Bienvenue |Compte|Déconnecter 
NOUVEAUTÉ! SE CONNECTER AVEC VOTRE PROFIL DES MÉDIAS SOCIAUX
OU
Nom d’utilisateur ou courrielMot de passe
 

Touchette: Je choisis les Penguins pour remporter la Coupe Stanley

mercredi 2012-04-11 / 18:43 / LNH.com - Nouvelles

Par Serge Touchette - Chroniqueur LNH.com

Partagez avec vos amis


Touchette: Je choisis les Penguins pour remporter la Coupe Stanley
J'ai un penchant pour les Bruins et les Rangers. J'en ai également un pour les Hawks et les Predators. Non, pas facile de se brancher dans le cadre des séries éliminatoires. Mais si j'avais à parier mon vieux bâton de hockey Sherwood et ma carte de hockey Bobby Hull, recrue, je parierais sur les Penguins de Pittsburgh pour remporter la Coupe Stanley. Un choix pas tellement original, je l'avoue, mais entre l'originalité et le gros bon sens, le choix est assez évident.

J'ai un penchant pour les Bruins et les Rangers.

J'en ai également un pour les Hawks et les Predators.

Non, pas facile de se brancher dans le cadre des séries éliminatoires.

Mais si j'avais à parier mon vieux bâton de hockey Sherwood et ma carte de hockey Bobby Hull, recrue, je parierais sur les Penguins de Pittsburgh pour remporter la Coupe Stanley.

Un choix pas tellement original, je l'avoue, mais entre l'originalité et le gros bon sens, le choix est assez évident.

Sans Sidney Crosby, les Penguins formaient déjà l'une des équipes les plus talentueuses de la ligue.

Mais avec leur capitaine, ils représentent une puissance, une surfaçeuse munie d'un moteur de Formule Un.

Sans Chris Pronger, je ne vois pas comment les Flyers pourront freiner l'attaque la plus explosive du circuit. Je leur souhaite bonne chance.

Evgeni Malkin, qui a remporté le deuxième championnat des marqueurs de sa carrière, Crosby, Kristopher Letang, Jordan Staal et Marc-André Fleury, qui connait l'une des meilleures saisons de sa carrière, font des Penguins une équipe vraiment pas comme les autres.

Et je ne parle même pas de James Neal, de la nouvelle version de Matt Cooke, de Chris Kunitz et de Brooks Orpik, alouette.

Des coups salauds

A vrai dire, les Penguins sont sans faille ou presque.

Et je serai franc avec vous: j'adore les voir jouer. Quand les Penguins jouent, je ne passe pas mon temps à zapper de peur de rater le dernier coup de génie de Crosby ou de Malkin.

Reste à voir dans quel état les Penguins sortiront de cette première série. Voilà une série, qui promet des étincelles. Des coups salauds aussi.

Car s'ils ont du talent, les Flyers, qui détestent les Penguins à s'en confesser et vice-versa, ont aussi des gros bras.

Donc, les Penguins, à moins que Crosby et Letang terminent la série contre les Flyers soutenus par des béquilles, atteindront la finale avec les ... Black Hawks.

Et c'est dans le centre-ville de Pittsburgh que la Coupe défilera à bord d'une voiture dans laquelle on retrouvera Crosby, Malkin et Super Mario.

Voulez-vous gager ?

« Lucky » Steve

Si j'étais dans les souliers de Steve Tambellini, le directeur-général des Oilers d'Edmonton, je m'empresserais d'acheter des billets de loto au dépanneur du coin.

Imaginez; pour la troisième année de suite, les Oilers ont gagné, mardi soir, la loterie de la LNH en prévision du prochain repêchage amateur.

Dans le cadre d'une soirée bingo animée par le vice-président de la ligue, Bill Daly, ils ont donc hérité du premier choix, les chanceux.

Le Canadien ? Il a ni plus ni moins fait match nul puisqu'il a conservé son acquis, soit le troisième rang dans l'ordre de sélection.

C'est la première fois depuis 1980 qu'il obtient une position aussi avantageuse au repêchage. Cette année-là, il s'était royalement planté en optant pour Doug Wickenheiser plutôt que Denis Savard.

C'était à l'époque où le bœuf de l'ouest faisait saliver la majorité des recruteurs.

On connait la suite. Wickhenheiser, un gros joueur de centre, qui devait faire le bonheur de Guy Lafleur, s'est avéré un « flop » alors que Savard, sélectionné par les Black Hawks, a été l'un des joueurs les plus électrisants de son époque.

Ce douloureux souvenir, à tort ou à raison, continue de coller à la peau du Canadien, souvent critiqué pour avoir levé le nez sur le talent local au cours des dernières saisons.

Cette année, le Canadien, qui a un besoin criant de talent, est bien placé pour redorer son image.

Et cette fois, il n'a pas le droit de se tromper.

 

La LNH sur Facebook