Nous avons mis à jour nos Conditions d'utilisation et notre Politique de confidentialité.  En continuant d'utiliser les services en ligne de la LNH, vous acceptez ces documents mis à jour et l'arbitrage de différends.
Bienvenue |Compte|Déconnecter 
NOUVEAUTÉ! SE CONNECTER AVEC VOTRE PROFIL DES MÉDIAS SOCIAUX
OU
Nom d’utilisateur ou courrielMot de passe
 

Les Kings ne sont plus qu'à un gain d'éliminer les Blues, merci à Darryl Sutter

samedi 2012-05-05 / 19:36 / LNH.com - Nouvelles

La Presse Canadienne

Partagez avec vos amis


Les Kings ne sont plus qu'à un gain d'éliminer les Blues, merci à Darryl Sutter

EL SEGUNDO, États-Unis - Lorsque Darryl Sutter s'est amené derrière le banc des Kings de Los Angeles en décembre à la suite du congédiement de Terry Murray, son manque d'expressions faciales et sa voix basse et rocailleuse tourmentaientt les joueurs des Kings.

Ils n'arrivaient pas à différencier quand Sutter faisait des blagues de quand il était sérieux, ni même carrément ce qu'il voulait parfois.

«Je ne comprenais rien de ce qu'il disait au début, a avoué le jeune défenseur des Kings Drew Doughty. Je m'assurais toujours de me placer à l'arrière de la file pendant nos exercices sur glace.»

Les Kings ont réussi à décoder Sutter depuis, et l'entraîneur a réussi à trouver des solutions à la plupart des problèmes qui sont passés bien près de bousiller leur saison. Au lieu de cela, Los Angeles est à une victoire de balayer les Blues de St. Louis, alors que le quatrième match de leur série demi-finale dans l'Ouest aura lieu dimanche.

La troupe californienne pourrait ainsi atteindre sa première finale d'Association depuis 1993, et les joueurs s'entendent pour dire que le bon travail de Sutter y est pour beaucoup.

«Les premières semaines, il était difficile à suivre, a déclaré le capitaine des Kings Dustin Brown. Mais maintenant, il n'a presque plus besoin de parler lors de nos entraînements. On sait pratiquement tout ce qu'on a à faire. Mais au tout début, il y avait beaucoup d'entraînements au cours desquels on ne savait même pas ce qu'on était en train de faire.»

Sutter effraie encore un peu le jeune Doughty, 22 ans, qui s'est fait réprimander en première ronde lorsqu'on l'a surpris en train de regarder la télévision entre deux périodes lors de la seule défaite des Kings depuis le début des séries éliminatoires, le mois dernier.

«Je m'assure d'attendre qu'il ait souri après qu'il eut terminé de parler, a dit Doughty. Je ne veux pas être en train de rire alors qu'il est sérieux.»

Sutter a mentionné qu'il avait accepté le poste à Los Angeles pour rendre service au directeur général Dean Lombardi, un ancien ami qui l'avait engagé à l'époque avec les Sharks de San Jose, dans sa dernière tentative pour sauver la saison des Kings, et possiblement son propre emploi.

«Darryl amène un style différent [que celui de Murray], a évoqué le défenseur Matt Greene. Il est plus intense, et il est plus porté à nous secouer. Je crois que plusieurs d'entre nous avaient besoin de ça.»

 

La LNH sur Facebook