Bienvenue |Compte|Déconnecter 
NOUVEAUTÉ! SE CONNECTER AVEC VOTRE PROFIL DES MÉDIAS SOCIAUX
OU
Nom d’utilisateur ou courrielMot de passe

L’ère Bergevin commence avec plusieurs bons choix au repêchage

samedi 2012-06-23 / 17:35 / LNH.com - Repéchage LNH 2012

Par Arpon Basu - Directeur de la rédaction LNH.com

Partagez avec vos amis


L’ère Bergevin commence avec plusieurs bons choix au repêchage

PITTSBURGH – Marc Bergevin venait juste de compléter son premier repêchage à titre de directeur général des Canadiens de Montréal, que son rayonnant sourire affiché au visage trahissait sa joie.

Bergevin et son directeur du recrutement, Trevor Timmins, ont sélectionné six joueurs dans les six dernières rondes du repêchage, samedi, en mettant la main sur plusieurs jeunes qui étaient classés à des positions beaucoup plus élevées qu’aux rangs auxquels ils ont pu les choisir. Ils ont ainsi amélioré la profondeur de l’organisation qui commençait à être drôlement décimée.

« Je suis vraiment content, a déclaré Bergevin. Seul le temps le dira, mais je suis vraiment fier des joueurs que nous avons sélectionnés à mon premier repêchage à titre de directeur général. »

Les Canadiens ont pu choisir au 33e rang l’ailier droit suédois Sebastian Collberg, un joueur classé au troisième rang sur la liste européenne du Bureau central de dépistage de la LNH. Ils ont également sélectionné le défenseur Dalton Thrower en 51e position, lui qui figurait au 26e rang chez les patineurs nord-américains. Les deux joueurs étaient les premiers choix de deuxième ronde des Canadiens depuis 2008.

« Nous avons ajouté beaucoup de talent, beaucoup d’habiletés offensives, de la robustesse et de la détermination », a affirmé Timmins, qui était particulièrement content d’avoir pu mettre la main sur Collberg. « Seul le temps dira, mais nous sommes très contents. C’est comme si c’était Noël, le père Noël est arrivé et nous déballons nos cadeaux. Il est maintenant le temps de se mettre au travail et d’aider ces jeunes à se développer afin qu’ils atteignent leur plein potentiel. Ça, c’est notre job. »

Avec leurs deux choix suivants, les Canadiens ont sélectionné l’ailier droit Tim Bozon, des Blazers de Kamloops, au 64e rang, et le centre Brady Vail, des Spitfires de Windsor, en 94e place. Ces deux joueurs figuraient respectivement en 42e et 38e positions sur la liste nord-américaine finale du Bureau central.

Par la suite, le Tricolore a opté au 122e rang pour le petit attaquant Charles Hudon, des Saguenéens de Chicoutimi, qui était classé en 95e position parmi les patineurs nord-américains. Le dernier joueur que la formation montréalaise a sélectionné a été l’attaquant suédois Erik Nystrom au 154e rang.

Collberg semble être la plus belle surprise, car Bergevin prétend « qu’il jouera sur les deux premiers trios en raison de ses habiletés de marqueur et de son caractère. »

Timmins a révélé qu’il était allé voir Collberg s’entraîner avec l’équipe junior de Frolunda en Suède, et après un éreintant entraînement d’une heure, il a été rappelé pour jouer avec la formation senior en soirée.

Timmins et le recruteur des Canadiens en Europe, Christer Rockstrom, ont tous les deux reconduit Collberg à l’amphithéâtre pour son match. Le jeune Suédois a commencé la rencontre sur le quatrième trio, avant de le terminer sur la deuxième ligne d’attaque où il s’est très bien débrouillé.

« Il mesure 5 pi 11 po, il est vraiment costaud et trapu, avec de grosses jambes, a dit Timmins. Il est bâti un peu comme Daniel Alfredsson que j’ai connu quand j’étais à Ottawa. Il a le même style de jeu que le capitaine des Sénateurs, il est vraiment déterminé et il est un passionné du hockey. »

Collberg a joué le reste de la saison avec l’équipe senior de Frolunda avec laquelle il n’a obtenu aucun point en 41 matchs, une situation frustrante pour un joueur qui a toujours excellé à l’attaque partout où il a joué.

Timmins a souligné que Collberg avait terminé au premier rang des pointeurs dans tous les tournois internationaux auxquels il a participé avec l’équipe nationale de la Suède des moins de 18 ans. Au championnat mondial junior, il a été utilisé plus souvent que Filip Forsberg, qui fut le 11e choix du repêchage.

Collberg a d’ailleurs totalisé sept points dans le tournoi au cours duquel la Suède a remporté la médaille d’or.

« J’ai joué dans une ligue supérieure contre des hommes, ce fut donc une année difficile pour moi, a admis Collberg. Après les matchs, je me posais la question à savoir si je ne devais pas retourner chez les juniors, car c’était plus facile pour moi. C’était difficile de ne pas obtenir ma part de points. »

Cette faible production n’a pas semblé décourager la direction des Canadiens. Quand on lui a demandé s’il était content de voir que Collberg était encore disponible au 33e rang, Timmins a simplement lancé : « Voyez-vous mon sourire? »

Bergevin a ajouté un autre facteur qui avait joué en faveur de Collberg.

« Au cours de ma carrière, je n’ai jamais joué avec un mauvais joueur suédois, a révélé Bergevin. Ils sont tous de gentils hommes. Ils ont le sens du hockey, ils sont du bon monde. Honnêtement, je pense que les Suédois sont vraiment de bonnes personnes. »

En incluant Alex Galchenyuk, qu’ils ont sélectionné au troisième rang du repêchage, les Canadiens ont choisi six attaquants et un défenseur, comblant ainsi un vide. Le Tricolore s’était concentré sur les défenseurs au cours des dernières années, bien que Timmins ait insisté pour dire qu’il ne regardait pas la position du joueur dans ses choix.

L’équipe aurait bien aimé repêcher un gardien, mais ceux qui les intéressaient n’étaient plus disponibles au moment de leur choix.

Bergevin en était à son premier gros événement depuis qu’il est le nouveau patron à Montréal. Le repêchage est le début de la période au cours de laquelle il pourra laisser sa marque.

« Il est comme un capitaine, a déclaré Timmins. Il est un leader extraordinaire et une bonne personne. »

Même si Bergevin a laissé toute la place à Timmins lors de la séance de repêchage, il est clair que ce dernier a tenu compte des évaluations personnelles du nouveau directeur général.

Quand on lui a demandé, vendredi, comment se faisait-il qu’il savait que Galchenyuk avait le caractère nécessaire pour devenir un joueur étoile, Bergevin a répondu : « Par son regard. »

Bergevin a eu son mot à dire dans la sélection de Thrower avec le deuxième choix de l’équipe en deuxième ronde.

« Je l’ai vu jouer une fois dans un match des espoirs à Kelowna. Il s’en est pris à Thomas Wilson, de Plymouth, qui était l’un des plus gros joueurs disponibles au repêchage, a dit Bergevin. Je me souviens de m’avoir posé la question. ‘C’est qui ce jeune-là?’ Il n’y avait aucune raison pour qu’on le laisse passer. »

Bergevin est confiant d’en venir à une entente avec les joueurs clés des Canadiens qui deviendront autonomes avec compensation la semaine prochaine, soit le gardien Carey Price, les défenseurs P.K. Subban, Alexei Emelin et Raphael Diaz, ainsi que les attaquants Lars Eller et Ryan White.

Bergevin n’a pas voulu préciser s’il se mettra à la chasse des joueurs qui deviendront autonomes sans compensation le 1er juillet.

Il a cependant fait savoir qu’il avait déjà eu des discussions avec les joueurs qui profiteront de l’autonomie complète au début du mois, dont l’attaquant Travis Moen.

Après avoir ajouté plusieurs nouveaux visages à la direction et derrière le banc de l’équipe, les partisans des Canadiens pourront porter une évaluation plus précise du travail de Bergevin au cours des prochaines semaines.

« Les membres de l’organisation sont enthousiastes, a dit Bergevin. C’est un nouveau départ. Il y a des fois que les changements s’avèrent difficiles, mais je pense que les amateurs sont positifs. »