Nous avons mis à jour nos Conditions d'utilisation et notre Politique de confidentialité.  En continuant d'utiliser les services en ligne de la LNH, vous acceptez ces documents mis à jour et l'arbitrage de différends.
Se connecter avec votre compte LNH.com:
  • Soumettre
  • Ou
  • Se connecter avec Google
 

Des Kings reposés sont prêts à faire face aux Devils

mercredi 2012-05-30 / 10:14 / LNH.com - Nouvelles

Par Corey Masisak - Journaliste LNH.com

Partagez avec vos amis


Des Kings reposés sont prêts à faire face aux Devils

NEWARK, N.J. – Les Kings ont assuré leur place en séries lors du 81e match de la saison et n’ont été fixés sur leur position finale au classement qu’à la 82e et dernière rencontre.

Le jeu des Kings en séries a été un véritable régal. L’équipe n’a perdu que deux rencontres alors qu’elle écartait de son passage, tour à tour, les trois meilleures équipes de l’Ouest en saison régulière, s’emparant d’une avance de 3-0 dans chaque série.

Voilà que les Kings sont prêts à faire face aux Devils du New Jersey en grande finale de la Coupe Stanley 2012. Mais se pourrait-il que les succès connus par Los Angeles en série s’avèrent un désavantage, mercredi soir au Prudential Center ?

« Je ne crois pas que les matchs contre les Canucks de Vancouver peuvent ne pas être qualifiés d’adversité », de dire le directeur général des Kings, Dean Lombardi, mardi, lors de la journée des médias avant la grande finale. « C’est une excellente équipe de hockey. Ceux qui ont vu les Blues de St. Louis cette saison savent qu’ils étaient probablement ceux qui travaillaient le plus fort dans la ligue. Les résultats sont éloquents, mais ne croyez pas que ce n’est pas de l’adversité. À peu près tout le monde ne regarde que la situation financière des Coyotes de Phoenix, mais on oublie que c’est une bonne équipe de hockey, bien dirigée. Nous sommes chanceux de nous être retrouvés du côté des vainqueurs.

« Qui plus est, cette équipe a fait face à beaucoup d’adversité tout au long de la saison. Ils ont baigné dans l’adversité et les jeunes ont beaucoup gagné en maturité. J’ai beaucoup trop de respect pour ces trois équipes pour penser que ça a été facile. »

Les Kings ont surmonté beaucoup d’épreuves pour sécuriser leur place en séries. Un de leurs meilleurs attaquants, Simon Gagné, n’a pas joué depuis le 26 décembre à cause des suites d’une commotion cérébrale.

Los Angeles peinait déjà à trouver le fond du filet et s’est retrouvé dans les bas fonds du circuit au chapitre des buts marqués durant la majorité de la saison. Suite à un revers contre Detroit, le 9 mars, à précisément quatre semaines de la fin de la saison régulière, les Kings croupissaient au 10e rang de l’Association de l’Ouest.

À partir de ce moment, les Kings ont affiché un dossier de 9-2-3 pour se qualifier pour les séries éliminatoires et ont poursuivi sur leur lancée.

« Nous avons quasiment joué du hockey des séries durant les 20 derniers matchs de la saison », détaille le défenseur Drew Doughty. « Nous savions que nous devions remporter pratiquement chaque rencontre pour participer aux séries et un échec aurait représenté une contre-performance avec tous les gars présents dans ce vestiaire. »

Depuis le début des séries, Los Angeles a remporté 12 parties sur 14, et après avoir disposé des Coyotes en cinq matchs en finale d’association ils se sont assuré une longue période de repos. Mardi marquait en effet le septième jour consécutif sans match pour Los Angeles, soit depuis que les Kings ont remporté le titre dans l’Association de l’Ouest pour la seconde fois dans l’histoire de la concession.

« L’adrénaline sera au rendez-vous », a assuré le capitaine Dustin Brown, questionné à propos des effets néfastes reliés à un long congé. « Je pense que c’est important de nous concentrer à bien appliquer les stratégies. Dans cette facette du jeu, nous pourrions paraître un tantinet rouillés. Mais je ne crois pas que cela sera palpable au chapitre du niveau d’énergie, après tout, c’est la finale de la Coupe Stanley. »

Cette série pourrait mettre en scène une confrontation de deux styles beaucoup plus semblables que les affrontements des finales d’associations. À la fois Los Angeles et New Jersey aiment presser les défenseurs adverses et les forcer à commettre des erreurs, tout en contrôlant la rondelle le plus possible.

Tant Phoenix que les Rangers de New York étaient conditionnés à attendre et à absorber la pression de l’adversaire. Voilà que les deux équipes présentes en finale sont orientées vers l’attaque.

« Notre échec avant nous permet de lancer le disque en fond de territoire et d’aller le récupérer, rappelle Brown. C’est sans doute à cause de la taille de nos ailiers, nous avons beaucoup de joueurs à qui il est difficile de subtiliser la rondelle. C’est un fait indéniable, plus nous passons de temps en territoire adverse, plus nos défenseurs et notre gardien auront la vie facile. »

Les Coyotes avaient une arme leur permettant possiblement de contrer l’échec avant des Kings en la personne du gardien Mike Smith, un des meilleurs gardiens du circuit quand vient le temps de jouer la rondelle derrière son filet.

À l’exception du match numéro quatre, où Smith a eu un impact avec ses qualités de manieur de bâton, Los Angeles a su trouver des tactiques pour contrer la chose. Si Smith est un des bons gardiens du circuit pour manier le disque, Martin Brodeur est un des meilleurs de l’histoire de la LNH.

« Il vous faut garder cette notion en tête. Il faut le garder en mémoire avant le début du match », relate le centre Jarrett Stoll. « Vous n’affrontez pas seulement leur défensive, des gars comme (Anton) Volchenkov et (Marek) Zidlicky, vous affrontez Brodeur également et il est pratiquement un défenseur. Il faut demeurer intelligent dans le placement de la rondelle. Autrement, tout sera à recommencer très souvent. Nous l’avons constaté quand ils ont affronté les Rangers, il y a eu beaucoup de va-et-vient à cause de ça. »

Environ un mois avant le début des séries, les Kings peinaient à se positionner pour le rendez-vous du printemps. S’ils avaient échoué, cela aurait pu signifier beaucoup de changements à Los Angeles.

Au début des séries, peu de gens croyaient à un long parcours pour les Kings. Les voici, à une série de mettre la main sur la Coupe Stanley pour la première fois.

Les Kings ont vécu un parcours fantastique, mais il ne sera historique que s’ils parviennent à remporter encore quatre matchs au cours des jours à venir.

« Beaucoup de travail a été réalisé jusqu’ici et nous avons travaillé très fort pour nous rendre aussi loin. Nous voulons en tirer avantage, ajoute Stoll. Nous ne sommes pas rendus encore. Au terme de toute cette séquence, nous voulons être heureux de ce que nous avons accompli. Nous avons formé un groupe tissé serré au cours de l’année, ça nous a permis d’être encore plus forts à mesure que la saison avançait et que les trois premières rondes se jouaient. »

« C’est la finale de la Coupe Stanley, une opportunité dont vous rêvez toute votre vie, ajoute Doughty. Je pense que personne n’est encore satisfait de simplement être ici. »

 

La LNH sur Facebook