Nous avons mis à jour nos Conditions d'utilisation et notre Politique de confidentialité.  En continuant d'utiliser les services en ligne de la LNH, vous acceptez ces documents mis à jour et l'arbitrage de différends.
Se connecter avec votre compte LNH.com:
  • Soumettre
  • Ou
  • Se connecter avec Google
 

Les Devils ont offert une meilleure performance mais ce fut encore insuffisant

dimanche 2012-06-03 / 12:31 / LNH.com - Nouvelles

Par Dave Lozo - Journaliste LNH.com

Partagez avec vos amis


Les Devils ont offert une meilleure performance mais ce fut encore insuffisant

NEWARK, N.J. – Les Devils du New Jersey ont été bien meilleurs que lors du premier match, mais il y a toujours un problème qu’ils n’ont pas résolu samedi soir: les Kings de Los Angeles ont encore marqué un but de plus!

Lors de ce deuxième match de la finale de la Coupe Stanley, les Devils ont fait oublier la triste performance offerte trois jours plus tôt, et ce dans toutes les facettes du jeu: ils ont lancé plus souvent au filet, pratiqué un échec-avant plus efficace, mieux joué en zone central, mieux fait aux mises en jeu, mieux passé la rondelle, et ils ont été plus forts dans les duels à un contre un.

Mais tout cela ne s’est pas traduit par une victoire puisqu’ils ont de nouveau flanché en période supplémentaire devant leurs partisans, subissant une deuxième défaite de suite par le même score de 2-1 avec comme conséquence qu’ils se présenteront à Los Angeles pour les deux prochains matchs en déficit de 2-0.

« Il n’y a rien que nous pouvons y faire, a jugé Adam Henrique après la rencontre. C’est évident que nous ne voulions pas nous retrouver dans cette position, mais nous y sommes et il faut corriger nos erreurs et faire mieux là où nous pouvons faire mieux. J’estime que nous avons bien joué. Nous avons eu nos chances tout au cours de la rencontre. Il nous faut aller de l’avant à partir de là. »

Lors du premier match, les Devils avaient été limités à six maigres tirs au filet lors des 38 premières minutes de jeu et 17 en tout en plus de 68 minutes. Samedi, ils se sont portés à l’attaque dès le début et totalisé 33 lancers en près de 74 minutes. Ils en ont obtenu seulement trois en prolongation, mais Dainius Zubrus a raté une chance en or lorsqu’il n’a pu rediriger une rondelle venue de la pointe alors que Jonathan Quick était hors position.

« Nous sommes sortis plus forts et nous avons eu des chances dès le début, a constaté Alexei Ponikarovsky. Nous avons insisté sur l’échec-avant, provoqué des revirements et profité de poussées avec un joueur en plus. Mais leur gardien a fait de beaux arrêts. Nous avons lutté jusqu’à la fin. »

En dépit de ce bien meilleur effort, les Devils tiraient toujours de l’arrière 1-0 après deux périodes, ce qui a mené l’entraîneur Peter DeBoer à remanier ses trois premiers trios, réunissant notamment Ilya Kovalchuk à Zach Parise et Travis Zajac, et laissant seulement intact le quatrième composé de Ryan Carter, Stephen Gionta et Steve Bernier. C’est d’ailleurs Carter qui a marqué le but égalisateur, tôt dans l’engagement, son cinquième depuis le début des séries, réussi en faisant dévier un tir de la ligne bleue du défenseur Marek Zidlicky.

Même si c’est le seul trio inchangé qui a marqué le but, DeBoer croit que ses changements de trios expliquent pourquoi son équipe a été à son mieux en troisième période. Il a aussi précisé que réunir ses trois gros canons offensifs n’était pas la seule raison de ce remaniement mais que cela avait constitué un facteur.

« Ce n’était pas nécessairement pour faire jouer ces trois-là ensemble, a-t-il expliqué. Ce n’était pas une obligation. Ca faisait juste partie des changements. Nous avons réuni (Patrik) Elias, Zubrus et Henrique, et j’ai aimé la façon dont ils se sont comportés. On cherchait seulement un moyen de marquer un but. On n’en marque pas suffisamment, c’est une évidence. »

Kovalchuk est venu bien près de procurer la victoire à son équipe dans les dernières secondes de la troisième période lorsque le capitaine des Kings, Dustin Brown, lui a bêtement remis la rondelle. Son tir a dévié sur le bâton d’Anze Kopitar et frappé la barre transversale.

Comme lors du premier match, la chance n’était pas du côté des Devils et dans une série où la marge d’erreur est si mince, toutes ces occasions ratées expliquent pourquoi l’équipe du New Jersey se retrouve dans l’obligation de remporter quatre des cinq prochains matchs si elle veut remporter la quatrième Coupe Stanley de son histoire.

« Qu’est-ce qu’on peut y faire? » a dit Kovalchuk de ces quelques centimètres qui font la différence. « Je crois que nous avons travaillé vraiment fort et fait du meilleur échec-avant. Il nous faut continuer de forcer. Nous avons eu la chance de gagner chaque match. J’ai aimé notre effort, surtout ce soir. J’estime que tous nos trios ont très bien fait. Mais la rondelle ne roulait pas pour nous. »

Pour la quatrième fois de suite en autant de séries, les Kings reviennent à la maison avec deux victoires en poche. A mesure que les séries progressaient et qu’ils portaient à 10-0 leur fiche sur la route, leurs adversaires disaient à quel point une victoire pourrait ébranler leur confiance.

Mais comme les Devils le réalisent à leur tour, c’est plus facile à dire qu’à faire.

« Je pense vraiment qu’une victoire aurait cette conséquence », a dit Martin Brodeur, qui a effectué 30 arrêts samedi, dont 10 en moins de 14 minutes de temps supplémentaire. « Ils ont une grande confiance en eux. Nous avons vraiment poussé fort ce soir, nous avons beaucoup mieux joué que lors du premier match. Mais le résultat a été le même. C’est malheureux, mais avec un petit peu de chance de notre côté nous pourrions être en avance 2-0. Nous devons nous rappeler du positif et remporter une victoire le plus tôt possible à L.A., puis partir de là. Ce sera assez difficile mais c’est là où nous en sommes. »

« Comment on s’en remet? Il faut simplement rester positif, a renchéri Ponikarovsky. Ce n’est pas la fin du monde. Nous tirons de l’arrière par deux matchs, alors nous devons gagner les deux prochains pour revenir dans le coup. C’est juste une de ces situations qu’il faut gérer avec émotion et, aussi, physiquement. »

Suivez Dave Lozo sur Twitter: @DaveLozo

 

La LNH sur Facebook