Bienvenue |Compte|Déconnecter 
NOUVEAUTÉ! SE CONNECTER AVEC VOTRE PROFIL DES MÉDIAS SOCIAUX
OU
Nom d’utilisateur ou courrielMot de passe
 

Touchette: Des Kings en quête d'une couronne

mercredi 2012-05-09 / 12:22 / LNH.com - Nouvelles

Par Serge Touchette - Chroniqueur LNH.com

La nouvelle réalité de la Ligue nationale continue de nous frapper de plein fouet.

Imaginez, la finale de l'Association de l’Ouest opposera les Kings de Los Angeles aux Coyotes de Phoenix.

Oh, boy !

Des rois sans couronne face à une équipe qui, dans l'imaginaire des gens, a été déménagée 500 fois, minimum, à Québec par le Clan Panneton.

Nommez-moi cinq personnes, qui avaient prédit une telle finale, il y a six ou sept mois. Si vous en trouvez deux, n'hésitez pas: téléphonez-moi.

A ce rythme, la finale de l'Association de l’Est pourrait bien opposer les Maple Leafs de Toronto au ... Canadien, l'an prochain.

Ne riez pas.

Dans une ligue où la parité est omniprésente, tous les scénarios sont désormais possibles, même les plus improbables. Bref, le succès, comme la petite misère, a parfois la vie bien courte. Il y a donc de l'espoir pour le Canadien et toutes les équipes, qui ont connu une année noire.

Ainsi donc, les Kings pourraient atteindre la finale de la Coupe Stanley pour la seconde fois de leur histoire.

Pour diverses raisons, ils n'ont jamais été les rois de la LNH, encore moins les rois d'une ville où les Dodgers, les Lakers et le football universitaire occupent presque toute la place.

Cette fois, ils ont une belle occasion de leur ravir une partie de leur trône.

De Vachon à ... Gretzky 

Quand je pense aux Kings, je pense à une demi-douzaine de joueurs, sans plus.

Je pense d'abord à Rogatien Vachon, qui a été le premier gardien de but vedette de leur histoire.

Je pense aussi à Marcel Dionne, dit le p'tit castor, qui a fait les beaux jours du trio de la triple couronne complété par Charlie Simmer et Dave Taylor.

Puis, il y a eu l'arrivée de Luc Robitaille, qui marquait des buts à un train d'enfer au point de devenir l'ailier gauche le plus productif de l'histoire de la ligue.

A suivi ensuite l'entrée en scène de Wayne Gretzky, qui a mené les Kings à la finale de la Coupe contre le Canadien en 1992-1993, finale enlevée par le Tricolore, faut-il le rappeler.

Les Kings, cuvée 2011-2012, sont bien différents de ceux-là. Ils ne sont plus l'affaire de deux ou trois joueurs. Ils forment plutôt une équipe à visage multiple. On pense à leur excellent gardien Jonathan Quick, aux anciens Flyers Mike Richards et Jeff Carter, à Dustin Brown, à Anze Kopitar, à Drew Doughty, à Dustin Penner aussi.

A vrai dire, les Kings forment une bien belle équipe.

Si nous sommes nombreux à le constater sur le tard, c'est sans doute parce qu'ils jouent dans l'Ouest. Quand les Kings jouent chez eux, nous sommes nombreux à ronfler !

Soyons francs: combien d'entre vous avez visionné dix matches des Kings, cette année?

S'ils se veulent une belle découverte pour certains, ils représentent l'une des équipes les mieux équilibrées du circuit pour d'autres.

Mon choix ? Les Kings en six, mais vous n'êtes pas obligés de me croire.

Dans la mélasse 

Cela dit, l'Association de l’Ouest n'a pas l'exclusivité des surprises depuis le début des présentes séries.

Dans l'Est, ils n'étaient pas nombreux à prédire un long parcours aux Devils du New Jersey.

Or les Devils en ont étonné plusieurs en éliminant les Flyers, les tombeurs des Penguins, les favoris, en seulement cinq matches. Surtout après avoir perdu l'affrontement numéro un.

Disciplinés, les Devils ont frustré les Flyers en maintes occasions.

Le système de jeu des Devils était à ce point efficace que les Flyers, certains soirs, avaient sans doute l'étrange sensation de patiner dans la mélasse.

A Philadelphie, mardi soir, les Flyers s'étaient bien promis de forcer la présentation d'un sixième match.

« Nous en devons une à Claude (Giroux), qui a été notre joueur le plus constant, cette saison », a dit Daniel Brière avant la rencontre.

Giroux, on le sait, était sous le coup d'une suspension d'un match, suspension parfaitement justifiée, d'ailleurs.

La gaffe 

Les Flyers ont fort bien engagé le match, mais la bourde de leur gardien Ilya Bryzgalov a tout fait basculer. En voulant se départir de la rondelle, il a lancé directement sur David Clarkson. Résultat, le disque s'est retrouvé bêtement dans le filet. Les Flyers ne devaient pas s'en remettre.

Pendant ce temps à l'autre bout de la patinoire, un gardien de 40 ans, Martin Brodeur, a multiplié les arrêts importants tout au long de la série.

Brodeur a peut-être 40 ans, mais, dans le cadre de cette série, Bryzgalov a parfois donné l'impression d'en avoir 50!

A quand un gardien de but, un vrai de vrai, chez les Flyers?

Pour toutes les nouvelles et analyses des séries éliminatoires de la Coupe Stanley 2014, choisissez votre séries
vs.
La série débute le 18 avril
vs.
Montréal mène la série 1-0
vs.
Pittsburgh mène la série 1-0
vs.
New York mène la série 1-0
vs.
Le Colorado mène la série 1-0
vs.
St. Louis mène la série 1-0
vs.
Anaheim mène la série 1-0
vs.
San Jose mène la série 1-0
 

La LNH sur Facebook