Se connecter avec votre compte LNH.com:
  • Soumettre
  • Ou
  • Se connecter avec Google
 

Touchette: Galchenyuk, respirons par le nez

mercredi 2012-06-27 / 14:07 / LNH.com - Nouvelles

Par Serge Touchette - Chroniqueur LNH.com

Partagez avec vos amis


Touchette: Galchenyuk, respirons par le nez

Je ne me considère pas comme un « casseux de party ». Plutôt comme un Saint-Thomas.

Je dois voir pour croire. Et encore.

Quand j'achète un produit, j'ai souvent l'impression de me faire avoir. Ne me demandez pas pourquoi.

Un exemple ? J'achète un téléviseur et j'ai l'étrange impression que son espérance de vie sera deux fois moindre que celui promis par le vendeur.

Autre exemple: j'achète un aspirateur et je suis certain que le vendeur, dans son for intérieur, est mort de rire.

« Un autre poisson », qu'il doit être en train de se dire.

Suis-je normal, docteur ?

O.K. d'abord. J'exagère.

Bref, je suis du genre soupçonneux.

Pour cette raison, je n'ai pu m'empêcher de grimacer, l'autre jour, lorsque le Canadien a repêché Alex Galchenyuk au premier tour.

Rien contre Galchenyuk, mais les réactions ont été à ce point unanimes que je me suis demandé s'il n'y avait pas un peu d'exagération.

« Il est vraiment bon ! », s'est exclamé à peu près tout le monde.

Et quand je dis tout le monde, c'est tout le monde. Seul le doc Mailloux ne s'est pas encore prononcé sur le jeûnot.

La solution? 

Mais à écouter tout ce beau monde, j'ai cru entendre par moments un vendeur de char usagé.

Galchenyuk est-il vraiment ce gros joueur de centre, qui fait rêver les dirigeants du Canadien et leurs fans depuis des lunes ?

Peut-être que oui.

J'ai envie de croire que le Canadien a misé juste.

Cela dit, j'ai eu une pensée pour Doug Wickenheiser, Saku Koivu et aussi pour ce téléviseur haute gamme, qui m'a fait rager deux ans seulement après son achat. Ce qui m'a incité à prendre un peu de recul.

Wickenheiser s'est révélé un flop alors que Koivu n'a certainement pas été aussi bon qu'on nous l'avait dit au départ.

Galchenyuk, je vous l'accorde, n'est ni Wickenheiser, ni Koivu.

« C'est le joueur qu'on voulait », a dit Trevor Timmins, le directeur du recrutement chez le Canadien.

A première vue, Galchenyuk a tout pour réussir.

Il est rapide, créatif, explosif. On dit aussi qu'il est déterminé comme deux et qu'il a du caractère. C'est presque trop beau pour être vrai, madame Robidoux.

Un bémol, cependant: il a soigné une blessure à un genou. Mais, nous assure-t'on, tout est rentré dans l'ordre depuis.

« Son genou est comme neuf », qu'on nous dit.

Faudra voir, bien sûr, mais on a presqu'envie d'accorder le bénéfice du doute à ce nouvel espoir.

Ne reste plus au Canadien qu'à bien le développer. A cet égard, le Canadien a des choses à prouver.

En attendant, les partisans de l'équipe, qui, pour la plupart, n'ont jamais vu jouer Galchenyuk, voient un peu de lumière au bout du tunnel. Tant mieux.

Personnellement, je me garde une petite gêne.

Galchenyuk est certainement doué, mais, comme Saint Thomas, il me faut voir avant de croire.

Un acheteur échaudé ...

Des choix justifiés 

On a parfois reproché au Temple de la Renommée du hockey d'admettre n'importe qui dans ses rangs.

Ce n'est certainement pas le cas, cette année.

Les sélections de Joe Sakic, Mats Sundin, Pavel Bure et Adam Oates sont pleinement justifiées.

Sakic a été l'un des meilleurs joueurs de centre de l'histoire la LNH, Sundin a été le meilleur joueur de l'histoire des Leafs de Toronto, Bure a été l'un des joueurs les plus spectaculaires de son époque et Oates a été un passeur peu ordinaire. Avec Brett Hull, il a déjà formé un duo infernal.

Brendan Shanahan ? Il sera sans doute admis, l'an prochain, tout comme Jeremy Roenick.

Eric Lindros ? A mes yeux, Lindros, victime de commotions cérébrales à répétition, n'a pas sa place au Panthéon pour la simple raison que sa carrière a été trop brève.

Après les départs de Lemieux et Gretzky, il devait assumer le rôle de numéro un dans la LNH. Or il n'a jamais approché le niveau de jeu des deux autres. Il a été un bon joueur, Eric Lindros, pas une super-vedette.

 

La LNH sur Facebook