Bienvenue |Compte|Déconnecter 
NOUVEAUTÉ! SE CONNECTER AVEC VOTRE PROFIL DES MÉDIAS SOCIAUX
OU
Nom d’utilisateur ou courrielMot de passe
 

La fièvre du hockey monte à Stockholm alors que la ville se prépare à accueillir presque la moitié des joutes du Championnat mondial 2012 de l’IIHF

jeudi 2012-05-03 / 18:22 / LNH.com - Nouvelles

Par Michael Langr - Correspondant LNH.com

Partagez avec vos amis


La fièvre du hockey monte à Stockholm alors que la ville se prépare à accueillir presque la moitié des joutes du Championnat mondial 2012 de l’IIHF

STOCKHOLM (Suède) – La fièvre du hockey n’a pas encore complètement envahi la ville, mais elle se fait sentir.

C’est encore difficile à percevoir, mais Stockholm deviendra l’un des pôles du monde du hockey à compter de vendredi alors qu’elle accueillera presque la moitié des matchs du Championnat mondial 2012 de l’IIHF. Les parties de l’autre groupe et la ronde des médailles seront disputées à Helsinki, en Finlande.

L’Ericsson Globe Arena de Stockholm, d’une capacité de 13 850 spectateurs, a déjà accueilli le Championnat mondial de l’IIHF en 1989 et en 1995. L’amphithéâtre n’en est donc pas à ses premières armes.

Les amateurs auront plusieurs occasions de célébrer puisque chaque équipe disputera sept rencontres contre les autres formations de son groupe. Les quatre meilleures équipes accéderont ensuite aux quarts de finale.

Toutefois, l’un des sujets chauds à Stockholm demeure la tenue de l’équipe suédoise cette année. Malgré un alignement des plus compétitifs, la Suède fera face à une concurrence féroce en plus de devoir composer avec le « désavantage » de la glace.

Tous les joueurs de hockey rêvent de représenter leur pays devant leurs propres partisans. L’an passé, les Slovaques et leurs voisins de la République tchèque sont parvenus à attirer plusieurs gros noms au sein de leurs formations. Cette année, la Suède a réussi le même coup.

L’équipe suédoise déborde de talent cette année et elle compte sur plusieurs vedettes de la LNH, dont Daniel Alfredsson et Erik Karlsson des Sénateurs d’Ottawa ainsi que le quatuor des Red Wings de Detroit formé de Henrik Zetterberg, Johan Franzen, Niklas Kronwall et Jonathan Ericsson. Quatorze joueurs de la LNH enfileront l’uniforme jaune et bleu de la Suède lors de ce tournoi, dont le candidat au trophée Calder Gabriel Landeskog de l’Avalanche du Colorado.

Le Tre Kronor (les « Trois couronnes ») a perdu six parties de suite lors du camp d’entraînement de la semaine dernière et du tournoi de la Coupe tchèque de hockey de Brno. La Suède a subi ces revers (deux contre la Suisse, un contre la République tchèque, la Russie, la Finlande et les États-Unis) en l’absence de ses meilleurs éléments.

Malgré ces résultats décevants, la Suède demeure la meilleure formation du groupe de Stockholm. Or, cela ne veut pas nécessairement dire qu’elle franchira automatiquement les quarts de finale. Cette étape s’est avérée des plus difficiles pour les pays hôtes par le passé. Avec les attentes élevées des partisans et des médias ainsi que la proximité des amis et des familles, les joueurs suédois devront se méfier et rester loin de toutes ces distractions.

En raison de contraintes géographiques, les quarts de finale mettront aux prises les équipes d’un même groupe, tout comme il y a quatre ans lorsque le Championnat mondial de l’IIHF s’est déroulé à Québec et à Halifax. Ainsi, la Suède pourrait retrouver la Russie ou la République tchèque sur son chemin vers Helsinki.

L’équipe russe comprend surtout des joueurs issus de la Ligue continentale de hockey. Ces joueurs ont déjà disputé plusieurs tournois ensemble cette année. Quelques joueurs de la LNH se sont récemment greffés à cette formation et la Russie pourra compter sur quelques-unes de ses plus grandes vedettes. Le récipiendaire du trophée Art-Ross Evgeni Malkin des Penguins de Pittsburgh est l’un des plus gros noms présents à ce tournoi. Et avec les exploits passés de Pavel Datsyuk sur la scène internationale, l’attaque de la Russie devrait être à la fois étourdissante et difficile à stopper.

Les Tchèques ont toujours compté sur d’excellents gardiens de but, mais cette année, cet avantage semble avoir disparu. Ondrej Pavelec des Jets de Winnipeg n’est pas disponible, alors que Tomas Vokoun et Michal Neuvirth participent tous deux aux séries éliminatoires de la Coupe Stanley avec les Capitals de Washington. Dépourvue de joueurs de la LNH, la brigade défensive tchèque pourrait aussi poser problème, à moins que l’attaquant Milan Michalek réussisse à convaincre son frère Zbynek, dont la femme a donné naissance à une fille lundi, de se joindre à l’équipe. Cependant, l’attaque des Tchèques pourra miser sur des vedettes de la LNH comme Ales Hemsky, David Krejci et Tomas Plekanec.

Rien n’est impossible, mais ces trois puissances du hockey devraient accéder facilement aux quarts de finale à Stockholm. Il reste donc une place disponible pour les autres, mais l’Italie a très peu de chance de mettre la main dessus.

Accompagnées par des centaines de partisans, les équipes du Danemark (avec Frans Nielsen, Lars Eller, Jannik Hansen et Philip Larsen de la LNH) ou de l’Allemagne (Marcel Goc) sont les principaux prétendants pour obtenir la dernière place en quarts de finale. La Lettonie (Kaspars Daugavins) et la Norvège (aucun joueur de la LNH) sont d’autres équipes qui pourraient causer une surprise.

Peu importe quelles seront les deux formations qui obtiendront leur laissez-passer pour Helsinki, elles auront traversé deux semaines de compétition intense, ce qui leur permettra d’espérer remporter les grands honneurs.

 

La LNH sur Facebook