Se connecter avec votre compte LNH.com:
  • Soumettre
  • Ou
  • Se connecter avec Google
 

Le Canadien à la fois déçu et soulagé par sa victoire face au Wild

vendredi 2012-03-02 / 11:59 / LNH.com - Nouvelles

Par Martin Leclerc - Correspondant LNH.com

Partagez avec vos amis


Le Canadien à la fois déçu et soulagé par sa victoire face au Wild
MONTRÉAL – L’ambiance était étrange dans le vestiaire du Canadien après cette victoire in extremis de 5 à 4 contre le Wild du Minnesota. Les joueurs semblaient à la fois soulagés de s’en tirer avec les deux points et désemparés de s’être encore une fois montrés incapables de protéger une avance en fin de rencontre.

« Ce sont deux points et nous allons les prendre. La manière d’y parvenir est évidemment frustrante parce que nous avions le contrôle de ce match jusqu’à ce qu’il ne reste que quelques minutes à écouler. C’était quasiment embarrassant d’avoir à jouer en prolongation », a admis Max Pacioretty, qui a inscrit son 26e but de la saison dans ce match fou.

Pacioretty aurait pu en inscrire un deuxième dans un filet désert mais il a été nettement accroché avant de tirer et les arbitres n’ont pas jugé bon d’appeler l’infraction.

« Vous avez vu l’accochage. Moi je ne peux pas commenter cela », a sèchement tranché Pacioretty. 

Le héros de la rencontre, David Desharnais, refusait pour sa part les éloges que lui valaient son but et ses deux mentions d’aide, sans compter le but gagnant qu’il a inscrit en tirs de barrage.

« Nous sommes au dernier rang. Personne n’est content », a-t-il expliqué.

« C’était un match fou, tout simplement. Quand l’écart s’est réduit à 4-3, on a senti la panique sur le banc. Nous étions supposés marquer dans un filet désert, mais on s’est fait marquer par la suite. Ce sont des choses que l’on fait depuis le début de la saison et nous n’apprenons pas de nos erreurs », déplorait-il.

Desharnais a toutefois souri en commentant la mésaventure de Devin Setoguchi en tirs de barrage. Le pauvre a chuté sans avoir la chance de tirer au filet.

« Ce sont des choses qui arrivent. Cela arrive même aux meilleurs. Je me souviens que c’était arrivé à Steven Stamkos l’an passé. C’était peut-être le coup de chance dont nous avions besoin pour remporter le match ! Setoguchi va sans doute se faire taquiner pendant quelques semaines ! », a-t-il commenté.

Randy Cunneyworth, pour sa part, tentait de concentrer son analyse du match sur son aspect le plus positif : la victoire.

« C’était un match étrange. Je ne sais même pas par où commencer pour le commenter. Il y a des matchs étranges comme celui-là au cours d’une saison. Mais je suis content d’avoir obtenu la victoire. Une victoire est une victoire et c’est le principal.

« Ce n’était pas du hockey comme on l’enseigne mais ce sont des choses qui arrivent », a excusé l’entraîneur du Canadien.

Selon Cunneyworth la punition que les arbitres n’ont pas appelée quand Pacioretty s’apprêtait à marquer dans un filet désert a complètement changé l’histoire de la soirée.

« C’était un but automatique et je crois que les arbitres ont perçu la chute de Max comme un plongeon qui annulait en quelque sorte la pénalité. Mais nous n’aurions pas dû en arriver là. Nous devrons tirer des leçons de ce qui s’est passé ce soir mais quand même, savourons la victoire », a-t-il insisté.

En début de rencontre, le Canadien a perdu les services de Aaron Palushaj, victime d’un coup de bâton accidentel à un œil.

« Nous évaluons la condition de Palushaj. Nous ne connaissons pas l’étendue de sa blessure à l’œil. Je ne veux pas spéculer là-dessus. Il sera réexaminé par les médecins », a commenté Cunneyworth.

La rencontre a été ponctuée de 61 minutes de punition. Et pour un deuxième match de suite, le CH a pratiqué un style nettement plus robuste que ce à quoi il avait habitué ses partisans au cours des dernières années.

Pour un, Ryan White a été très actif, en livrant un combat à Stéphane Veilleux en début de match et en étant chassé pour 17 minutes à la fin de cette même période pour s’en être pris à ce même Veilleux, près du filet de Carey Price

« Je pense que tout le monde a ajouté un peu plus d’aspect physique dans son jeu. Il faudra toutefois le faire avec discipline. Il y en a qui sont venus à la rescousse de leur gardien parce qu’il se faisait donner des coups de bâton. C’était correct. Il faut se supporter les uns les autres », de conclure Cunneyworth, qui a invité ses joueurs à tirer des leçons de la combativité déployée par le Wild en troisième période.

 

La LNH sur Facebook