Nous avons mis à jour nos Conditions d'utilisation et notre Politique de confidentialité.  En continuant d'utiliser les services en ligne de la LNH, vous acceptez ces documents mis à jour et l'arbitrage de différends.
Bienvenue |Compte|Déconnecter 
NOUVEAUTÉ! SE CONNECTER AVEC VOTRE PROFIL DES MÉDIAS SOCIAUX
OU
Nom d’utilisateur ou courrielMot de passe
 

La paternité s’ajoute à l’heureuse séquence de Braden Holtby

vendredi 2012-05-11 / 18:53 / LNH.com - Nouvelles

Par Corey Masisak - Journaliste LNH.com

Partagez avec vos amis


La paternité s’ajoute à l’heureuse séquence de Braden Holtby

ARLINGTON, Virginie – Tami Holtby peut être identifiée comme étant la maman la plus en vue des présentes séries de la Coupe Stanley.

Mieux encore, elle peut maintenant être identifiée comme étant la grand-maman la plus connue.

Non seulement Braden Holtby, 22 ans, a su composer avec la pression de mener son équipe à une victoire de la finale d’association, même s’il est un gardien inexpérimenté, mais le jeune cerbère est également devenu papa pour la première fois, jeudi.

La fiancée de Holtby a donné naissance à Benjamin Hunter Holtby dans un hôpital local.

« C’était une journée très excitante », a relaté Holtby suite à l’entraînement des Capitals, jeudi. « C’était planifié, ça devrait donc être une moindre distraction pour toute l’équipe. C’était une belle journée. La maman et le bébé se portent bien, mais présentement, je me concentre sur le hockey. »

Certains partisans des Capitals savaient depuis des semaines que Holtby était sur le point de devenir papa, via les médias sociaux. C’est la fiancée de Holtby qui l’a d’abord annoncé sur Twitter, en novembre. Elle a d’ailleurs entretenu le fil de son compte Twitter à ce sujet durant toute la durée de sa grossesse.

Si plusieurs joueurs le savaient aussi, Mike Knuble l’avait également mentionné du bout des lèvres à quelques membres des médias, le matin du match numéro sept face aux Bruins de Boston, durant la première ronde.

« C’est une question de maturité. Les gars sont à des étapes différentes de leur vie lorsqu’ils ont 22 ans, a lancé Knuble, ce jour-là. Son enfant est sur le point de naître, ça démontre qu’il est plus mature et plus mûr que son âge. Je pense qu’en tant que groupe, nous sommes vraiment fiers de la façon dont il se comporte, la manière dont il se prépare pour les matchs et comment il performe. Nous sommes vraiment heureux de l’avoir de notre côté. »

Holtby n’a pas voulu commenter, à ce moment-là, et après quelques questions sur le sujet, vendredi, il a demandé à ce que les entrevues se concentrent sur l’aspect hockey.

« Les circonstances sont différentes, mais ça demeure le même sport. Ça reste du hockey, a dit Holtby. La principale chose que vous apprenez lorsque vous passez chez les professionnels est de séparer la vie personnelle et le sport, c’est exactement ce que nous ferons. »

Holtby a été une révélation au cours des séries. Il a passé la première partie de sa carrière professionnelle comme étant second violon de choix au repêchage plus élevés, comme Semyon Varlamov et Michal Neuvirth, dans l’organisation des Capitals, mais il a patiemment attendu sa chance.

Il a excellé au niveau de la LNH lorsqu’on lui en a donné l’occasion, la saison dernière, mais est retourné dans la Ligue américaine pour la majorité de la présente saison. Le temps d’une journée, il est devenu le gardien numéro deux des Caps alors que l’équipe venait d’échanger Varlamov, mais le jour d’après, il reprenait le rôle de troisième, quand Washington a offert un contrat à Tomas Vokoun.

Des blessures à Vokoun et Neuvirth ont à nouveau ouvert une fenêtre d’opportunités à Holtby et il a été excellent.

« C’est drôle, le gars avait déjà suffisamment de pression sur les épaules et voilà qu’il doit composer avec cela en plus, a expliqué Karl Alzner. Il semble en pleine forme. Tout s’est bien passé et nous sommes tous contents pour lui. Lorsque nous avons su pour le bébé, nous lui avons envoyé des tas de messages texte. C’est un moment excitant et nous espérons qu’il le sera encore pour un petit moment. »

Les qualités qui ont permis à Holtby de briller lors des présentes séries – la concentration, sa détermination et sa grande confiance en ses moyens –, sont un peu exagérées, compte tenu de son jeune âge et tout ce qui survient dans sa vie personnelle. Il a affiché d’excellentes statistiques en séries avec une moyenne de 1,95 et pourcentage d’arrêts de ,935, et elles sont encore plus impressionnantes après une défaite. D’ailleurs, Washington n’a jamais perdu deux rencontres de suite depuis le début des séries.

Sa fiancée a passé la majorité de sa grossesse près de leur demeure, dans l’ouest du Canada, tout en poursuivant ses études. Toutefois, elle a déménagé tout juste au début des séries, ce qui a rendu les choses plus faciles, de l’aveu même de Holtby.

S’il a besoin de conseils pour savoir comment manœuvrer à travers tous ces bouleversements, il n’aura pas à chercher bien loin. Son coéquipier chez les Capitals, Keith Aucoin, est également devenu papa à la fin février, lui qui en est également à sa première expérience en séries dans la LNH.

« Je pense que c’est bien d’avoir pu planifier le jour précis, ils savaient à quel moment cela arriverait et ils ont pu choisir la journée propice, un jour de congé, alors qu’il pouvait être présent et savourer chaque moment, a résumé Aucoin. La meilleure chose dans cette histoire, c’est que sur la route, il n’aura pas à se soucier de se réveiller la nuit. Mais ça demeure une belle expérience et je suis certain qu’il appréciera. »

Il y a déjà plusieurs histoires intéressantes dans le cas de Braden Holtby. Ce dernier a de nombreuses manies et superstitions sur la patinoire et lors des matchs, des gestes que les partisans des Bears de Hershey ont surnommés des « Holtby-ismes ».

Comme Varlamov avant lui, il y a trois saisons, Holtby est devenu une vedette instantanée à son arrivée à Washington. Les chandails et les t-shirts ornés de son numéro 70 se multiplient de façon exponentielle dans les environs du Kettler Capitals Iceplex, situé à Arlington, comme au Verizon Center. On peut même se procurer des t-shirts ornés de son numéro et de son surnom « Holtbeast ».

Son père, Greg, était également gardien de but, lui et Tami sont devenus des habitués des prises de vues lors de la retransmission des rencontres des Capitals. Les réactions émotives de Tami filmées lors des matchs se multiplient sur Internet, un peu comme c’était le cas avec la mère d’Evgeni Malkin en 2009.

« Elle est très excitée par tout ce qui arrive, a expliqué Braden Holtby. Elle a toujours assisté à mes matchs de hockey et j’imagine qu’elle a toujours réagi ainsi. De mon point de vue, ce n’est rien de nouveau. Mon père et ma sœur m’assurent qu’elle a toujours été comme ça.

« Elle est devenue elle-même une figure populaire. Je ne sais pas si ça lui plaît, mais elle aime tout ce qui se passe actuellement. »

 

La LNH sur Facebook