Nous avons mis à jour nos Conditions d'utilisation et notre Politique de confidentialité.  En continuant d'utiliser les services en ligne de la LNH, vous acceptez ces documents mis à jour et l'arbitrage de différends.
Bienvenue |Compte|Déconnecter 
NOUVEAUTÉ! SE CONNECTER AVEC VOTRE PROFIL DES MÉDIAS SOCIAUX
OU
Nom d’utilisateur ou courrielMot de passe
 

Kirk Muller : « Nos leaders ont pris le contrôle »

lundi 2012-02-13 / 23:56 / LNH.com - Nouvelles

Par Martin Leclerc - Correspondant LNH.com

Partagez avec vos amis


Kirk Muller : « Nos leaders ont pris le contrôle »

MONTRÉAL – En arrivant à Montréal, Kirk Muller avait expliqué qu’il ne voulait pas que son retour au Centre Bell fasse ombrage à ses joueurs parce que ces derniers jouaient du très bon hockey depuis plusieurs semaines. Eh bien ! Ses hommes lui ont donné raison lundi soir en revenant de l’arrière pour vaincre le Canadien 5-3.

Les Hurricanes ont ainsi bouclé leur voyage de trois matchs avec une récolte de quatre points sur une possibilité de six. Ils ont aussi récolté huit points à leurs huit dernières sorties sur des patinoires adverses.

« Je vous l’avais dit, a rappelé Muller. Ces gars-là méritent toute l’attention qu’on peut leur porter. J’étais vraiment enthousiaste quant à leur façon de jouer quand nous sommes arrivés en ville. Et encore face au Canadien, ils ont démontré à quel point ils travaillent, à quel point ils sont intenses et à quel point ils jouent bien. »

Muller s’est particulièrement attardé sur les performances de son capitaine Eric Staal, de son défenseur numéro un Tim Gleason et de son gardien Cam Ward, qui a effectué 30 arrêts, dont plusieurs fort spectaculaires en fin de rencontre.

« Nos leaders sont vraiment en contrôle maintenant. J’aime vraiment la manière dont nous jouons depuis une quinzaine de matchs. Auparavant, nous perdions les matchs comme celui de ce soir par un but. Mais maintenant, nous trouvons le moyen d’accumuler des points. »

Lorsqu’on lui a demandé s’il croyait que ses joueurs avaient déployé un effort spécial pour lui permettre de vaincre le Canadien, Muller s’est esclaffé.

« Je ne leur ai rien dit et ils ne m’ont rien dit. Je me demande même s’ils savaient ce qui se passait ! »

« Farce à part, ils ont vraiment travaillé fort. Ils trouvent maintenant des façons de remporter des matchs. Il en est ainsi depuis une quinzaine de rencontres. »

Durant le deuxième entracte, après avoir vu son club saborder une avance de deux buts, Muller a raconté qu’il avait demandé à ses hommes de changer leur approche par rapport à ce genre de défi. Cette année, jamais les Hurricanes n’étaient parvenus à surmonter un déficit en troisième.

« Je leur ai dit qu’il fallait trouver une façon de jouer avec émotion dans un édifice émotif. Il y avait presque une atmosphère de séries éliminatoires par moment ce soir. Nous avions bien entrepris le match mais le Canadien avait repris le momentum en deuxième. Je leur ai dit Relaxez ! Retrouvons notre concentration. Nous avons obtenu plusieurs chances de marquer. Continuons à bien jouer et nous verrons le résultat à la fin de la soirée. Ils ont joué avec ardeur en troisième et ils ont obtenu une grosse victoire. »

Le message n’est pas tombé dans l’oreille d’un sourd. Eric Staal est revenu en force, inscrivant deux buts et une passe lors des 20 dernières minutes pour mener les siens à la victoire. De l’avis de tous dans le vestiaire du Canadien, son filet inscrit en désavantage numérique, dans la quatrième minute du troisième tiers, a complètement chamboulé l’allure du match.

Du côté du Canadien, le défenseur Tomas Kaberle, un ancien des Hurricanes, a fort mal paru sur ce jeu.

« Kaberle était sur ses talons. Il n’avait pas beaucoup de vitesse et j’en avais. N’importe quel défenseur aurait été déjoué. Ce n’était pas un jeu facile », a déclaré Staal, bon prince.

L’un des joueurs des Hurricanes qui ont le plus apprécié cette victoire était certes le défenseur Jaroslav Spacek. L’ex-défenseur du CH a inscrit un but en avantage numérique en milieu de deuxième pour lancer les visiteurs en avant 2 à 0.

Le moins que l’on puisse dire, c’est que Spacek a eu bien du mal à dissimuler sa joie…

« J’avais tellement de vitesse, vous savez ! Je ne suis pas comme Mike Cammalleri. Lui, il marque souvent (et il célèbre peu quand il marque). Moi, je dois célébrer un peu. J’étais tellement content ! »

Spacek dit s’être amusé quand les partisans montréalais l’ont hué à l’annonce de son but.

« Mais quand nous tirions de l’arrière, ce n’était plus drôle », a-t-il ajouté.

« En bout de ligne, j’ai aimé le match et j’étais content d’être de retour. Le Centre Bell est l’un des meilleurs édifices pour disputer un match de hockey. »

 

La LNH sur Facebook