Se connecter avec votre compte LNH.com:
  • Soumettre
  • Ou
  • Se connecter avec Google
 

Dernière chance pour les Flyers pour échapper au « jour de la marmotte »

lundi 2012-05-07 / 23:56 / LNH.com - Nouvelles

Par Adam Kimelman - Directeur adjoint de la rédaction à NHL.com

Partagez avec vos amis


Dernière chance pour les Flyers pour échapper au « jour de la marmotte »

VOORHEES, N.J. – Les Flyers de Philadelphie ont passé la journée de lundi à l’extérieur de la patinoire, analysant à l’aide de la vidéo ce qui avait mal tourné au cours du quatrième match de leur série demi-finale d’association contre les Devils du New Jersey dimanche dernier.

Ce film ressemblait probablement à celui du troisième match, lequel ressemblait étrangement à celui du match numéro deux.

Au cours de ces trois rencontres, les Flyers ont été dominés au chapitre des tirs au but, des mises en échec et du travail dans les trois zones, avec comme résultat qu’ils tirent maintenant de l’arrière 3-1 dans la série avant la présentation du cinquième match mardi (19h30 HE; RDS, CBC).

« Nous manquions un peu de synchronisme lors du dernier match… des trois derniers en fait », analyse Kimmo Timonen.

Les problèmes sont évidents dans plusieurs aspects du jeu, particulièrement le manque d’offensive, causé principalement par l’incapacité de l’équipe de sortir rapidement de son territoire défensif et de maintenir de la pression en territoire adverse. Les Flyers ont connu des séquences de huit minutes et plus sans décocher un seul lancer à trois reprises depuis le début de la série. Au cours du quatrième match, 12:51 s’étaient écoulées en deuxième période avant qu’ils n’obtiennent leur premier lancer.

« Ils patinent sans relâche et ils contrôlent mieux la rondelle, raconte Timonen. Dans le hockey d’aujourd’hui, c’est la clé. Autant dans les autres séries que dans la nôtre, tout se joue sur le patin, l’échec avant et l’art de placer la rondelle au bon endroit. Ils ont exercé beaucoup de pression sur nous. Je dois être honnête, j’ai l’impression d’avoir passé beaucoup de temps à me défendre au cours des trois derniers affrontements, et très peu de temps à attaquer. »

Les Flyers ont récolté plus de dix lancers dans une période à deux occasions seulement sur les douze périodes disputées en temps réglementaire jusqu’ici dans cette série. Ils ont d’ailleurs mis fin à une séquence de huit périodes consécutives de neuf lancers ou moins lorsqu’ils ont obtenu dix lancers au cours de la troisième période du match numéro quatre.

Contre les Penguins au premier tour, les Flyers avaient connu dix périodes de moins de dix lancers en six rencontres; ils ont atteint ce total en quatre parties face aux Devils.

« Je crois que Marty [Brodeur] a été fantastique pour relancer l’attaque, ce qui nous a parfois compliqué la tâche en échec avant, explique Daniel Brière. Mais tout comme lors des trois derniers matchs, nous n’avons pas joué en unité de cinq. Un joueur exerce de la pression, parfois deux, mais personne ne suit. Nos autres joueurs sont loin en arrière. Nous n’avons pas formé un bloc de cinq joueurs, autant en attaque qu’en défense. Nous sommes trop éparpillés sur la glace. Notre façon de patiner pour se soutenir les uns les autres représentait pourtant l’une de nos forces cette saison. »

Et comme les erreurs commises au cours d’un premier match ont été commises à nouveau à la rencontre suivante, puis à la suivante, l’effet boule de neige s’est amplifié.

« Je pense que nous n’avons pas été assez calmes avec la rondelle au cours des derniers matchs. Cette équipe est capable de faire mieux, explique Brière. Nous avons constaté toute l’année que nous pouvons réaliser ces jeux. Maintenant… quelques fois, quand les choses commencent à aller moins bien, il est difficile de freiner cela. On dirait que les choses vont de plus en plus mal pour nous. »

« Nous sommes frustrés, reconnaît Timonen. Nous manquions quelque peu de cohésion. Nous ne patinions pas. Il s’agit de plusieurs petits détails auxquels nous accordions beaucoup d’importance cette saison, mais que nous semblons avoir oubliés au cours des trois dernières parties. »

Les joueurs et le personnel d’entraîneurs se sont concentrés lundi à trouver une façon d’échapper à leur « jour de la marmotte ».

« Il est maintenant temps de revenir à la base, raconte Timonen. Il faut mieux faire les petites choses que les Devils et tout ira bien. Nous sommes en retard 3-1, notre situation est désespérée. [Le cinquième match] sera un bon test pour nous. Si nous pouvons l’emporter, la série est à nouveau à notre portée. Il faut y aller une partie à la fois, se concentrer entièrement sur la prochaine rencontre… et jouer de manière désespérée. »

Malgré leur retard, les Flyers croient toujours qu’ils peuvent remporter cette série. La tâche sera toutefois colossale sans leur meilleur pointeur Claude Giroux, qui a été suspendu pour le match numéro cinq en raison du coup qu’il a porté à la tête de Dainius Zubrus pendant le quatrième match. Mais les Flyers sont convaincus qu’ils jouent mieux dans l’adversité.

« Nous devons d’abord croire en nos coéquipiers, explique Brière. Nous avons démontré toute l’année que nous pouvons revenir de l’arrière. Nous avons fait face à l’adversité toute la saison, et nous avons montré que cela ne nous effraie pas. Évidemment, ceci représente notre plus grand défi de l’année, mais nous avons prouvé que nous ne sommes pas des lâcheurs. Et c’est pour cela que je suis certain que les gars ne vont pas abandonner maintenant. »

« Le caractère dont nous avons fait preuve tout au long de l’année resurgira au prochain match. »

Communiquez avec Adam Kimelman au akimelman@nhl.com. Suivez-le sur Twitter : @NHLAdamK

 

La LNH sur Facebook