Nous avons mis à jour nos Conditions d'utilisation et notre Politique de confidentialité.  En continuant d'utiliser les services en ligne de la LNH, vous acceptez ces documents mis à jour et l'arbitrage de différends.
Bienvenue |Compte|Déconnecter 
NOUVEAUTÉ! SE CONNECTER AVEC VOTRE PROFIL DES MÉDIAS SOCIAUX
OU
Nom d’utilisateur ou courrielMot de passe
 

Sylvain Lefebvre est nommé à la barre des Bulldogs, Martin Lapointe et Patrice Brisebois se joignent au CH

mercredi 2012-06-13 / 18:06 / LNH.com - Nouvelles

Par Richard Milo - Correspondant LNH.com

Partagez avec vos amis


Sylvain Lefebvre est nommé à la barre des Bulldogs, Martin Lapointe et Patrice Brisebois se joignent au CH


BROSSARD - Sylvain Lefebvre est de retour dans l'organisation du Canadien à titre d'entraîneur-chef des Bulldogs de Hamilton.

Sa nomination a été annoncée mercredi par le directeur général du Canadien Marc Bergevin, en même temps que l'embauche des anciens joueurs de la LNH Martin Lapointe au poste de directeur du développement des joueurs et de Patrice Brisebois comme entraîneur responsable du développement des joueurs.

« C'était la meilleure personne disponible », a dit Bergevin en faisant l'éloge de Lefebvre dans la salle de conférence du Complexe sportif de Brossard pendant que 32 jeunes joueurs prenaient part à la première journée du camp de perfectionnement du Canadien.

« Toutes les caractéristiques étaient là, a-t-il expliqué. Il a été un entraîneur adjoint avec Lake Erie pendant deux ans et il était un adjoint (de Joe Sacco) avec Colorado depuis trois ans.

« Je tiens d'ailleurs à remercier le directeur général (de Colorado) Greg Sherman de sa collaboration. Il savait que c'était important pour lui (Lefebvre) et pour moi. C'est gentil. »

Lefebvre remplacera Clément Jodoin à la barre des Bulldogs mais Bergevin a fait savoir que Jodoin rencontrera très bientôt le nouvel entraîneur-chef du Canadien Michel Therrien pour un poste d'adjoint avec l'équipe.

Jodoin a complété sa première saison comme entraîneur-chef des Bulldogs dans la Ligue américaine en 2011-12.

« Il est important de repartir sur de nouvelles bases », a précisé Bergevin, qui a aussi, bien sûr, été invité à parler du repêchage de la LNH qui aura lieu à Pittsburgh les 22 et 23 juin.

« C'est spécial cette année », a-t-il dit, notant que le Canadien n'a toujours pas une liste précise. « De un à 12, on ne peut pas prédire quoi que ce soit. C'est difficile de prédire qui va partir.

« Ma philosophie, a-t-il insisté, c'est de réclamer le meilleur joueur disponible. »

De plus, Bergevin a indiqué qu'aucune équipe ne l'avait encore appelé pour lui parler du troisième choix que possède le CH.

En ce qui concerne Carey Price et P. K. Subban, qui deviendront des joueurs autonomes avec compensation, le d.g. du Canadien s'est limité à dire que « ça avance et que les négociations continuent ».



Un grand défi

Pour Lefebvre, qui ambitionnait de devenir entraîneur-chef, son retour au sein de l'organisation du Canadien est une nouvelle étape dans la progression de sa carrière.

« Je veux devenir entraîneur-chef depuis des années, a-t-il confié. C'est un grand défi pour moi mais je suis prêt.

« C'est une organisation de première classe, a-t-il ajouté, et je suis heureux de revenir avec le Canadien. »

Lefebvre, qui a remporté la Coupe Stanley avec Colorado en 1996, a noté que le d.g. de l'Avalanche, Greg Sherman, était au courant de son désir de devenir un entraîneur-chef.

« Je me considère comme un enseignant, un communicateur, comme un père de famille, s'est décrit Lefebvre. Je demande du respect et aux joueurs, de travailler fort.

« Mais, a-t-il prévenu, je veux être moi-même. Je suis exigeant mais en même temps, je suis compréhensif. »

Agé de 44 ans, Lefebvre a évolué pendant 14 saisons dans la LNH - les trois premières avec le Canadien de 1989 à 1992. L'ancien défenseur a porté l'uniforme de cinq équipes, prenant part à 945 matchs et affichant un différentiel de plus-108.

Avec le Canadien, Lefebvre a pris part à 200 matchs en saison régulière. Il a aussi évolué avec les Maple Leafs de Toronto et il était passé aux Nordiques de Québec dans l'échange impliquant Mats Sundin.

« J'ai beaucoup appris en travaillant aux côtés de Joe Sacco - l'entraîneur-chef de l'Avalanche. Un peu comme l'était Pat Burns, je veux être exigeant mais juste. J'ai aussi appris avec un gars comme Mike Kitchen à Toronto », a-t-il dit.

« Mais je veux être moi-même, a-t-il répété, tout en apportant aussi des choses. »

Aurait-il accepté un autre poste d'adjoint dans la LNH ?

« Je faisais déjà ce travail-là avec Colorado. Bouger latéralement, ça ne se fait pas tellement. »



Source de satisfaction

Agé de 38 ans, Lapointe a confié que pour lui, c'était « une grande source de satisfaction de revenir ici ». Il a joué pendant 14 ans dans la LNH avant de devenir recruteur au niveau professionnel dans l'organisation des Blackhawks de Chicago.

« Ça fait chaud au coeur de revenir. Je suis un p'tit gars de Ville St-Pierre. Mes parents ont toujours vécu à Montréal », a-t-il révélé.

Comme Lefebvre et Brisebois, Lapointe a aussi remporté la Coupe Stanley, trempant ses lèvres dans le prestigieux trophée à deux reprises. Il a réussi 381 points, incluant 181 buts en 991 matchs, après avoir été le premier choix des Red Wings de Detroit au repêchage de 1991.

De plus, l'ancien attaquant est un des rares joueurs à avoir pris part à trois championnats mondiaux juniors avec l'équipe canadienne. Il a récolté des médailles d'or lors des tournois présentés à Saskatoon en 1991 et en Suède en 1993.

« Mon rôle ici, ce sera de faire de l'encadrement, a noté Lapointe. Je vais suivre les jeunes. Ils ont besoin de savoir que quelqu'un va les suivre. Je vais essayer d'être un pièce du casse-tête dans les succès du Canadien. »

Selon Lapointe, qui est le seul des trois nouveaux membres n'ayant pas joué avec le Canadien, Bergevin implante « un système comme à Chicago » en ce qui concerne le développement des joueurs. A cet effet, il a d'ailleurs estimé que Trevor Timmins (le directeur à l'évaluation et au développement des joueurs ) « n'a pas le temps de tout faire ».



Une passion

A la retraite depuis trois ans, Brisebois a passé 16 de ses 18 saisons dans la LNH avec le Canadien. Il s'ennuyait du hockey et il a appelé Bergevin pour lui offrir ses services.

« Pour beaucoup, le hockey a été toute ma vie, a-t-il révélé. J'étais à la retraite depuis déjà trois ans et ça me manquait. Si j'ai joué dans la LNH pendant 18 ans, c'est parce que j'avais une passion pour ce sport. »

L'ancien défenseur a rappelé ce qu'il a toujours dit, i.e. que « la meilleure place pour jouer au hockey, c'est Montréal » même s'il a souvent été le souffre-douleur des partisans. Il estime qu'il apportera avec lui un bon bagage d'expérience pour contribuer au développement des joueurs.

A la fois heureux et reconnaissant, Brisebois a parlé du légendaire Claude Ruel, un ancien entraîneur-chef du Canadien au cours d'une longue et fructueuse carrière avec le CH.

« Claude Ruel a été mon mentor. Il a cru en moi. Il m'a transformé, a-t-il expliqué. Aujourd'hui, je le remercie encore. Et maintenant, c'est à moi de faire le travail. J'ai hâte de développer une belle chimie avec les jeunes de l'organisation. ».

Brisebois, lui, a remporté la Coupe Stanley avec le Canadien en 1993.

 

La LNH sur Facebook