Nous avons mis à jour nos Conditions d'utilisation et notre Politique de confidentialité.  En continuant d'utiliser les services en ligne de la LNH, vous acceptez ces documents mis à jour et l'arbitrage de différends.
Bienvenue |Compte|Déconnecter 
NOUVEAUTÉ! SE CONNECTER AVEC VOTRE PROFIL DES MÉDIAS SOCIAUX
OU
Nom d’utilisateur ou courrielMot de passe
 

Alex Galchenyuk doit retrouver sa vitesse d'exécution après avoir raté la majeure partie de la dernière saison

jeudi 2012-06-28 / 16:39 / LNH.com - Nouvelles

Par Richard Milo - Correspondant LNH.com

Partagez avec vos amis


Alex Galchenyuk doit retrouver sa vitesse d'exécution après avoir raté la majeure partie de la dernière saison

BROSSARD - Il s'appelle Alex Galchenyuk. Il faudra apprendre à prononcer son nom mais ce n'est rien comparativement à ceux qui l'affronteront dans la LNH.

Du moins c'est ce qu'il faut en conclure à la suite du concert d'éloges dont il a été l'objet à la suite de sa sélection par le Canadien lors du repêchage de la LNH à Pittsburgh.

« Je veux seulement être le joueur que je suis », a dit Galchenyuk jeudi au camp de perfectionnement du Canadien au Complexe sportif de Brossard.

« Comme j'ai raté une année complète, a-t-il ajouté, je dois retrouver ma vitesse d'exécution. Je veux être un meilleur patineur, améliorer mon jeu dans son ensemble. C'est un processus d'apprentissage.

« On verra comment ça ira au camp en septembre et si j'ai besoin de retourner dans les rangs juniors, a-t-il poursuivi. Je ne peux pas prédire l'avenir.»

Après avoir pris part à une séance d'exercices et d'évaluation, Galchenyuk a sauté sur la glace en fin d'après-midi. Il fait partie du groupe de 14 joueurs qui prennent part à la deuxième tranche du camp de perfectionnement du Canadien. Auparavant, il avait été mitraillé de questions à l'heure du midi par les représentants des médias qui voulaient tout savoir, ou presque, sur lui et son père.

Fils d'Aleksandr - un ancien hockeyeur professionnel qui a bourlingué en Europe et en Amérique, ayant notamment joué à Milwaukee où son fils est né - Alex parle plusieurs langues (russe, italien, anglais et un peu de français) en plus d'avoir les outils nécessaires pour réussir au hockey professionnel.

On dit de lui qu'il a un sens inné du hockey, beaucoup de caractère et une grande confiance en ses moyens.

« Mon père m'a donné tellement de conseils qu'il est difficile de trouver lequel est le meilleur, a confié Galchenyuk. Il me raconte aussi beaucoup d'histoires. Il a travaillé fort pour que je sois là où je suis. Je ne peux pas décrire tout ce qu'il a fait pour moi. »

Quelle a été la première réaction de son père ?

« Il était très excité. Il savait que j'avais une chance de venir à Montréal. Pour mes grands-parents, il n'y avait d'ailleurs que deux équipes dans la LNH, Montréal et les Blackhawks de Chicago ! »

Fait intéressant, Galchenyuk père faisait partie de l'équipe soviétique de hockey junior de 1987 qui avait été impliquée dans la bagarre générale contre le Canada au Championnat mondial de hockey junior en République tchèque, à Piestany. La bagarre, à laquelle avaient pris part Theoren Fleury, Brendan Shanahan et Mike Keane, entre autres, s'était poursuivie dans l'obscurité car les lumières avaient été éteintes dans l'espoir de mettre fin aux combats. A la suite de la disqualification des deux équipes, la Finlande avait remporté la médaille d'or.

« Mon père me raconte qu'ils ont eu le meilleur dans les bagarres mais je ne suis pas sûr, a dit le jeune Galchenyuk en souriant. C'est vraiment difficile à dire en voyant la vidéo ! Il me dit qu'il a gagné sa bagarre mais encore là, on ne voit pas très bien. »

A 100 pour cent

Choix de première ronde du Canadien au repêchage (3e au total) et âgé de 18 ans, Galchenyuk est complètement remis de l'opération au genou qui l'a réduit à l'inactivité pendant la majeure partie de la dernière saison.

En fait, il n'a joué que deux matchs en saison régulière et six en séries éliminatoires avec le Sting de Sarnia - où il était un coéquipier de Nail Yakupov, le premier choix du repêchage par les Oilers d'Edmonton.

En 2010-11, Galchenyuk avait totalisé 83 points en 68 matchs à Sarnia.

« J'ai travaillé fort depuis quatre mois, a-t-il insisté. Ce fut vraiment une mauvaise expérience cette année mais c'est derrière moi. J'ai été opéré au genou le 27 octobre. »

À ceux qui s'inquiètent de la condition de son genou, il a insisté pour dire: « Le Canadien sait que mon genou est à 100 pour cent. Je suis complètement rétabli. Aux séances d'évaluation à Toronto, j'avais prouvé que mon genou était à 100 pour cent. »

Est-il nerveux à l'idée de jouer à Montréal ?

« Je sais que les gens sont passionnés de hockey ici, a-t-il dit, visiblement à l'aise et nullement intimidé par la présence d'autant de journalistes autour de lui. Ils en deviennent fous parfois ! Ce sera une grande expérience pour moi. »

Comme quoi le repêchage de la LNH a été suivi de près, le nombre d'abonnés à son compte Twitter a bondi de 8,000 à 23,000 en quelques jours.

Galchenyuk portait le no 27 quand il a sauté sur la glace et non le no 94 comme à Sarnia. Le 27, c'est l'ancien numéro d'Alexei Kovalev. Avec lui, il y avait les six autres espoirs réclamés par le CH à Pittsburgh, notamment le Suédois Sebastian Collberg (33e au total), un ailier gauche. Le défenseur Mac Bennett, un choix de 2009, et l'attaquant Daniel Pribyl, un choix de 2011, sont également présents en plus de cinq joueurs invités.

Les gardiens québécois Maxime Lagacé et Etienne Marcoux, du Rocket de l'Ile-du-Prince-Edouard et de l'Armada de Blainville-Boisbriand, sont au nombre des joueurs invités.

 

La LNH sur Facebook