Bienvenue |Compte|Déconnecter 
NOUVEAUTÉ! SE CONNECTER AVEC VOTRE PROFIL DES MÉDIAS SOCIAUX
OU
Nom d’utilisateur ou courrielMot de passe
 

Andrei Kostitsyn rejoint son frère à Nashville en retour d’un choix de deuxième ronde

lundi 2012-02-27 / 15:02 / LNH.com - Nouvelles

Par John Manasso - correspondant LNH.com

Partagez avec vos amis


Andrei Kostitsyn rejoint son frère à Nashville en retour d’un choix de deuxième ronde


NASHVILLE – Quand les Predators de Nashville ont acquis Sergei Kostitsyn du Canadien en 2010, ils le considéraient comme un  “projet” et ils ont été à même de constater sa « transformation extrême. »

Cette fois ils espèrent répéter le même coup avec son frère aîné Andrei, également obtenu de Montréal lundi, en retour d’un choix de deuxième ronde en 2013 et du choix conditionnel de cinquième ronde qu’ils avaient reçu le 17 février lors d’un premier échange entre ces deux équipes, qui a vu Hall Gill passer à Nashville en retour d’un choix de deuxième ronde en 2012 et de deux joueurs des ligues mineures, Blake Geoffrion et Rob Slaney.

Agé de 27 ans, Andrei Kostitsyn a atteint le plateau des 20 buts à trois reprises depuis son arrivée dans la LNH. Jusqu’ici cette saison, il a 12 buts et 24 points à sa fiche.

« Montréal est juste un autre monde », a constaté l’entraîneur des Predators Barry Trotz. « Quand nous avons obtenu  Sergei, je n’ai entendu que des commentaires négatifs à son sujet. Ils avaient tort et nous avions raison. Sergei a été un de nos meilleurs coups. Nous n’avons presque rien donné et nous avons mis la main sur un ailier gauche de premier trio. Il n’y a rien de mal à ça...

« C’est un bon joueur et je m’attends au même résultat avec Andrei. Ce que je sais de lui c’est qu’il a un immense talent et qu’il peut jouer. On va tout faire pour que ça marche. »

Pour Sergei Kostitsyn, les Predators avaient cédé le gardien Dan Ellis, qui est devenu joueur autonome et a signé un contrat à Tampa, et Dustin Boyd, un joueur des ligues mineures. Sergei a mené les Predators avec une marque personnelle de 23 buts la saison dernière en plus de jouer en désavantage numérique. Après un lent départ cette saison, il est rendu à 15 buts et 35 points, et il affiche un différentiel de plus-7.

Andrei mesure 6’ comme son frère mais il pèse sept livres de plus et pratique un style plus robuste dans les coins de patinoire. Il a été le 10 e choix du repêchage de 2003, justement présenté à Nashville, tandis que Sergei était sélectionné au 200e rang.

Lors d’une entrevue mise en ligne sur le site officiel des Predators, Paul Fenton, l’adjoint au directeur général David Poile, raconte que l’équipe avait envisagé de sélectionner Andrei avant de choisir Ryan Suter trois rangs plus tôt. Les Predators connaissent la réputation de joueur inconstant que s’est faite Andrei à Montréal, mais estiment que ce ne sera pas un problème au sein d’une équipe bien unie autour du capitaine Shea Weber et dirigée par un entraîneur respecté.

« C’est un type de joueur très habile en haut de la zone offensive, l’a décrit Fenton. Le convaincre de jouer à sa mesure a été le problème avec lui et nous estimons qu’avec le rapprochement qui existe avec nos joueurs, nous serons en mesure d’y parvenir. »

Weber affirme que ses coéquipiers et lui ont été emballés par les récentes acquisitions. Les Predators, l’équipe avec le cinquième plus grand nombre de points au classement général, devraient participer aux séries pour la septième fois en huit ans après avoir gagné une première ronde éliminatoire le printemps dernier.

« Nous formons une équipe heureuse, a dit le capitaine. Nous ajoutons des pièces. De toute évidence nous formons une bonne équipe. Mais chaque fois qu’on peut s’améliorer et ajouter de petits éléments cruciaux à l’approche des séries, c’est quelque chose d’important et c’est excitant pour nous dans le vestiaire. »

Gill a parlé des difficultés éprouvées à Montréal  avec le congédiement de l’entraîneur Jacques Martin à mi-saison et un ratage des séries éliminatoires.

« C’était une saison difficile à Montréal et je suis donc heureux ici, a-t-il confié. Je sais qu’il sera excité de se joindre à nous et d’avoir la chance de jouer et d’avoir du plaisir, j’en suis certain. »

On a invité Gill à comparer les deux frères qui ont été ses coéquipiers.

« Andrei est un gros bonhomme, a-t-il répondu. Il peut contrôler un match dans les coins, il est solide et il a un lancer lourd. Il s’agit de deux joueurs au style différent et chacun a beaucoup de points forts qui ne sont pas les mêmes. Ça va être amusant de les voir aller ensemble. »

Sergei a dit en riant qu’il n’était pas absolument certain qu’il allait permettre à son frère de rester chez lui. Mais il avait hâte de le retrouver.

« Je pense qu’en venant ici il va aider un peu plus qu’à Montréal, a-t-il ajouté.  Je pense qu’il va être plus heureux et que sa production va augmenter. »

Sergei a précisé que dans son cas il lui a été plus facile de se concentrer sur le hockey dans un marché non traditionnel comme Nashville.

« Bien ce n’est pas Montréal, a-t-il rappelé.  C’est plus tranquille. Les gens, je trouve, sont plus amicaux ici. Je suis mieux qu’à Montréal. »

Si Sergei est content de se retrouver de nouveau dans la même équipe que son frère, il ne doit pas s’attendre à jouer dans le même trio. Du moins pas pour le moment.

Les deux Biélorusses sont listés comme ailiers gauches mais Andrei peut aussi bien jouer à droite. Sergei évolue dans le premier trio des Predators avec Mike Fisher au centre et Martin Erat à l’aile droite. Erat compte 23 points à ses 24 derniers matchs et Fisher en a 23 en 23.

« Non, non, ça ne m’a même pas traversé l’esprit, a déclaré Trotz. Je ne vais pas faire ça. Je ne vais pas briser mon premier trio. Il fonctionne trop bien. J’ai dit à Sergei de ne pas s’inquiéter que son frère vienne prendre sa place ou quoi que ce soit du genre. »

Les Predators ont maintenant une belle profondeur en attaque. Marquer des buts a longtemps été un problème pour eux, mais cette saison leur jeu de puissance est le meilleur de la ligue et ils sont 10e sur 30 avec une moyenne de 2,79 buts par matchs.

Les dirigeants de l’équipe parlent souvent de gagner la Coupe Stanley.

« Notre engagement à y parvenir est plus élevé que jamais, c’est ce qu’on veut plus que tout et nous croyons être en mesure d’y parvenir d’y réussir comme jamais par le passé. Cette acquisition a été faite en pensant au futur », a dit Trotz même si le contrat d’Andrei prend fin cette année.

« Nous espérons être une des équipes qui vont se rendre loin et dans l’Ouest, on ne sait jamais. Il faut de la chance. »
 

La LNH sur Facebook