Nous avons mis à jour nos Conditions d'utilisation et notre Politique de confidentialité.  En continuant d'utiliser les services en ligne de la LNH, vous acceptez ces documents mis à jour et l'arbitrage de différends.
Bienvenue |Compte|Déconnecter 
NOUVEAUTÉ! SE CONNECTER AVEC VOTRE PROFIL DES MÉDIAS SOCIAUX
OU
Nom d’utilisateur ou courrielMot de passe

Le Canadien se retrouve dans une position inhabituelle au repêchage

jeudi 2012-06-21 / 20:42 / LNH.com - Repéchage LNH 2012

Par Arpon Basu - Directeur de la rédaction LNH.com

Partagez avec vos amis


Le Canadien se retrouve dans une position inhabituelle au repêchage

PITTSBURGH – Les Canadiens de Montréal n’ont pas profité d’un rang de sélection aussi avantageux au repêchage de la LNH depuis 32 ans. À la suite de la saison désastreuse que vient de connaître la franchise, ce choix revêt une importance significative.

Le directeur général Marc Bergevin et le directeur du recrutement amateur Trevor Timmins sont d’ailleurs revenus sur cet enjeu lorsqu’ils ont rencontré les médias jeudi.

« Le Père Noël ne dit jamais qui a été sage et qui a été vilain », a dit Timmins à la blague lorsqu’on lui a demandé combien de joueurs se retrouvaient sur sa liste de repêchage. « Alors, je ne révélerai rien non plus. »

Ce n’est pas facile de déterminer ce que le Canadien pourrait faire avec son troisième choix. Bergevin est toujours disposé à effectuer une transaction, mais ni lui ni Timmins n’ont révélé le moindre indice concernant l’éventuelle sélection du CH.

Cependant, Timmins a reconnu que le repêchage de cette année était beaucoup plus imprévisible que les précédents et il croit que cela devrait assurer un bon spectacle.

« Tous nos partisans et tous les amateurs de hockey devraient regarder le repêchage vendredi soir, car ça promet d’être meilleur que n’importe quelle émission de télé-réalité. Les dix meilleurs joueurs sont presque tous interchangeables, a admis Timmins. Ce sera intéressant pour nous, le personnel du recrutement, de voir où aboutira chacun des espoirs. »

Bergevin n’a révélé qu’un seul élément de la stratégie des Canadiens, qu’ils utilisent leur troisième choix ou qu’ils l’échangent : l’organisation va choisir le meilleur joueur disponible, quelle que soit sa position.

« On gagne des championnats avec le talent, a ajouté Bergevin. Ça prend des joueurs costauds et toutes sortes d’autres joueurs, je ne dis pas le contraire, mais sans talent, c’est impossible de remporter le gros lot. C’est le talent qui prévaut. »

Les Canadiens tiendront une réunion finale vendredi matin pour apporter les dernières touches à leur liste de repêchage, mais Bergevin n’écarte aucune possibilité, dont celle d’échanger ce troisième choix.

Ce serait un coup dur pour Timmins, qui a passé les derniers mois à épier les dix meilleurs espoirs, c’est-à-dire depuis la pause du Match des Étoiles, lorsqu’il a réalisé que le CH pourrait choisir parmi les cinq premiers.

Or, si une transaction permet d’améliorer l’équipe, Timmins ne se plaindra pas.

« Si ça permet d’améliorer notre équipe et de gagner la Coupe Stanley, je n’ai rien contre. » Telle serait sa réponse si Bergevin devait lui annoncer qu’il allait échanger son troisième choix. « J’appuierais mon patron », a-t-il ajouté.

Cependant, Timmins n’a pas que la troisième sélection en tête. Les Canadiens possèdent trois choix parmi les 51 premiers et quatre parmi les 64 premiers. Ça aussi, c’est excitant pour une formation qui n’a pas repêché au deuxième tour depuis 2008.

« Au début de la deuxième ronde, il reste toujours quelques espoirs que vous croyiez voir partir au premier tour », a expliqué Timmins à propos du deuxième choix de l’équipe, le 33e au total. « C’est une bonne position et nous sommes fébriles. C’est un excellent atout. On espère qu’il restera quelques espoirs qui étaient haut placés dans notre liste. »

Dans un autre ordre d’idées, Bergevin a confirmé que les Canadiens avaient décidé de soumettre le cas de leur gardien de but étoile, Carey Price, à l’arbitrage salarial. Ce ne serait qu’une formalité et il ne faut surtout pas interpréter cela comme un signe que les négociations piétinent.

« Ce n’est qu’une formalité permise par la convention collective, a-t-il fait remarquer. Carey savait que nous allions faire ça. Toutes les parties concernées sont d’accord avec cette procédure. »