Nous avons mis à jour nos Conditions d'utilisation et notre Politique de confidentialité.  En continuant d'utiliser les services en ligne de la LNH, vous acceptez ces documents mis à jour et l'arbitrage de différends.
Se connecter avec votre compte LNH.com:
  • Soumettre
  • Ou
  • Se connecter avec Google
 

Molson tente de renouer avec la tradition gagnante du Canadien

jeudi 2012-03-29 / 16:47 / LNH.com - Nouvelles

Par Martin Leclerc - Correspondant LNH.com

Partagez avec vos amis


Molson tente de renouer avec la tradition gagnante du Canadien
BROSSARD - Geoff Molson n’a pas seulement annoncé le congédiement de son directeur général Pierre Gauthier jeudi après-midi. Il a jeté les bases d’un vaste changement de culture d’entreprise chez le Canadien, qui tente désespérément, depuis au moins 15 ans, de renouer avec sa tradition gagnante.

« Viser une participation aux séries éliminatoires n’est pas un objectif assez élevé pour cette équipe et pour cette organisation. On doit être en mesure de viser le championnat à tous les ans », a-t-il martelé durant son point de presse, que les joueurs suivaient en direct à la télévision.

« Notre plan n’est pas compliqué : c’est de gagner », a-t-il ajouté, deux fois plutôt qu’une, par la suite.

Et avant de s’adresser aux médias, M. Molson était descendu dans le vestiaire et leur avait livré un vibrant plaidoyer. 

Le succès, toutefois, ne s’achète pas. Il se cultive.

Et le propriétaire du Canadien a certainement mis le doigt sur la plaie en soulignant que son organisation a manqué de stabilité et de constance à tous les niveaux au cours de la dernière décennie. Et en ajoutant que toutes les formations championnes du passé et des récentes années avaient ces deux caractéristiques en commun.

Chez le Canadien, il n’y en a pas eu de stabilité. Au cours des neuf dernières années, sept entraîneurs se sont succédé derrière le banc. Trois directeurs généraux ont eu le gouvernail en main et deux propriétaires ont présidé aux destinées de l’entreprise.  

Pour retrouver ces lettres de noblesse égarées quelques part dans le temps, Geoff Molson s’est adjoint les services de Serge Savard à titre de conseiller spécial. Cette embauche marque un grand coup auprès du public, puisque Savard a été le dernier homme de hockey à incarner la stabilité et le succès constant chez le Canadien.

Savard a été directeur général du Canadien de 1983 à 1995, période au cours de laquelle le Tricolore a remporté deux coupes Stanley. En fait, la débâcle de l’organisation a coïncidé avec son congédiement par le président de l’époque, Ronald Corey. Geoff Molson le connaît depuis les années 1960 et il dit considérer Serge Savard comme un ami de sa famille.

Le propriétaire dit avoir rencontré Savard la semaine dernière et les deux hommes se sont mis d’accord quant à la marche à suivre. La chasse au prochain directeur général du Canadien sera donc lancée rapidement.

Puisque la stratégie consiste à bâtir sur le long terme, il y a fort à parier que leur liste de candidats ne comprendra que des noms de jeunes hommes de hockey. Pierre Gauthier et Bob Gainey étaient tous deux près de la soixantaine.

Le prochain directeur général devra-t-il parler français ? Les réponses des deux hommes diffèrent là-dessus.

« Notre priorité consiste à dénicher le meilleur candidat possible. Il est important que le candidat parle français. Mais la priorité reste de dénicher le meilleur candidat possible. (..) Le meilleur scénario serait qu’il parle français mais on ne mettra pas en péril la possibilité de trouver le meilleur candidat disponible. C’est une décision importante », a constamment répété M. Molson aux questions posées à ce sujet.

En entrevue avec divers médias quelques instants plus tard, Savard s’est toutefois montré plus catégorique.

« On va s’entendre sur un point, il (le prochain directeur général) va parler français. Je pense que c’est primordial dans notre marché. Il n’est pas obligé d’être francophone mais il doit s’exprimer en français», a-t-il affirmé au réseau RDS.

Serge Savard a aussi réaffirmé qu’il souhaite que le Canadien prenne un virage plus francophone en ce qui a trait aux joueurs qui endossent l’uniforme.

Parmi les critères essentiels pour assumer ces fonctions, Geoff Molson a invoqué « la capacité d’exercer un fort leadership », des « talents de communicateur à l’interne et à l’externe » ainsi que « le désir de gagner, à la vie, à la mort ».

Le Canadien et les médias ont entretenu des relations difficiles sous le règne de Pierre Gauthier. M. Molson s’est dit ouvert à l’idée de modifier les politiques de l’organisation en cette matière.

Cela nécessitera aussi un changement de culture important.

 

La LNH sur Facebook