Nous avons mis à jour nos Conditions d'utilisation et notre Politique de confidentialité.  En continuant d'utiliser les services en ligne de la LNH, vous acceptez ces documents mis à jour et l'arbitrage de différends.
Bienvenue |Compte|Déconnecter 
NOUVEAUTÉ! SE CONNECTER AVEC VOTRE PROFIL DES MÉDIAS SOCIAUX
OU
Nom d’utilisateur ou courrielMot de passe
 

Les Rangers ont confiance de provoquer un 7e match

jeudi 2012-05-24 / 13:23 / LNH.com - Nouvelles

Par Dan Rosen - Journaliste Principal NHL.com

Partagez avec vos amis


Les Rangers ont confiance de provoquer un 7e match

NEW YORK – Doivent-ils garder espoir ou vont-ils s’écraser?

C’est la question que doivent se poser les Rangers de New York suite à la défaite de 5-3, encaissée lors du match numéro cinq de la finale de l’Association de l’Est, mercredi soir au Madison Square Garden.

Après avoir échoué à connaître le début de match anticipé, un départ qui sera venu les hanter à la fin, les Rangers ont joué exactement comme ils voulaient le faire face aux Devils pour la majorité des 50 dernières minutes de jeu.

Ils ont été les agresseurs. Ils ont appliqué un échec avant soutenu. Ils ont pourchassé la rondelle. Ils ont talonné les joueurs des Devils. En fait, ils en ont fait suffisamment pour revenir de l’arrière et combler un déficit de 3-0, pour égaler la marque dès la première minute du troisième tiers.

Mais ils ont perdu et vendredi soir, au Prudential Center, ils feront face à l’élimination, étant en retard 3-2 dans la série.

« Je pense que nous avons probablement joué notre meilleur match de la série, ce soir », a relaté le pilote des Rangers, John Tortorella.

Ses joueurs abondaient dans le même sens. Le capitaine des Devils Zach Parise également.

« Je crois que c’est leur meilleur match, ça ne fait pas de doute, a lancé Parise. Ils ont joué un très fort match. Ils ont bien travaillé le long des rampes. Ils ne nous ont pas laissé de temps et d’espace pour manœuvrer. »

En somme, les Rangers ont fait exactement ce qu’ils avaient dit et même davantage. Mais ce n’était pas suffisant puisque les Rangers ne sont pas parvenus à empêcher les Devils de s’emparer d’une avance rapide.

Stephen Gionta et Patrik Elias ont marqué à 90 secondes d’intervalle, forçant Tortorella à utiliser son temps d’arrêt à seulement 4:13 du premier engagement. La marque était alors 2-0 et l’énergie dans le Madison Square Garden s’était dissipée.

Mais les Rangers avaient un sentiment différent de celui qui les habitait lorsqu’ils tiraient de l’arrière 2-0 à mi-chemin du premier tiers du match numéro quatre, disputé au Prudential Center. À ce moment, ils étaient complètement dominés, or mercredi, ils avaient l’impression qu’ils étaient simplement malchanceux.

Gionta a marqué sur un rebond et Elias sur une déviation.

« C’est une première période difficile à expliquer, quelques mauvais revirements qui se sont transformés en buts », a expliqué Marc Staal, défenseur des Rangers. « Je crois que l’intensité y était, nous avions de bonnes jambes, seulement quelques mauvais rebonds… Puis, nous avons retrouvé notre jeu d’ensemble et avons commencé à mieux jouer, nous étions de retour dans le match. »

Tortorella a dit que la rondelle « roulait » pour les Devils.

« Je pense que nous étions prêts à jouer, nous étions tous préparés dans le vestiaire », a dit le défenseur des Rangers, Dan Girardi.

Et ils l’étaient, mais pas avant que Travis Zajac n’inscrive le troisième filet des Devils sur un puissant lancer du poignet, à 9:49 de la première période.

Le déficit était encore plus important, mais les Rangers ont continué à travailler, à mettre de la pression et à rendre la monnaie de leur pièce aux Devils.

« Nous savons que nous pouvons accomplir ces choses. C’est ce que nous avons fait toute la saison », a lancé le centre Brian Boyle, des Rangers. « Nous avons confiance en tant que groupe. Nous n’avons pas besoin de nous dire que nous avons fait de bonnes choses et que nous avons tout de même remporté une victoire morale pour gagner en confiance. Nous savons ce que nous pouvons faire avec le disque. Nous pouvons appliquer de la pression en zone offensive et générer de l’attaque de cette façon. Plus le match avançait et mieux on travaillait. »

Il serait facile de dire que le retour des Rangers est attribuable aux Devils qui se sont endormis sur leur avance de 3-0, mais ce n’est pas le cas. Les Rangers ont forcé les revirements et ont été agressifs en coupant les lignes de passes avec leurs bâtons.

« Pour la majorité du match, nous n’avons pas appliqué suffisamment d’échec avant, mais je crois qu’il faut tout de même leur donner du crédit, a dit Parise. Je crois qu’ils ont disputé un très bon match. Ils ont travaillé fort et de la bonne façon. Ils ont fait du bon boulot en travaillant profondément en zone et en effectuant beaucoup d’échec avant. Nous avons laissé leurs défenseurs dégagés et ils ont renversé la vapeur. »

Les Rangers ont dominé les Devils 9-2 au chapitre des tirs au but durant les 15 dernières minutes de la première période, et Brandon Prust a marqué à 15:41. Ryan Callahan a ajouté un but à 32 secondes du deuxième tiers et les Rangers ont poursuivi leur ralliement en dominant à nouveau au niveau des lancers 11-5 durant cette période. Ils ont obtenu trois fois plus de chances de marquer que les Devils.

Marian Gaborik a marqué à 17 secondes de l’engagement ultime pour créer l’égalité 3-3. Soudainement, les Rangers pouvaient profiter du momentum. Ils ne semblaient pas rassasiés.

« Peut-être que le déficit de 3-0 n’était pas ce qu’on anticipait, mais tout à coup, nous avons essayé de faire toutes les bonnes choses, estime Girardi. Le but de Prust nous a donné des ailes et je pense que les deuxième et troisième périodes ont été nos meilleures de toute la série. Nous avons appliqué une pression constante et jamais ne les avons laissés s’organiser. Nous les avons pressés et ce n’était pas facile pour eux de se défendre. »

Ça s’est poursuivi à mesure que la troisième période progressait, mais les Devils ont retrouvé leurs ardeurs.

« Je pense que nous les avons aidés un peu, a lancé Tortorella. Je crois que nous avons fait du bon boulot en accomplissant de bonnes choses et en contrôlant le jeu, et soudainement, nous avons commencé à battre de l’aile et les avons laissés appliquer de l’échec avant à leur tour. Je ne pensais pas que nous étions dans le trouble, mais ils ont marqué un but et ont fait un très gros jeu. »

Les Rangers ont fait beaucoup de bons jeux au cours de ce match numéro cinq, plus que dans les autres matchs de la série.

« Le fait d’être revenu de l’arrière ne vaut rien, a expliqué Boyle. Nous n’avons pas terminé le travail. »

Est-ce que les Rangers ont toujours espoir où sont-ils sur le point de s’écraser ? Même s’ils ne le savent pas encore, une chose est certaine, il y aura un match numéro six, vendredi soir.

« J’ai une confiance inébranlable sur la façon dont nous allons réagir », de conclure Tortorella.

 

La LNH sur Facebook