Bienvenue |Compte|Déconnecter 
NOUVEAUTÉ! SE CONNECTER AVEC VOTRE PROFIL DES MÉDIAS SOCIAUX
OU
Nom d’utilisateur ou courrielMot de passe

Tim Bozon aura la chance de réaliser le rêve de son père Philippe

samedi 2012-06-23 / 17:17 / LNH.com - Repéchage LNH 2012

Par Arpon Basu - Directeur de la rédaction LNH.com

PITTSBURGH – Philippe Bozon a dû battre bien des cotes pour devenir le premier joueur né en France à évoluer dans la Ligue nationale et aboutir au Temple de la renommée de la Fédération internationale de hockey au côté des Mario Lemieux et compagnie.

Mais il y a un rêve qu’il n’a jamais réalisé au cours d’une carrière exceptionnelle qui inclut quatre participations aux Jeux olympiques, et c’est de jouer pour le Canadien dans une ville francophone.

Or voilà que son fils pourrait lui faire vivre son rêve par procuration.

Tim Bozon, un ailier droit des Blazers de Kamloops de la Ligue junior de l’Ouest, a été repêché par le Canadien au 64e rang samedi et son père a tiré une fgrande fierté de voir fiston porter le célèbre chandail bleu, blanc, rouge.

« Je suis très heureux, a confié papa Bozon. J’ai joué mon hockey junior à St-Jean et je rendais assister à des matchs au Forum. C’était mon rêve d’enfance, alors de voir Tim entrer dans cette organisation avec laquelle j’aurais aimé être associé me rend très fier. »

Philippe Bozon a disputé 144 matchs dans l’uniforme des Blues de St.Louis de 1991 à 1995 avant d’aller poursuivre sa carrière en Suisse où il réside maintenant. Tim Bozon est né à St.Louis et s’il détient aussi la citoyenneté suisse, c’est pour la France qu’il joue sur la scène internationale, tout comme son père et son grand-père avant lui.

Et un jour il aura peut-être l’occasion de porter également les couleurs de la plus grande équipe francophone au monde.

« C’est une organisation qui fait confiance à ses jeunes joueurs et le fait que Montréal soit une ville francophone est formidable pour moi, a-t-il dit. Je suis très excité à la pensée de jouer à Montréal. J’adore la ville et j’adore le Québec. »

Les joueurs qui peuvent s’exprimer en français à Montréal retiennent toujours un peu plus l’attention mais Philippe croit que son fils pourra supporter la pression et il voit plutôt le côté positif de jouer dans une ville aussi passionnée de hockey.

« Il y a beaucoup d’énergie positive qui provient de cette ville et de ses partisans qui vivent pour le hockey, estime le paternel. Il rêve de hockey jour et nuit de sorte qu’il n’y a pas de meilleure place pour lui. »

Tim a décidé cette saison de venir poursuivre son apprentissage dans le hockey junior majeur canadien. Mais plutôt que de venir au Québec, où la transition aurait été plus facile, il a opté pour l’Ouest canadien, une décision qui a rapporté pour l’attaquant qui a récolté 71 points en autant de matchs.

« Je voulais jouer dans la LNH, je suis prêt à tout faire pour y parvenir et j’ai jugé que le hockey junior majeur était la meilleure voie, a-t-il expliqué. On est vu plus souvent par les équipes professionnelles. J’ai choisi la Ligue de l’Ouest parce que c’est plus robuste, les défenseurs sont plus gros et les déplacements plus exigeants. C’est une ligue où il faut être fort mentalement. J’aurais pu opter pour le Québec  mais je voulais que ce soit vraiment difficile. Je pense avoir fait le bon choix. »

On est bien d’accord chez le Canadien.

« Un Européen comme lui qui est prêt à aller jouer à Kamloops, c’est assez évident qu’il veut faire une carrière. Ca m’a beaucoup impressionné », a raconté le directeur général Marc Bergevin.

Evidemment être repêché par une équipe de la LNH ne garantit aucunement qu’un jeune va jouer pour cette formation un jour mais c’est certes un pas dans la bonne direction.

Et une occasion que Bozon a l’intention d’exploiter au maximum.

« Nous sommes heureux aujourd’hui qu’il soit membre d’une des plus prestigieuses organisations de la LNH, a dit son père Philippe. Et c’est maintenant à lui de faire ce qu’il faut pour réaliser son rêve. »

Si Tim Bozon joue pour le Canadien un jour, ce sera aussi un peu le rêve du père qui se réalisera.