Bienvenue |Compte|Déconnecter 
NOUVEAUTÉ! SE CONNECTER AVEC VOTRE PROFIL DES MÉDIAS SOCIAUX
OU
Nom d’utilisateur ou courrielMot de passe
 

Lemenu : Le Canada n’a pas à rougir de sa médaille de bronze au Championnat du monde junior

dimanche 2012-01-08 / 16:54 / LNH.com - Nouvelles

Par François Lemenu  - Chroniqueur LNH.com

Partagez avec vos amis


Lemenu : Le Canada n’a pas à rougir de sa médaille de bronze au Championnat du monde junior
Réglons la question de la médaille d’or: il n’y a aucune honte à terminer troisième d’un tournoi aussi relevé que le Championnat du monde de hockey junior.

Le Canada a perdu ses chances de monter sur la plus haute marche du podium en s’inclinant 6-5 face à la Russie dans une demi-finale marquée d’une spectaculaire remontée de la formation canadienne au dernier tiers. Dans ce match, les jeunes Canadiens n’ont pas offert leur meilleur hockey. Mais ils n’ont jamais démérité.

Le lendemain de cette amère défaite, les Canadiens ont su trouver la motivation nécessaire pour vaincre la Finlande 4-0 et obtenir la médaille de bronze.

Bravo!

Dans ce championnat, le Canada est souvent victime de son propre succès. Encore cette année, l’équipe à la feuille d’érable était privée de joueurs déjà dans la Ligue nationale malgré leur jeune âge - Tyler Seguin, Sean Couturier, Ryan Nugent-Hopkins, Jeff Skinner, Ryan Johansen et Erik Gudbranson. Dans les circonstances, la performance du Canada est certes méritoire puisque l’équipe était loin d’être «paquetée».

Mais la contribution du Canada à ce championnat ne se limite pas à une médaille de bronze. Il convient de rappeler que le pays a participé positivement à bien des victoires en accueillant dans ses équipes juniors des jeunes venus de tous les horizons.

Toutes les nations inscrites au championnat mondial avaient des représentants qui poursuivent leur apprentissage au Canada. La République tchèque en comptait 10, les Etats-Unis et la Suisse sept chacun, la Russie et la Slovaquie six chacun, la Suède quatre, la Finlande et la Lettonie deux chacun, et le Danemark avait un représentant.

Au total, 45 jeunes ayant pris part au mondial ont choisi de venir au Canada dans le but d’améliorer leurs chances de jouer un jour dans la LNH. Treize de ces joueurs ont opté pour la Ligue de hockey junior majeur du Québec. En fait, c’est 14 jeunes puisque l’Américain Charlie Coyle a décidé de quitter l’université de Boston dès la fin du championnat au profit des Sea Dogs de St-Jean.

Le Canada bénéficie également de cet apport étranger. On a juste à penser aux Russes Nail Yakupov (Sarnia) et Mikhail Grigorenko (Québec) qui pourraient être les deux premiers joueurs réclamés au repêchage de juin prochain à Ottawa. Les Canadiens accélèrent eux aussi leur progression au même titre que les joueurs étrangers.

Pour cette raison, le hockey junior canadien n’a jamais été en aussi bonne santé malgré la médaille de bronze.

Et pourquoi ne pas se réjouir de cette finale d’anthologie Suède-Russie, deux pays qui font la preuve que le hockey se porte aussi très bien hors de nos frontières?  

Brendan Gallagher, le meilleur


Cinq joueurs de l’organisation du Canadien ont participé au mondial. De ce groupe Brendan Gallagher est celui qui s’est le plus démarqué. En six matchs, il a marqué trois buts et récolté autant de passes. Il a aussi terminé le tournoi fort d’un différentiel de plus-5. L’attaquant des Giants de Vancouver a affiché les mêmes qualités qu’au camp d’entraînement du Canadien: dynamisme et détermination. Il sera à surveiller lors du prochain camp.

A son retour du mondial, Gallagher a marqué trois buts et obtenu quatre passes dans un gain de 8-4 des Giants contre les Winterhawks de Portland.

Le défenseur Jarred Tinordi a aussi retenu l’attention en Alberta. Il a présenté un dossier de 1-1-2 et un différentiel de plus-7 malgré les difficultés éprouvées par l’équipe américaine. La saison prochaine, Tinordi devrait poursuivre son apprentissage dans la Ligue américaine où il pourra améliorer sa mobilité.

Nathan Beaulieu a vécu un tournoi plutôt décevant. Blessé dans le match contre les Américains, le défenseur des Sea Dogs ne s’est jamais montré sous son meilleur jour. Attendons maintenant les séries de la LHJMQ pour évaluer sa progression.

Michaël Bournival n’a pas beaucoup joué. Dommage car il semblait bien disposé.

Le Tchèque Daniel Pribyl s’est fait trop discret pour avoir une idée de son potentiel.    

Un rendement de ,682

Le Canadien va entreprendre mardi la deuxième moitié de sa saison. L’équipe occupe le 12e rang et une participation aux séries apparaît bien illusoire. Si la tendance se maintient, le tricolore devra amasser 95 points pour terminer au huitième rang.  

C’est dire que l’équipe devra maintenir un rendement de ,682 en 41 matchs (56 points) pour atteindre cet objectif. Un énorme défi puisque seuls les Rangers de New York (,717) et les Bruins de Boston (,697) ont surpassé ce rendement cette saison (avant les matchs de dimanche).

La semaine qui vient n’a rien d’encourageant non plus. Le Canadien doit affronter quatre équipes - St. Louis, Boston, Ottawa et New York (Rangers) - qui présentent un dossier collectif de 30-7-3 à leurs 10 derniers matchs.

La saison de l’équipe pourrait très bien se jouer (encore une fois!) au cours des prochains jours.
 

La LNH sur Facebook