Bienvenue |Compte|Déconnecter 
NOUVEAUTÉ! SE CONNECTER AVEC VOTRE PROFIL DES MÉDIAS SOCIAUX
OU
Nom d’utilisateur ou courrielMot de passe
 

Mike Richards s’impose comme le leader des Kings de Los Angeles

vendredi 2012-04-13 / 11:30 / LNH.com - Nouvelles

Par Kevin Woodley - Correspondant LNH.com

Partagez avec vos amis


Mike Richards s’impose comme le leader des Kings de Los Angeles

VANCOUVER – Comment peut-on qualifier la contribution de Mike Richards à son premier match éliminatoire à titre de porte-couleur des Kings de Los Angeles?

Oubliez le premier but qu’il a marqué lors d’un avantage numérique de deux joueurs pour créer l’égalité à la première période.

Oubliez le revirement qu’il a provoqué sur le but qui procuré l’avance aux siens avec 3:14 à jouer à la troisième.

Finalement, oubliez la mention d’assistance qu’il a obtenue sur le dernier but marqué dans un filet désert dans les dernières secondes de la rencontre, son troisième point du match, dans la victoire de 4-2 contre les Canucks de Vancouver, mercredi soir.

La vraie mesure de toute l’efficacité de Richards a été donnée par l’entraîneur en chef des Canucks, Alain Vigneault.

Ce dernier a mentionné qu’il n’avait pas aimé la performance de son deuxième trio dirigé par Ryan Kesler qui a fait face à celui de Richards lors du premier match. Kesler a pourtant remporté le trophée Selke, remis au meilleur joueur défensif de la ligue, la saison dernière.

« Je n’ai pas vraiment aimé le face-à-face », a déclaré Vigneault en souriant avant d’ajouter qu’il pourrait effectuer des changements pour le deuxième match qui sera présenté, vendredi soir.

Quand le meilleur attaquant défensif ne fait pas le poids, tu sais que tu as accompli de belles choses. Et c’est exactement la raison pour laquelle les Kings ont acquis Richards, des Flyers de Philadelphie, dans un méga-échange impliquant cinq joueurs tout juste avant le repêchage en juin.

Avant le premier match, l’entraîneur en chef Darryl Sutter avait fait savoir qu’il n’était pas préoccupé que Richards ait totalisé seulement 44 points à sa première saison à Los Angeles, sa plus faible production en cinq saisons, et 35 de moins que sa moyenne des quatre dernières campagnes.

Les Kings ont acquis Richards pour son expérience dans les séries éliminatoires. Il avait mené les Flyers à la finale de la coupe Stanley en 2010 à titre de capitaine après les avoir menés à la finale de l’Association en 2008.

Même s’il n’est âgé que de 27 ans, Richards domine les jeunes Kings avec 64 matchs éliminatoires et un total de 53 points, et il a bien l’intention de démontrer tout son leadership au sein de sa nouvelle équipe.

« Il est reconnu depuis le début de sa carrière pour ses grandes performances dans les matchs importants et c’est ce qu’il a fait mercredi, a déclaré le capitaine des Kings, Dustin Brown. Il n’est pas un joueur plaisant à affronter, mais c’est extraordinaire quand tu l’as comme coéquipier dans une série de quatre de sept. »

Qu’est-ce qui rend Richards si efficace dans les séries éliminatoires?

Selon Brown, c’est une combinaison d’habiletés offensives et de jeu physique, ce qui peut surprendre d’un joueur qui ne mesure que 5 pi 11 po. Mais il y a d’autres raisons pour lesquelles Richards fait perdre la maîtrise à ses adversaires, a ajouté Brown.

« Il peut vous faire mal offensivement. De plus, il est bon défensivement et il peut déranger mentalement les meilleurs joueurs adverses, a affirmé Brown. J’ai affronté Mike alors que l’on jouait tous les deux chez les juniors, il a une mentalité de salopard, mais il a aussi l’instinct et les habiletés qui soutiennent ce caractère. Il n’est pas le plus gros, mais il distribue de bonnes mises en échec, ce qui le rend très utile dans les matchs importants. »

Richards, qui a également joué un rôle-clé dans la conquête de la médaille d’or de l’équipe canadienne aux Jeux olympiques de 2010, était confiant qu’il pourrait offrir de bonnes performances dès le début des séries éliminatoires.

« C’est une nouvelle saison, tout le monde recommence à zéro, a dit Richards qui n’a pas pris part à l’entraînement optionnel des Kings, jeudi. J’ai toujours confiance en moi. J’ai toujours cru que j’amasserais ma part de points, car j’obtenais de bonnes opportunités de marquer. Je n’avais qu’à continuer de jouer mon style de jeu. Je ne triche pas et c’était plaisant de connaître le genre de match que j’ai connu mercredi. »

Pour Richards, son jeu consiste aussi à jouer de façon robuste, incluant une sévère mise en échec à l’agitateur Alexandre Burrows dans les dernières minutes de jeu alors que les Kings menaient 3-2. La plupart des joueurs se seraient concentrés de bien jouer défensivement afin de protéger l’avance d’un but.

« Il était pour me frapper, donc il était préférable que ce soit moi qui le frappe en premier, a indiqué Richards. C’est du hockey de séries éliminatoires, c’est la raison pour laquelle nous jouons. C’est plaisant, les spectateurs sont enjoués. C’est la meilleure période pour jouer au hockey et on donne tout. »

Mais on est avare de commentaires.

« On n’a joué qu’un seul match, a répété à plusieurs reprises Richards. C’est un marathon. Tu dois déjà oublier le premier match et penser au deuxième, non seulement à titre d’équipe, mais aussi à titre d’individu. »

Dit comme un vrai leader des séries éliminatoires.

 

La LNH sur Facebook