Bienvenue |Compte|Déconnecter 
NOUVEAUTÉ! SE CONNECTER AVEC VOTRE PROFIL DES MÉDIAS SOCIAUX
OU
Nom d’utilisateur ou courrielMot de passe
 

Daniel Sedin espère pouvoir jouer mercredi contre les Kings

mardi 2012-04-17 / 23:49 / LNH.com - Nouvelles

Par Curtis Zupke - Correspondant LNH.com

Partagez avec vos amis


Daniel Sedin espère pouvoir jouer mercredi contre les Kings

EL SEGUNDO, Californie – Daniel Sedin a avoué qu’il se sentait mieux, mais n’a pas voulu s’avancer à savoir s’il allait être en uniforme mercredi pour le match no 4 de la série quart de finale de l’Association de l’Ouest entre les Canucks de Vancouver et les Kings de Los Angeles.

Sedin s’est présenté devant de nombreux journalistes mardi et a dit bien se sentir, un mois après une commotion cérébrale causée par un coup de coude de Duncan Keith des Blackhawks de Chicago.

« Les quatre dernières semaines n’ont pas été faciles, c’est bien d’être de retour, mais avant tout, c’est bien de se sentir mieux, a admis Sedin. C’est le point le plus important. »

Les Canucks ont annoncé lundi que Sedin était apte à reprendre l’entraînement avec ses coéquipiers, toutefois, Sedin ne s’est pas avancé quant à sa présence pour le match de mercredi (22h HE; RDS, CBC).

« Nous verrons, a dit le principal intéressé. Nous allons prendre le temps et y aller un jour à la fois. Aujourd’hui, je me sens bien, nous verrons demain comment je me sentirai. »

Il y a beaucoup de pression sur les épaules de Sedin. Vancouver tire de l’arrière 3-0 dans sa série et risque de se faire éliminer en toute première ronde, après avoir mis la main sur le trophée du Président.

Cependant, Sedin affirme qu’il n’a « aucune pression. L’organisation, le directeur général, les entraîneurs, les soigneurs ont été fantastiques. Personne ne me pousse. C’est la meilleure chose dans ces circonstances. Ils s’occupent très bien de moi. Ils prennent des nouvelles chaque jour. »

Sedin admet qu’il n’a pas sa forme de match présentement, lui qui n’a pas joué depuis le 21 mars. Que pourrait-il apporter à l’équipe ?

« Je l’ignore, répond Sedin. C’est le problème, je n’ai pu m’entraîner, ma forme est à son plus bas niveau en cinq ans. Nous verrons comment les choses évoluent. Je veux dire que j’espère que je peux aider sur le jeu de puissance et faire une petite différence. C’est ce sur quoi je me concentre. »

Alain Vigneault, l’entraîneur des Canucks, a expliqué que l’équipe allait réévaluer l’état de Sedin mercredi matin. Mais cela ne l’a pas empêché de faire pratiquer Daniel en compagnie de son frère Henrik et de David Booth, lors de l’entraînement de mardi.

« Ce n’était qu’un entraînement, a lancé Vigneault. Je ne suis pas encore certain à 100 pour cent à savoir qui jouera demain. J’essaie simplement différentes combinaisons. »

Le 9 avril, Sedin s’était entraîné au sein de la première ligne d’attaque et de la première unité de supériorité numérique de son équipe, en plus de rester sur la glace pour une séance de patinage supplémentaire. Mais le jour suivant, il s’était contenté de patiner avec les joueurs en surplus. Il n’est pas réapparu en public jusqu’à vendredi dernier, alors qu’il s’est présenté en uniforme une heure avant la séance d’entraînement, le matin du deuxième match de la série Kings-Canucks.

« Nous sommes passés à travers toutes les étapes, mais quand j’ai tenté de m’entraîner avec mes coéquipiers, je ne me sentais pas à 100 pour cent », a expliqué Sedin. « J’ai opté pour prendre un pas de recul après une demi-journée de congé. »

On a demandé à Sedin à quand remontaient ses derniers maux de tête.

« Dimanche soir quand nous avons perdu ! », a lancé Sedin à la blague.

Sur une note plus sérieuse, Sedin a révélé qu’il avait trouvé l’expérience de spectateur difficile.

« Ce n’est pas facile de savoir qu’on peut faire une différence, a-t-il dit. Les matchs étaient serrés. Nous savions avant le début de la série que ce serait serré. Nous avons terminé en tête de l’association et eux au huitième rang. Mais quand vous regardez les deux équipes, c’est un affrontement difficile. Nous étions au courant que ce serait ardu. »

Au sujet de la situation devant les buts, Vigneault a dit qu’il avait pris sa décision, mais qu’il ne révélerait pas qui de Cory Schneider ou Roberto Luongo serait d’office.

« Nous ne le savons pas encore, a relaté Luongo. Nous sommes prêts et nous nous préparons comme si nous allions obtenir le départ. Je suis convaincu qu’à un moment ce soir ou demain matin, nous serons avisés. »

Vigneault a délégué Schneider pour le match no 3 afin de changer le momentum, même si le jeu de Luongo n’est aucunement en cause dans les déboires des Canucks.

Questionné à savoir s’il comprenait la décision, Luongo a répondu dans l’affirmative.

 

La LNH sur Facebook