Se connecter avec votre compte LNH.com:
  • Soumettre
  • Ou
  • Se connecter avec Google
 

Les quatre prochaines semaines devraient nous indiquer si l'optimisme du CH est fondé.

dimanche 2012-01-29 / 16:55 / LNH.com - Nouvelles

Par François Lemenu  - Chroniqueur LNH.com

Partagez avec vos amis


Les quatre prochaines semaines devraient nous indiquer si l'optimisme du CH est fondé.
La haute direction du Canadien croit toujours aux chances de l’équipe d’atteindre les séries éliminatoires de la Coupe Stanley. Les quatre prochaines semaines devraient nous indiquer si cet optimisme est fondé.

Il faut être résolument optimiste pour croire à une remontée du Canadien. L’équipe occupe le 11e rang et devra doubler trois équipes pour y parvenir, sans parler des quatre formations qui sont sur ses talons.

Il est vrai que la victoire contre les Red Wings de Detroit a vite fait de raviver les espoirs des partisans. Mais un retard de huit points sur les Panthers de la Floride, les Devils du New Jersey et les Maple Leafs de Toronto, ex aequo au septième rang, est loin d’être négligeable.

Le Canadien (19-21-9) doit disputer 14 matchs d’ici la date limite des transactions du 27 février. Après cette date, le directeur général Pierre Gauthier ne pourra plus intervenir. Huit de ces rencontres seront disputées au Centre Bell où l’équipe a conservé un piètre dossier de 9-9-7. En fait, le tricolore jouera quatre de ses cinq prochains matchs à domicile. En principe, il s’agit d’un avantage.

Pour en profiter, le Canadien devra miser sur trois trios offensifs, une défense étanche et un gardien alerte. Le travail des unités spécialisées sera aussi un facteur déterminant.

Un trio productif

Depuis quelques matchs, l’attaque est animée par le trio de David Desharnais, flanqué des ailiers Erik Cole et Max Pacioretty. Sans parler d’unité de l’heure dans la Ligue nationale, ces trois joueurs ont contribué un total de neuf buts et 13 passes pour 22 points à leurs cinq derniers matchs. Ils affichent aussi un différentiel combiné de plus-19. Si Desharnais, Cole et Pacioretty devaient poursuivre sur leur lancée, le Canadien pourrait trouver du réconfort à l’idée de miser sur un trio de premier plan.

Tomas Plekanec vit une saison difficile. Mais pour remonter au classement, le Canadien devra obtenir une meilleure contribution de son vétéran joueur de centre. Ses 33 points (10-23-33) lui confèrent le 75e rang dans la LNH, alors que son différentiel de moins-11 le situe au 782e rang!

Il y a toutefois de l’espoir. Depuis l’arrivée de Rene Bourque, son nouvel ailier gauche, Plekanec a marqué un but et récolté une passe en cinq matchs. Son différentiel est aussi de 0. Il reste maintenant à Pierre Gauthier de lui trouver un ailier droit. La solution n’est pas Scott Gomez, et encore moins Travis Moen ou Michael Blunden.

Pour participer aux séries, une équipe doit désormais compter sur trois trios offensifs.

Celui de Lars Eller (10-10-20), complété d’Andrei Kostitsyn et de Moen, semble en mesure de remplir ce rôle.

Une défense mieux organisée

A la ligne bleue, la situation paraît moins préoccupante. Josh Gorges (plus-10) et P.K. Subban (3-16-19) demeurent les piliers de la défense. De leur côté, Raphaël Diaz et Alexei Emelin prennent de l’expérience. Contre Detroit, Diaz a obtenu un temps d’utilisation de 19:39, un sommet depuis le 22 décembre. Emelin, lui, a joué plus de 17:30 à ses trois derniers matchs tout en conservant un différentiel de plus-3.

Les vétérans Hal Gill et Tomas Kaberle sont désormais perçus comme des spécialistes, le premier en infériorité numérique, le second en supériorité numérique. Chris Campoli et Yannick Weber ajoutent de la profondeur à titre de septième et huitième défenseurs.

La clef de ce délicat échafaudage demeure évidemment Carey Price. Le gardien-vedette a remporté ses deux derniers matchs et ses performances à venir seront déterminantes dans les succès de l’équipe.

Le jeu de puissance

Reste les unités spécialisées. Le tricolore occupe le premier rang (89,4 pour cent) en infériorité numérique. Généralement, cela suffit à assurer une place en séries. Sauf que l’équipe est au 30e et dernier rang (12,6 pour cent) en supériorité numérique.

Outch!

Autre aspect négatif: le rendement (1-7) en tirs de barrage.
 
Outch! Outch!

Quoi qu’il en soit, le Canadien vivra d’espoir au cours des quatre prochaines semaines.

Encore un mois pour nous surprendre?
 

La LNH sur Facebook