Bienvenue |Compte|Déconnecter 
NOUVEAUTÉ! SE CONNECTER AVEC VOTRE PROFIL DES MÉDIAS SOCIAUX
OU
Nom d’utilisateur ou courrielMot de passe
 

Lemenu : Deux institutions en sérieuses difficultés

dimanche 2012-03-25 / 17:15 / LNH.com - Nouvelles

Par François Lemenu  - Chroniqueur LNH.com

Partagez avec vos amis


Lemenu : Deux institutions en sérieuses difficultés
Le Canadien de Montréal et les Maple Leafs de Toronto, deux institutions parmi les plus célèbres au Canada, se retrouvent en sérieuses difficultés. Pour la première fois en plus de 40 ans, les deux équipes comptant le plus de coupes Stanley dans l’histoire de la Ligue nationale risquent d’occuper les deux derniers rangs de leur association.

On doit remonter à la saison 1969-1970 pour retrouver le Canadien et les Maple Leafs dans une situation aussi désavantageuse. Il faut préciser que le Canadien avait terminé cette saison-là au cinquième rang de la division Est, à sept points des Black Hawks de Chicago et des Bruins de Boston, ex aequo au premier rang. De plus, le tricolore avait remporté la coupe Stanley l’année précédente (1969) ainsi que l’année suivante (1971). Comme quoi la situation de l’équipe était loin d’être aussi désespérée qu’aujourd’hui.

Les Maple Leafs avaient fini loin derrière dans la cave du classement. Leur dernière conquête avait pourtant été célébrée trois ans plus tôt. Depuis, les irréductibles partisans de l’équipe vivent d’espoirs annuellement déçus.

Est-ce possible?

Si la situation du bleu-blanc-rouge est certes préoccupante, celle des Maple Leafs l’est encore davantage même si l’élimination du Canadien a été confirmée samedi.

À Montréal, l’équipe peut au moins compter sur un très bon gardien - Carey Price -, quatre solides défenseurs - P.K. Subban, Andrei Markov, Josh Gorges, Alexei Emelin - et un premier trio - Max Pacioretty, David Desharnais, Erik Cole - capable de produire en attaque.

À Toronto, tout est à refaire. Les gardiens manquent d’expérience, les arrières n’assurent pas une défense étanche, et les attaquants sont incapables de jouer dans les deux sens de la patinoire. Comme un malheur n’arrive jamais seul, voilà que l’équipe est dirigée par un entraîneur qui cherche à imposer un style rugueux qui ne convient pas aux joueurs déjà en place.

Une transaction controversée

L’arrivée de Brian Burke en novembre 2008 avait pourtant suscité beaucoup d’espoir. Le nouveau directeur général des Maple Leafs avait même parlé d’une refonte accélérée qui éviterait une reconstruction sur plusieurs années.

Burke a eu tôt fait d’afficher ses couleurs. Moins d’un an après sa nomination, il a réalisé une importante transaction, obtenant Phil Kessel des Bruins de Boston en retour de deux choix de première ronde et d’un choix de deuxième tour.

J’ai cru alors qu’il s’agissait d’un bon échange. Je le pense toujours. Kessel remplit son mandat puisqu’il est l’un des quatre joueurs de la LNH à avoir inscrit un minimum de 30 buts à ses quatre dernières saisons. Ilya Kovalchuk, Alexander Ovechkin et Jarome Iginla sont les autres. Avouez que Kessel n’est pas en mauvaise compagnie. L’Américain occupait aussi le cinquième rang des compteurs (36-41-77) du circuit avant les matchs de dimanche.

Les gens ont tort d’associer Kessel à Tyler Seguin, Jared Knight et Dougie Hamilton, trois joueurs repêchés par Boston. La transaction, rappelons-le, se limitait à des choix au repêchage. L’erreur de Burke ne se situe pas à ce niveau. Elle est dans sa décision de confier le filet des Leafs à Jonas Gustavsson et Vesa Toskala, de consentir un contrat de 22,5 millions US$ à Mike Komisarek, et d’offrir le poste de centre numéro un à Tyler Bozak.

Une meilleure gestion aurait évité aux Leafs de terminer au 29e rang. En fait, il aurait fallu quatre petits points de plus des Leafs en 2009-2010 pour que Seguin se retrouve en Floride à la place d’Erik Gudbranson.

Burke persiste et signe

Burke a persisté dans sa démarche avec l’embauche ou l’acquisition à prix fort de Mikhail Grabovski (27,5 millions US$/5 ans), Tim Connolly (9,5 millions US$/2 ans), Matthew Lombardi (7 millions US$/2 ans), Colby Armstrong (9 millions US$/3 ans), Luke Schenn (18 millions US$/5 ans) et John-Michael Liles (15,5 millions US$/4 ans).

Aujourd’hui, Burke se retrouve à la tête d’une équipe qui s’est éloignée encore davantage d’une place en séries. Les Leafs n’ont toujours pas de gardien, le défenseur Dion Phaneuf a beaucoup de difficulté à assumer son leadership, et il manque encore un centre de premier plan.

L’organisation compte quelques éléments intéressants dans la Ligue américaine. Mais les espoirs Nazem Kadri, Joe Colborne, Jesse Blacker et Korbinian Holzer ne sont pas nécessairement la solution aux problèmes de l’équipe.

On peut être certain que Burke va tenter un coup d’éclat dans le cadre du repêchage. Le nom de Rick Nash va assurément refaire surface. En attendant, les partisans du Canadien peuvent se consoler à l’idée que l’avenir des Leafs est encore plus sombre que celui du tricolore.

Les deux équipes vont s’affronter au Centre Bell lors du dernier match de la saison. L’enjeu pourrait être le dernier rang dans l’Est.

De bons départs

Les espoirs du Canadien ont bien entrepris leurs séries dans le hockey junior Canadien.

Brendan Gallagher a un départ-canon, ayant enregistré deux buts et cinq passes dans les deux victoires remportées par les Giants de Vancouver face aux Chiefs de Spokane. Gallagher occupe le deuxième rang des pointeurs du circuit derrière son coéquipier Jordan Martinook.

Patrick Holland joue en séries comme en saison. L’ailier gauche a inscrit un but et trois passes dans les deux gains des Americans de Tri-City face aux Silvertips d’Everett. Holland est ce jeune que le Canadien a obtenu des Flames de Calgary dans la transaction Cammalleri-Bourque.

Nathan Beaulieu a entrepris les séries sur les chapeaux de roues, comme tous ses coéquipiers des Sea Dogs de Saint-Jean. Le défenseur a amassé deux buts et trois passes dans les deux victoires des champions de la coupe Memorial contre les Screaming Eagles de Cap Breton.

Le défenseur Morgan Ellis a fait aussi bien que Beaulieu avec deux buts et trois aides également. Les Cataractes de Shawinigan ont facilement remporté leurs deux premiers matchs face aux Huskies de Rouyn-Noranda. Michaël Bournival a contribué un but et deux passes.

Jared Tinordi, lui, s’est vu imposer cinq minutes de pénalités dans la victoire de 3-0 des Knights de London face aux Spitfires de Windsor. Les deux équipes s’affrontent de nouveau dimanche.
 

La LNH sur Facebook