Nous avons mis à jour nos Conditions d'utilisation et notre Politique de confidentialité.  En continuant d'utiliser les services en ligne de la LNH, vous acceptez ces documents mis à jour et l'arbitrage de différends.
Bienvenue |Compte|Déconnecter 
NOUVEAUTÉ! SE CONNECTER AVEC VOTRE PROFIL DES MÉDIAS SOCIAUX
OU
Nom d’utilisateur ou courrielMot de passe

Francis Beauvillier a fait un détour payant avant d'être admissible au repêchage de la LNH

mercredi 2012-06-20 / 17:52 / LNH.com - Repéchage LNH 2012

Par Pete Jensen - Correspondant LNH.com

Partagez avec vos amis


Francis Beauvillier a fait un détour payant avant d'être admissible au repêchage de la LNH

Francis Beauvillier n'avait jamais imaginé qu'il aurait à faire un tel détour pour réaliser son rêve.

Le rapide attaquant évoluait dans la LHJMQ depuis deux saisons et son année d'admissibilité au repêchage de la LNH allait bientôt s'amorcer.

Mais en mai dernier, les Maineiacs de Lewiston, l'équipe avec laquelle Beauvillier avait passé toute sa carrière au hockey junior, a brusquement cessé ses opérations, obligeant la ligue à dissoudre la formation. Soudainement, le système de jeu et les entraîneurs que Beauvillier connaissaient n'existaient plus. Il allait être soumis à un repêchage de deux rondes plus tard au cours de la semaine.

Heureusement pour Beauvillier, l'Océanic de Rimouski - une concession qui a la réputation de produire des joueurs prometteurs - a choisi d'en faire le septième choix du repêchage lors de la première ronde.

« J'avais de la difficulté à jouer avec confiance à Lewiston, mais quand je suis arrivé à Rimouski, le personnel d'entraîneurs m'a aidé à me remettre sur la bonne voie au niveau de la mentalité, a expliqué Beauvillier à LNH.com. Cela a fait une grande différence dans ma performance cette saison. J'ai plus de maturité comme personne et aussi comme joueur. »

Le joueur natif de Sorel-Tracy au Québec a pris avantage de son nouveau départ avec l'Océanic, inscrivant autant de buts cette saison que lors de ses deux premières saisons combinées dans la LHJMQ (23), alors qu'il a totalisé le plus de minutes de pénalités de sa carrière (75) tout en jouant un sommet en carrière de 67 matchs.

Cette amélioration lui a permis de gagner six rangs au cours de la saison, accédant à la 56e place parmi les joueurs d'Amérique du Nord sur la liste finale du Bureau central de dépistage en vue du repêchage 2012 de la LNH au Consol Energy Center de Pittsburgh les 22 et 23 juin.

« Beauvillier progresse dans plusieurs aspects, ce qui est exactement ce qu'on veut voir d'un joueur au cours de sa carrière dans les rangs juniors, a indiqué à LNH.com Chris Edwards du Bureau de dépistage. Il a une grande habileté pour effectuer des jeux et il peut mettre la rondelle aux bons endroits pour marquer des buts. Il a été utilisé plus souvent dans des situations de fin de match cette saison, ce qui montre que le personnel d'entraîneurs a confiance en lui. »

Les prouesses de Beauvillier en saison régulière lui ont permis de se placer dans une bonne position pour être réclamé au repêchage, mais c'est sa prestation lors de la poussée inattendue de Rimouski pour l'obtention de la Coupe du Président dans la LHJMQ qui a été le crémage sur le gâteau. L'Océanic, qui présentait le septième total de points au début des séries, a atteint la ronde finale, où il a affronté les champions de la Coupe Memorial, les Sea Dogs de St-Jean.

L'Océanic a été balayé par les Sea Dogs mais sa poussée jusqu'à la finale a permis à Beauvillier et ses coéquipiers de jouer ensemble leur meilleur hockey de la saison. Après avoir été incapable d'obtenir un point en trois matchs avec Lewiston lors des séries 2011, Beauvillier a réussi cinq buts et quatre passes en plus d'afficher un différentiel de plus-4 et un total de 31 minutes de pénalités en 21 matchs éliminatoires.

« A mon arrivée avec l'Océanic, l'équipe ne devait pas finir là où elle s'est rendue en jouant pour la Coupe du Président, a rappelé Beauvillier. En étant un joueur de 18 ans, j'étais un des meneurs de l'équipe. Nous savions qu'il fallait tout donner pour obtenir cette coupe. Nous n'avons pas réussi mais nous voulions tout donner, et c'est pourquoi ce fut une expérience aussi formidable. »

Les qualités de meneur démontrées par Beauvillier, qui a réussi un but et une passe lors de la finale de quatre matchs pour la Coupe du Président, ont permis aux dépisteurs d'avoir une meilleure idée du potentiel de cet espoir de la LNH. Bien que Beauvillier ne soit pas dans le groupe des 50 meilleurs parmi les joueurs d'Amérique du Nord, Edwards a dit croire que dans certains cas, les équipes doivent savoir lire entre les lignes.

« Quand on voit un gars produire en séries et contribuer, c'est quelque chose dont on doit certainement considérer dans la prise de décision (en vue du repêchage), a souligné Edwards. Combien de fois avons-nous vu des joueurs prendre la direction opposée, s'effaçant lors des matchs importants ? La prestation de Beauvillier en séries est un signe d'importance, c'est certain. »

Le système de jeu de l'Océanic a rapporté des dividendes à Beauvillier, tout comme pour quelques-uns des joueurs les plus en évidence dans la LNH qui sont déjà passés par Rimouski. L'athlète de six pieds un pouce, 185 livres, a indiqué que la concession a établi un plan rigoureux pour développer des joueurs sous la direction du directeur général Philippe Boucher et de l'entraîneur-adjoint Donald Dufresne.

Après avoir connu des hauts et des bas avec Lewiston, Beauvillier est reconnaissant d'avoir eu l'occasion de jouer avec l'Océanic, une équipe ayant autant de tradition et de réputation pour développer des joueurs.

« Quand on voit les photographies des anciens capitaines - Sidney Crosby, Brad Richards, Vincent Lecavalier -, on voit que ces gars-là viennent d'ici et qu'ils ont remporté la Coupe Stanley, ce qui contribue certainement à avoir une bonne mentalité, a révélé Beauvillier. Boucher et Dufresne ont tous les deux joué dans la LNH, et ils savent ce qu'ils doivent attendre. Le personnel d'entraîneurs a beaucoup d'intensité, mais ils savent comment faire pour qu'on joue en équipe et comment s'y prendre pour nous donner les outils nécessaires pour connaître du succès et réaliser nos rêves. »

La capacité de Beauvillier de composer avec un nouveau système lui a valu d'être sur le point de réaliser son rêve d'être réclamé par une équipe de la LNH. C'est ce qu'il ambitionne depuis qu'il a vu son père Sylvain jouer le soir dans une ligue de hockey au Québec. Même si ses entraîneurs ont fait de lui le joueur qu'il est devenu, Beauvillier a dit que personne n'a eu plus d'influence dans sa vie que l'homme qui l'a initié au hockey.

« Mon père m'a aidé beaucoup à devenir un joueur de hockey. Il m'a poussé en grandissant pour que je poursuive mon rêve, a confié Beauvillier à NHL.com. Il vient toujours à Rimouski pour me voir jouer au hockey. Il me pousse lors des matchs - dans le bons sens du terme - en disant que la réalisation de mon rêve s'en vient. Il me dit que garder la tête haute et de continuer à travailler pour améliorer tous les aspects de mon jeu. »

Avant le repêchage de la LNH à Pittsburgh, Beauvillier ne peut s'empêcher de penser aux nombreuses heures qu'il a passées dans sa jeunesse à tenter d'imiter la technique de Mario Lemieux. Ce n'était pas pour devenir un joueur étoile et avoir toute la publicité qui accompagne ce statut. Il voulait seulement jouer au hockey pour gagner sa vie.

Maintenant, la réalisation de son rêve pourrait être le moment le plus modeste de sa carrière.

« Ce fut toujours un rêve pour moi depuis que je suis jeune de faire partie d'une équipe de la LNH, a dit Beauvillier. C'est un sentiment que je ne peux pas expliquer. Je suis très chanceux d'être de la partie. »