Se connecter avec votre compte LNH.com:
  • Soumettre
  • Ou
  • Se connecter avec Google
 

Le Canada dispose de la Finlande 4-0 pour gagner la médaile de bronze au CMJ

jeudi 2012-01-05 / 18:52 / LNH.com - Nouvelles

Par Aaron Vickers - Correspondant, LNH.com

Partagez avec vos amis


Le Canada dispose de la Finlande 4-0 pour gagner la médaile de bronze au CMJ


CALGARY – Le championnat du monde de hockey junior prend fin avec une médaille de bronze pour l’équipe canadienne.

Menés par une solide performance du duo des Colts de Barrie, Mark Scheifele et Tanner Pearson, les joueurs d’ÉCJ l’ont emporté par la marque de 4-0, contre la Finlande, pour finalement mettre la main sur la médaille de bronze du Championnat du monde de hockey junior 2012, dans un match disputé au Scotiabank Saddledome, jeudi.

Même si la médaille de bronze de cette année n’est pas la médaille d’argent de 2011, l’attaquant Quinton Howden insiste pour dire qu’elle a tout de même une signification très importante.

« C’est spécial, nous l’avons gagnée cette médaille, Howden a dit. Oui, nous étions venus pour gagner l’or, mais de repartir avec une médaille demeure un accomplissement. »

Mark Visentin, à son premier départ depuis le 29 décembre, a arrêté chacun des 27 lancers de l’adversaire pour l’emporter par jeu blanc.

« C’est certain que nous sommes déçus, nous n’avons même pas eu la chance de jouer pour l’or, mais jamais nous ne serions contentés d’une quatrième place », racontait Visentin, membre d’ÉCJ 2011 et 2012 avec Howden, au terme de la rencontre. « Dans 30 ans, quand nous penserons à ce tournoi, nous serons fiers et chérirons cette médaille remportée avec ce groupe de joueurs. »

Ce match marquait une première depuis 2001 pour le Canada, dernière fois où l’équipe avait raté l’affrontement ultime pour la médaille d’or avant cette année. Cependant, il faut noter que cette médaille de bronze porte à 14, le nombre de médailles consécutives remportées par le Canada lors de ce tournoi annuel.

Les joueurs de la Finlande ont admis qu’ils étaient anéantis, autant physiquement qu’émotionnellement, au terme de la défaite de 3-2 en fusillade contre la Suède.

« Nous étions vidés, a révélé l’attaquant Teemu Pulkkinen. Nous avons disputé un long match qui s’est rendu jusqu’en fusillade contre la Suède. Nous sommes passés si près. Après la rencontre, nous étions tous vidés, nous avons tout donné, c’était décevant. »

La partie s’est amorcée un peu au neutre entre deux équipes qui devaient se remettre de défaites crève-cœurs, encaissées lors des matchs des deux demi-finales. C’est à mi-chemin en première période que l’action s’est finalement manifestée pour le Canada. Lors d’un jeu de puissance, la troupe de Don Hay a battu le gardien finnois Sami Aittokallio.

Avec Ville Pokka puni pour avoir fait trébucher, Tanner Pearson a redirigé la passe parfaite de son coéquipier des Colts de Barrie, Mark Scheifele pour donner l’avance aux siens par 1-0, à 9 :08 du premier tiers, pour inscrire son premier filet du tournoi.

Puis, avec à peine quatre minutes à faire à l’engagement, le Canada est passé bien près de voir l’adversaire créer l’égalité en désavantage numérique, quand les frères Mikael et Markus Granlund se sont présentés seuls devant Visentin. Le gardien canadien a bien lu la feinte de Markus pour garder les siens en avant après une période de jeu complétée.

En deuxième période, Pearson, à son tour, a repéré Scheifele dans l’enclave qui a déjoué Aittokallio du côté du bouclier pour donner une avance de 2-0 au Canada à 5 :35. Le but est survenu 25 secondes après un arrêt clé de Visentin sur le toujours dangereux Teemu Pulkkinen de la Finlande.

Pulkkinen, avec 2 :32 à faire au deuxième engagement, a raté une opportunité en or de ramener l’écart à un seul but. Après une pénalité décernée à Visentin pour avoir lancé son bâton, Pulkkinen a pu profiter d’un tir de pénalité. Le joueur de la Finlande y est allé d’un puissant tir que Visentin a stoppé avec la jambière.

« Je ne sais pas ce que les arbitres ont vu sur le jeu, a déclaré Visentin. J’ai échappé mon bâton pendant que je tombais sur la glace et il s’est retrouvé derrière le filet. Quand il a levé le bras, je ne comprenais pas ce que l’arbitre avait en tête. Quand il m’a pointé, ça m’a beaucoup étonné. Mais au fond, le fait d’affronter un de leurs meilleurs joueurs et de faire l’arrêt, c’est un sentiment incroyable. Cela m’a motivé comme jamais, j’étais en feu ! »

Cet arrêt a fouetté les troupes canadiennes qui ont ajouté un troisième but grâce à Howden, tard lors de cette même période.

Avec Miikka Salomaki au cachot après une escarmouche avec Nathan Beaulieu, Howden a poussé le retour de lancer de Ryan Murray entre les jambes d’Aittokallio, pour porter la marque à 3-0 et seulement 30.7 secondes à écouler à l’engagement.

Lors du match de la médaille d’or du championnat 2011, le Canada avait également pris les devants par 3-0 après deux périodes, avant de voir les Russes revenir de l’arrière pour l’emporter 5-3. Visentin, qui était d’office lors de ce fameux match, s’est assuré que le même scénario ne se répéterait pas en 2012.

Avec à peine deux minutes d’écoulées en troisième, Joonas Donskoi a vu le gardien canadien lui voler littéralement un but en arrêtant une rondelle de la mitaine derrière son dos, pour garder le score à zéro du côté de la Finlande.

« Mes réflexes m’ont aidé, a admis Visentin. J’ai vu la rondelle bondir sur mon épaule et sur la barre horizontale et j’ai eu comme réaction de tenter de l’attraper derrière mon dos avec la mitaine. Sur le coup, j’ai eu la frousse d’avoir entré la rondelle moi-même dans le filet, mais quand j’ai vu la reprise, et que j’ai entendu la foule en liesse, j’ai compris que j’avais fait l’arrêt. »

Howden a cloué le dernier clou dans le cercueil de la Finlande avec son second but du match (3e du tournoi) avec 2 :25 à jouer, en complétant un bel échange à trois entre lui, Freddie Hamilton et Mark Stone.

Malgré la déception d’une médaille de bronze et non d’or, Howden a fait le souhait que cette édition d’ÉCJ sera reconnue dans l’histoire pour autre chose que cette troisième place.

« C’est passé si près et jamais nous n’avons abandonné, a expliqué Howden. Certaines personnes ne nous voyaient pas là dès le départ. Plusieurs ont pensé que nous n’étions plus dans le coup lors de ce fameux match contre la Russie. Nous n’avons jamais lâché prise. »
 

La LNH sur Facebook