Nous avons mis à jour nos Conditions d'utilisation et notre Politique de confidentialité.  En continuant d'utiliser les services en ligne de la LNH, vous acceptez ces documents mis à jour et l'arbitrage de différends.
Se connecter avec votre compte LNH.com:
  • Soumettre
  • Ou
  • Se connecter avec Google
 

Bergevin heureux d'ajouter du caractère à l'alignement du CH

lundi 2012-07-02 / 20:10 / LNH.com - Nouvelles

Par Richard Milo - Correspondant LNH.com

Partagez avec vos amis


Bergevin heureux d'ajouter du caractère à l'alignement du CH

BROSSARD - Le Canadien a complété son magasinage du week-end de la Fête du Canada lundi en s'entendant avec son gardien Carey Price pour les six prochaines saisons.

Price, qui était un joueur autonome avec restriction, a accepté une entente d'une valeur de 39 millions $, ce qui en fera un des gardiens les mieux rémunérés dans la LNH.

C'est aussi le contrat dont la valeur totale est la plus élevée dans l'histoire du Canadien.

« C'est un des meilleurs gardiens dans la ligue », a dit le directeur général du Canadien Marc Bergevin en faisant le bilan d'une autre journée occupée au Complexe sportif de Brossard, lundi. « Quand on a un gardien de ce talent-là, il ne faut pas aller en chercher un ailleurs.

« C'est difficile à avoir, a-t-il ajouté. Pour avoir du succès dans les séries, il faut pouvoir compter sur un gardien comme lui. »

Agé de 24 ans, Price touchera un salaire annuel de 6,5 millions $, ce qui en fait maintenant le quatrième gardien le mieux rémunéré dans la LNH, à égalité avec Ilya Brysgalov. Pekka Rinne (7 millions $), Henrik Lundqvist (6,87 millions ) et Roberto Luongo (6,71 millions $) seraient les seuls à toucher plus que lui.

A l'image du Canadien, Price a connu sa part de difficultés la saison dernière mais il est la pierre angulaire de l'équipe. Il n'a remporté que 26 victoires, 12 de moins que la saison précédente (38 en 2010-11) quand il avait réalisé huit jeux blancs. En 65 matchs, il a affiché un dossier de 26-28-11, conservé une moyenne de buts alloués de 2,43 et un taux d'efficacité de .916.

En 2011-12, Price a gagné 3 milions $ lors de la deuxième année d'un contrat évalué à 5,5 millions $.

« C'est d'une grande importance pour moi », a dit Price au début de la soirée lors d'un appel-conférence depuis Williams Lake en Colombie-Britannique. « De toute évidence, c'est un grand honneur d'avoir un tel vote de confiance.

« Je ne pense pas que ça (son contrat de 39 millions $ ) m'apportera plus de pression. Un gardien a déjà suffisamment de pression, peu importe combien il gagne. »

Un compromis a-t-il été nécessaire ?

« Ils sont contents et nous sommes contents », a indiqué Bergevin, laissant entendre que les négociations se sont bien déroulées après avoir expliqué que beaucoup de temps avait été consacré à finaliser cette entente au cours de la journée.

« Nous sommes très contents, a-t-il confié. C'était important pour nous. Il est un élément important dans notre équipe. »

Dimanche à l'ouverture du marché des joueurs autonomes, le Canadien avait mis sous contrat l'ailier gauche Brandon Prust après avoir rapatrié le vétéran défenseur Francis Bouillon et engagé l'ailier droit Colby Armstrong.

Prust, a signé un contrat de quatre ans (10 millions $), Bouillon, un an (1,5 million $) et Armstrong, un an (1 million $).

Un peu de magasinage

Comme la veille, Bergevin a aussi « regardé un peu » et fait du magasinage pour engager un autre joueur autonome et il a affirmé que le nom de Jaromir Jagr a été mentionné lors de discussions internes.

« On a parlé de lui (Jagr) mais pour l'instant, c'est non. »

Tout comme ils ont parlé entre eux de Jiri Hudler, qui a accepté un contrat de 16 millions $ pour quatre ans des Flames de Calgary.

Et P. A. Parenteau ?

« On était intéressé, a-t-il admis. On a parlé à l'agent de Parenteau deux à trois fois », a-t-il noté.

Le CH lui aurait-il offert un contrat ?

« Si c'était possible au prix qu'on voulait », a-t-il dit de Parenteau, qui s'est entendu avec l'Avalanche du Colorado en obtenant un contrat de quatre ans d'une valeur de 16 millions $ - le même montant que Hudler.

Le Canadien a-t-il comblé ses besoins ?

« Il y a encore des joueurs d'impact. Il faut payer le gros prix et on regarde ça plus ou moins, a admis Bergevin. Notre but est d'améliorer l'équipe si ça entre dans la masse salariale. Il reste encore des sous. Si on peut encore améliorer l'équipe, on va le faire. Mais il ne faut pas aussi fermer la porte aux jeunes - Leblanc et Gallagher. »

De nouveau questionné sur Scott Gomez, Bergevin a ensuite répété: « Il fait partie de l'équipe. On me pose cette question depuis le premier jour. Il est un joueur du Canadien de Montréal. »

Invité à parler de sa première expérience comme directeur général lors des deux premiers jours du marché des joueurs autonomes, Bergevin a ensuite souligné lors de sa rencontre avec les médias à la fin de l'après-midi que « ce fut intéressant mais fatiguant ».

« Ça fait deux fois que c'est le 1er juillet ! »

Du caractère

Le Canadien a ajouté de la profondeur à l'attaque avec les acquisitions de Prust et Armstrong, deux joueurs de troisième et quatrième trios, et de la maturité à la ligne bleue avec le retour à Montréal de Bouillon.

« Ce sont des joueurs de caractère et ça donne une identité différente à l'équipe, a expliqué Bergevin. Depuis ma nomination, j'ai beaucoup parlé d'équipe et de caractère. Ils ajoutent de la personnalité à l'équipe et selon moi, ça manquait l'an passé. »

Prust, 28 ans, apportera beaucoup de robustesse à une formation qui en a bien besoin.

« On a envoyé Michel (Therrien) et Scott (Mellanby) pour rencontrer Brandon et sa famille. On était sincère pour qu'il vienne à Montréal. »

La saison dernière, Prust a livré 20 bagarres, un sommet dans la LNH, et il remplacera dans le rôle de dur-à-cuire Brad Staubitz, dont le séjour a été de courte durée avec le CH. Staubitz a conclu une entente de deux ans avec les Ducks d'Anaheim.

Qui plus est, Prust sait jouer en désavantage numérique. Avec les Rangers, l'entraîneur-chef John Tortorella l'employait régulièrement pour écouler le temps lors des pénalités.

Prust a réussi cinq buts et 12 passes en 2011-12. Quant à Staubitz, il n'a pris part qu'à 19 rencontres dans l'uniforme du Canadien, n'inscrivant qu'un but, et ce fut dans un filet désert lors du dernier match !

En revanche, Armstrong représente un risque, n'ayant joué que 79 matchs au cours des deux dernières saisons avec les Maple Leafs de Toronto en raison des blessures, notamment une commotion cérébrale.

Bouillon, lui, a disputé 66 matchs avec les Predators de Nashville, jouant une moyenne d'environ 17 minutes par match. Il revient avec le Canadien après avoir passé les trois dernières saisons dans la « ville de la musique ». Il a totalisé 481 matchs avec le CH de 1998-99 à 2008-09. Comme Armstrong qui a joué sous les ordres de Therrien avec les Penguins de Pittsburgh, il retrouvera à Montréal l'entraîneur-chef qui l'a dirigé dans la LHJMQ, dans la Ligue américaine à Fredericton et avec le Canadien.

« Michel les connaissait (Bouillon et Armstrong), a noté Bergevin. C'est le genre de joueurs qu'on voulait. »

 

La LNH sur Facebook