ans en février, n’importera aucunement dans son jeu.

« Il n’y a pas le moindre doute qu’il n’est pas un joueur fini. Il a connu toute une saison à Philadelphie, a commenté Nieuwendyk mardi. C’est toujours un joueur de niveau mondial. De mettre la main sur un joueur semblable est une vraie bonne affaire.

« Même à 40 ans, il demeure très difficile à contenir. Il est aussi bon que n’importe qui dans la ligue pour utiliser son physique imposant en zone offensive. Il se garde dans une forme superbe. Il sait jusqu’où il peut aller pour demeurer efficace. Je m’attends à ce qu’il s’intègre vraiment bien à notre groupe de joueurs. »

Jagr a dit à la fin de la dernière saison à Philadelphie qu’il n’avait jamais trouvé autant de plaisir à jouer au hockey, lui qui a pourtant gagné deux coupes Stanley à Pittsburgh. Malgré tout il a fini par avoir l’impression que son séjour avec les Flyers serait bref.

« Après la saison, et même pendant, je croyais que j’allais rester à Philadelphie, mais j’imagine qu’ils ont voulu aller dans une direction différente, a-t-il raconté. Ils attendaient de voir ce qui allait se passer avec (Zach) Parise et (Ryan) Suter et probablement que j’aurais dû attendre jusqu’à maintenant pour tenter de renégocier une nouvelle entente. Mais je ne voulais pas attendre.

« Je prévoyais des développements à la fin de la saison ou avant le début du marché des joueurs autonomes, mais il ne s’est tien passé, ce qui m’a fait croire que je ne serais pas de retour. S’ils avaient vraiment voulu de moi, ils auraient au moins entrepris des discussions parce qu’ils en avaient la possibilité. »

Le Canadien est alors devenu son premier choix, a-t-il reconnu, mais l’équipe n’était réceptive.

« J’ai toujours voulu jouer au Canada et je voulais aller à Montréal si possible, mais le Canadien n’était pas intéressé, a dit Jagr. Et tout d’un coup j’ai reçu un appel de Joe Nieuwendyk. »

Jagr est le 11e marqueur de l’histoire de la LNH, avec 665 buts, et il totalise 1653 points en 18 saisons avec les Penguins, les Capitals de Washington, les Rangers de New York et les Flyers. Il portera les couleurs d’une équipe de l’Association de l’Ouest pour la première fois et pour ceux qui s’inquiètent des plus longs déplacements à venir rendu à son âge. Jagr rétorque que ce ne sera rien comparé de ce qu’il a vécu dans la KHL.

« En Russie je jouais à Omsk et le plus court déplacement était de deux heures et demie, a-t-il rappelé. Nous avions des vols de cinq ou six heures deux fois par mois et c’était un avion totalement différent de celui des Stars. »

Jagr affirme avoir appris beaucoup à son retour dans la LNH, notamment quel genre de condition physique il se doit de conserver.

« J’ai commencé la saison à 240 livres et je me sentais très bien, a-t-il dit. J’ai ensuite maigri jusqu’à 228 livres et je ne me sentais plus aussi à l’aise. Je trouvais que mon lancer n’avait plus la même vélocité. C’est ce que j’ai appris l’an dernier: je croyais je serais plus rapide si je perdais du poids. Mais ce ne fut pas nécessairement le cas et je ne me sentais plus aussi confortable en deuxième moitié de saison. Je pense que je suis encore en bonne forme. Mon taux de gras est à neuf pour cent, ce qui est très bon à 40 ans. »

Jagr est aussi parmi les meilleurs compteurs de l’histoire en séries éliminatoires, auxquelles il a participé à moins de 16 reprises. Et il compte bien ajouter à sa fiche le printemps prochain même si les Stars ont raté les séries au des quatre dernières saisons.

« Ce que j’ai bien appris, c’est de pas mésestimer un adversaire, jamais!, a-t-il dit. Je me souviens d’équipes auxquelles des experts garantissaient la Coupe Stanley qui n’ont même pas atteint les séries. Et c’est aussi vrai à l’inverse. Les Kings de Los Angeles sont passés tout près de rater les séries et ils ont gagné la Coupe Stanley.

« La différence entre les équipes championnes et celles qui ratent les séries est tellement mince, les petits détails font toute une différence. Je crois qu’avec les jeunes, et l’acquisition de Roy et de Ray Whitney, qui est encore un grand joueur, nous allons prendre part aux séries. Je ne veux pas penser autrement. J’ai raté les séries seulement deux fois dans ma vie et je ne veux pas revivre cette expérience. »

Contactez Adam Kimelman à akimelman@nhl.com . Suivez le sur witter: @NHLAdamK

 

La LNH sur Facebook