Nous avons mis à jour nos Conditions d'utilisation et notre Politique de confidentialité.  En continuant d'utiliser les services en ligne de la LNH, vous acceptez ces documents mis à jour et l'arbitrage de différends.
Se connecter avec votre compte LNH.com:
  • Soumettre
  • Ou
  • Se connecter avec Google
 

Adam Oates prêt à diriger une équipe de la LNH

mercredi 2012-06-27 / 22:20 / LNH.com - Nouvelles

Par Ben Raby - correspondant LNH.com

Partagez avec vos amis


Adam Oates prêt à diriger une équipe de la LNH

WASHINGTON – Bien avant que les Capitals de Washington de 2000-01 soient couronnés champions de la section Sud-Est, le capitaine d’alors, Adam Oates, n’était pas satisfait du début de saison de sa formation (fiche de 0-4-2 après 6 parties).

« Je me souviens d’une fois où il était venu nous voir, l’entraîneur Ron Wilson et moi », a raconté le directeur général des Caps George McPhee mercredi. « Nous étions dans le hall d’un hôtel sur la route et Adam nous avait demandé si nous avions pensé à faire jouer Peter Bondra à la pointe en avantage numérique. Nous n’étions pas convaincus, mais Adam nous a dit que nous avions besoin de son lancer et qu’il pourrait l’alimenter. »

Sur les conseils d’Oates, Bondra a commencé à évoluer à la pointe sur le jeu de puissance. À la fin de la saison, Bondra dominait la ligue avec 22 buts en supériorité numérique et Oates était le meilleur passeur du circuit avec 69 aides.

« C’est lui qui nous l’avait recommandé et ce n’est pas la seule fois que ses conseils ont rapporté », a admis McPhee à propos de l’intelligence et de la connaissance du hockey d’Oates.

Oates a passé près de six saisons avec les Capitals de 1997 à 2002 et il est maintenant de retour à Washington. Mercredi, il a officiellement pris les rênes de l’équipe en devenant le 16e entraîneur-chef de l’histoire de la franchise. Oates succède à son ancien coéquipier Dale Hunter, qui a remis sa démission le 14 mai, peu de temps après que les Caps eurent été éliminés par les Rangers de New York en sept parties lors de la deuxième ronde des séries éliminatoires.

« Je crois fermement en la communication, a déclaré Oates. Quand les joueurs voient à quel point vous êtes dévoué et vous connaissez votre sport, ils croient en vous. Évidemment, sauter sur la glace avec eux et leur montrer quelques trucs qu’ils peuvent ajouter à leur jeu ne nuit pas, mais je crois qu’il faut d’abord mériter leur respect. »

Oates a été embauché mardi, quelques heures avant qu’on lui apprenne qu’il serait admis au Temple de la renommée du hockey. Ses statistiques offensives accumulées en 19 saisons le placent parmi les plus grands joueurs de la LNH (il est 6e en carrière au chapitre des assistances et 16e pour les points), mais ce sont les intangibles apportés par l’homme de 49 ans qui lui ont valu le poste d’entraîneur-chef des Capitals.

« Ça prend quelqu’un d’intelligent derrière le banc, a expliqué McPhee. Pensez à Bill Belichick avec [les Patriots de] la Nouvelle-Angleterre, c’est quelqu’un de brillant. Vous voulez pouvoir compter sur les plus brillants. Avec sa compréhension du jeu et sa facilité à l’exprimer, je crois qu’Adam est le candidat tout désigné.

« C’est lui qui a le plus de potentiel et il pourrait vraiment faire la différence. »

En plus de Belichick, McPhee a aussi comparé Oates à Nicklas Lidstrom, en raison de leur capacité à limiter les erreurs mentales, et à Jacques Lemaire.

« Lemaire préconisait le même style qu’Adam. C’était un excellent attaquant qui savait aussi comment jouer en défense. Jacques Lemaire est devenu un entraîneur exceptionnel et à écouter Adam parler de hockey, je lui prédis le même avenir. »

Oates s’amène à Washington sans aucune expérience à la tête d’une équipe, mais il a occupé le poste d’entraîneur adjoint lors des trois dernières campagnes avec le Lightning de Tampa Bay (2009-10) et les Devils du New Jersey (2010 à 2012).

Au New Jersey, Oates a été louangé pour avoir permis au jeu de puissance des Devils de passer du 28e rang dans la ligue (14,3 pour cent) en 2010-11 au 14e la saison dernière (17,2 pour cent). Oates a aussi travaillé étroitement avec Ilya Kovalchuk, qui a rebondi avec 37 buts et 83 points l’an passé après n’avoir amassé que 60 points en 2010-11.

À Washington, Oates fera face à un défi semblable pour relancer le capitaine Alex Ovechkin. Ovechkin vient de connaître la pire saison de sa carrière avec une récolte de 65 points.

« On va parler de son style, a affirmé Oates. Je crois que son jeu physique est unique. C’est un joueur spécial, mais je crois pouvoir lui enseigner quelques trucs. Toutefois, il devra d’abord gagner ma confiance et ce processus commencera très bientôt.

« Ilya a fait des ajustements de son propre gré et tout le monde a remarqué qu’il était un joueur différent cette année. Il a fallu lui montrer de nouvelles choses. Parfois, même les joueurs étoiles ont besoin d’être dirigés. »

Les Capitals ont fait passer une entrevue à Oates peu de temps après la défaite des Devils en finale de la Coupe Stanley contre les Kings de Los Angeles. Il espère pouvoir apporter chez les Caps un style semblable à celui préconisé par les Devils et les Kings.

« Cette année, en finale, on a vu deux équipes qui ne reculaient devant rien et qui étaient partout sur la glace, a expliqué Oates. Je crois vraiment que le hockey d’aujourd’hui se définit par la possession territoriale. Il faut établir son territoire et le protéger. Je regarde l’alignement des Caps et avec tout le talent qui se trouve ici, je ne vois pas pourquoi on ne pourrait pas augmenter la cadence et jouer de façon plus agressive sans pour autant sacrifier la défensive. Cela nécessite du dévouement partout sur la glace. »

 

La LNH sur Facebook