Bienvenue |Compte|Déconnecter 
NOUVEAUTÉ! SE CONNECTER AVEC VOTRE PROFIL DES MÉDIAS SOCIAUX
OU
Nom d’utilisateur ou courrielMot de passe
 

Touchette : Le Michel Therrien, cuvée 2003, est différent de celui de 2012 – Il a grandi

mardi 2012-06-05 / 16:44 / LNH.com - Nouvelles

Par Serge Touchette - Chroniqueur LNH.com

Partagez avec vos amis


Touchette : Le Michel Therrien, cuvée 2003, est différent de celui de 2012 – Il a grandi
Grande journée d'humilité, mardi, pour certains journalistes, qui, citant des sources supposément coulées dans le béton au cours des dernières semaines, avaient prédit la nomination de Patrick
Roy ou de Marc Crawford, sans compter celle de Bob Hartley, au poste d'entraîneur chef du Canadien.

Un peu plus et l'une de ces « sources dignes de foi » nous ramenaient ... Toe Blake en chair et en os.

En bout de ligne, ils auront été peu nombreux à prédire le retour de Michel Therrien derrière le banc du Canadien.

Marc Bergevin aura donc fait fi de tous les sondages, qui donnaient Patrick Roy grand favori.

Le DG du Canadien s'est fié à son instinct, pas aux sondages.

Personnellement, je ne nie pas que Patrick Roy était mon choix numéro un.

Roy a une forte personnalité et, à mon avis, il aurait eu sa place dans une organisation, qui a perdu la sienne.

N'empêche que Therrien se veut un excellent choix. Dans les faits, Crawford aurait également été un bon choix. Roy aussi, de même que Bob Hartley ou Guy Carbonneau.

Tout cela pour dire que le problème du Canadien, du moins au cours des dernières années, n'a jamais été derrière le banc. De très bons hommes de hockey ont défilé à Montréal. On n'a qu'à penser à  Alain
Vigneault, Therrien, Claude Julien,  Carbonneau et Jacques Martin.

A mes yeux, les problèmes du Canadien découlent davantage d'une mauvaise évaluation de leurs effectifs. Rien à voir avec le choix de l'entraineur.

Il s'en trouvera sûrement pour dire que le Canadien n'a pas cherché bien loin, qu'il s'est contenté d'accorder une seconde chance à celui, qui a remplacé Vigneault en novembre 2000 avant d'être licencié au bout de 46 matches en 2002-03.

So what ! Les Leafs ont déjà ramené Roger Neilson et les Devils, Jacques Lemaire.

Cela dit, Therrien est encore bien loin du record de feu Billy Martin, qui a hérité du poste de gérant des Yankees ... cinq fois s'il vous plait !

Un meilleur coach

En Therrien, Bergevin a vu un gars d'équipe capable de s'adapter et avec lequel il ne tardera à établir
une grande complicité dans un marché pas comme les autres.

« J'ai choisi Michel à cause de son expérience, a expliqué Bergevin, de son leadership et aussi parce qu'il a connu du succès à tous les niveaux. Il a gagné la Coupe Memorial chez les juniors, il a atteint la finale de la Coupe Calder dans la Ligue américaine et il a accédé à la finale de la Coupe Stanley ».

Le Michel Therrien, cuvée 2003, est différent de celui de 2012.

Il a grandi, Michel Therrien. Il a fait ses classes à Montréal, et il a mené les Penguins à une finale de la Coupe Stanley avant de faire une intrusion dans le monde des médias. Ce sont là autant d'expériences de vie, qui en font un homme nettement mieux préparé, mieux armé.

« Je suis certainement un meilleur coach qu'il y a dix ou 15 ans, a confié Therrien en conférence de presse.
 
« Je suis mieux préparé que je l'étais lorsque le Canadien m'a embauché pour la première fois. A l'époque, j'avais 38 ans; je n'étais encore jamais allé à Boston ou à Buffalo. Aujourd'hui, je connais mieux les attentes du public et des médias. Je sais exactement à quoi m'attendre ».

L'éthique de travail

Vu sous cet angle, le retour de Therrien s'explique sans doute plus facilement.

En présence des journalistes, mardi, Therrien a montré une balle assurance. Et il a dit des choses fort intéressantes. Il a notamment insisté sur l'importance d'améliorer l'éthique de travail chez le Canadien et d'instaurer une plus grande discipline.

« Pourquoi le Canadien a-t'il eu autant de blessés ? Pourquoi a-t'il perdu autant d'avances en troisième période ? C'est à ce genre de détail auquel je m'attarde », a-t-il mentionné.

En termes clairs, il a carrément émis des doutes sur la condition physique de l'équipe. Il a aussi dit de belles choses au sujet de P.K. Subban.
 
« Il est un étalon, a-t-il lancé. Et c'est avec des étalons que tu gagnes des courses ! »

Le Canadien a maintenant le sentiment d'avoir deux bons jockey en place en Bergevin et Therrien.

Ne lui reste plus qu'à trouver d'autres étalons !
 

La LNH sur Facebook