Bienvenue |Compte|Déconnecter 
NOUVEAUTÉ! SE CONNECTER AVEC VOTRE PROFIL DES MÉDIAS SOCIAUX
OU
Nom d’utilisateur ou courrielMot de passe
 

Il y a tout juste un an, les Panthers de la Floride étaient derniers dans l’Est comme le CH

mardi 2012-03-27 / 13:30 / LNH.com - Nouvelles

Par Martin Leclerc - Correspondant LNH.com

Partagez avec vos amis


Il y a tout juste un an, les Panthers de la Floride étaient derniers dans l’Est comme le CH
BROSSARD - Au cours des années passées, les visites des Panthers de la Floride au Centre Bell n’avaient pas l’habitude de susciter beaucoup d’intérêt auprès des partisans du Canadien. Ce mardi soir, les choses seront toutefois un peu différentes. Les fans du CH pourront regarder jouer les Panthers et se demander si, l’an prochain, leur équipe sera capable de les imiter.

La saison dernière à pareille date, les Panthers se trouvaient exactement dans la même position que le Canadien : au 15e et dernier rang dans l’Est. Ils avaient bouclé le calendrier avec seulement 72 points et 30 victoires en banque.

Or, ils occupent présentement le premier rang de la division Sud-Est, avec 87 points en banque. Ils sont toutefois suivis de près par les Capitals de Washington, qui détiennent le huitième rang (84 points) et qui se trouvent dans une situation précaire, à égalité avec les Sabres de Buffalo.

Pour passer des bas-fonds au premier rang de sa division, le directeur-général Dale Tallon a infligé un traitement choc à son organisation au cours de l’été.

Tallon a d’abord conclu trois transactions qui lui ont permis de mettre la main sur le défenseur Brian Campbell et les attaquants Jack Skille et Tomas Kopecky, qu’il avait auparavant côtoyés au sein de l’organisation des Blackhawks de Chicago. Il a aussi transigé avec les Flyers pour obtenir l’attaquant Kris Versteeg, un autre joueur qu’il comptait dans sa formation alors qu’il veillait aux destinées des Blackhawks.

Ensuite, le directeur-général des Panthers s’est lancé à l’assaut du marché des joueurs autonomes, où il a déniché pas moins de sept joueurs expérimentés (José Théodore, Sean Bergenheim, Matt Bradley, Tomas Fleischman, Marcel Goc, Ed Jovanovski et Scottie Upshall).

Ces nombreuses embauches ont chambardé la moitié de l’alignement. Cependant, elles permettent aux Panthers de mieux encadrer leurs jeunes joueurs et de mieux les accompagner dans leur développement.    

Ce coup de dés a d’ailleurs donné d’intéressants résultats : Fleischmann, Campbell, Vertsteeg et Kopecky sont respectivement les premier, troisième, quatrième et sixième meilleurs marqueurs du club !

Est-ce qu’un remède de cheval aussi drastique sera nécessaire pour relancer le Canadien la saison prochaine ?

« Je pense que ce ne sera pas exactement la même chose. Toutes les équipes ne sont pas bâties de la même manière. Pour nous, je crois que la plus grosse amélioration à apporter consistera à rester en santé la saison prochaine », répond le défenseur Josh Gorges. « Ce fut notre plus gros problème cette saison. Le nombre de matchs ratés en raison de blessures (388 à ce jour) a été complètement fou. »

L’attaquant David Desharnais croit qu’il faut être prudent lorsqu’on se compare aux autres organisations et qu’on analyse les gestes que leurs dirigeants ont posés.

« Nous étions au sixième rang la saison dernière et nous sommes passés à un seul but de battre les Bruins en séries. À mon avis, il ne faut pas trop chercher de solutions aux alentours. On l’a fait l’an dernier (participer aux séries) et nous serons capables de le refaire la saison prochaine », estime Desharnais.

Questionné quant aux améliorations à apporter à l’équipe pour lui permettre de remonter le classement, Desharnais souligne à quel point l’acquisition d’Erik Cole s’est avérée bénéfique pour  le CH.

« Je sais que les joueurs comme Cole ne courent pas les rues. Mais si on en trouvait un autre, ça aiderait beaucoup ! »

Peu importe la manière d’y parvenir, les Panthers ont démontré à tout le monde dans la LNH qu’il est possible de transformer rapidement une équipe perdante en une formation compétitive. Un peu comme l’avaient fait les Flyers il y a quelques années.

Mais l’entraîneur du Canadien, Randy Cunneyworth, n’a pas envie de discuter d’avenir ces temps-ci.

« Envisager l’avenir n’est pas vraiment mon travail en ce moment. Je dois me soucier de ce qui se passe aujourd’hui. Il est important pour nous de jouer une partie excitante et de la remporter », répond-il.

En trois affrontements cette saison, le Canadien n’est pas encore parvenu à vaincre les Panthers.
 

La LNH sur Facebook